Le Howdah en .58 n’est pas un gadget !!!

Par Jidé le 2 nov 2010


Je pratique ces dernières semaines, avant un départ en vacances familiales, le tir à outrance ; afin d’en être écoeuré et de pouvoir ensuite « tenir » 14 jours sans plomb ni poudre… (juste un lance-pierres).

1. Prise en mains


Aujourd’hui j’ai donc mis en batterie mon Howdah calibre .58 [0,58 pouce soit presque 15 mm, et non .50 comme j'avais titré au début !!!] acheté d’occasion sur l’excellent forum P.N. (westernpoudrenoire.forumactif.net) ; à franchement parler, la chose me paraissait plus un amusement d’exception (BOUM !), mais comme je n’ai rien contre les amusements d’exception…

Eh bien, divine surprise : la bête n’est pas un gadget et après une prise en mains sérieuse sera peut-être une « machine à dix » !!! J’ai placé la cible pour ce premier essai à 15 mètres.

La visée est telle (guidon boule, hausse à deux bosses) qu’on sent tout de suite qu’il faut contre-viser bas : les 4 premières balles sont quand même en haut de la C50 à midi, puis deux toujours en haut mais au-dessus du noir… Le reste de la séance (14 charges) chatouillera le dix. Les deux derniers trous dénoncent la fatigue…

J’avais mis à tout hasard 2 grammes de PNF2, et j’ai « calepiné » mes balles (un calepin est un bout de tissu graissé dont on enveloppe la balle, sous-calibrée, avant de l’enfoncer ; c’est le mode de tir normal en gros calibres P.N.) ; le tir est puissant mais pas blessant, agréable au possible ! Les flammes se sont vues depuis le stand à 10 mètres, distant de deux cloisons vitrées… Les premiers coups étaient tirés avec une main sous le fût, mais j’ai ensuite choisi une position plus proche de celles des armes « normales » lourdes :





L’arme est passée de mains en mains (5 paires en tout) en donnant aux essayeurs la même bonne impression de puissance calme…
La suite bientôt, mais peut-être après ces foutues vacances :-( En attendant, quelques photos…



2. Tir sérieux


Seconde séance avec le Howdah, mais une « vraie » : 30 boulets (2 x 13 + réglages), comptage des points… Après les quatre balles d’essai, force est de ramener de nouveau la cible à 15 mètres, pour voir ce que l’on fait et apprivoiser le guidon… Le 25 mètres, ça sera pour plus tard :-(

En effet, la prise de visée est pour l’instant vraiment « originale » :



Je dois placer la petite boule de laiton au fond de la hausse en V et le tout sous le blanc de la cible C50 — inutile de dire que répéter plusieurs fois de suite cette contre-visée acrobatique n’est pas de tout repos !!!

Enfin, on essaie quand même et les scores sont encourageants (ci-dessous treize balles en cible dont on ne compte que les dix meilleures — c’est un des avantages de la  P.N. que de pardonner les balles perdues… Toujours deux grammes de P.N. et un calepin) :



Opération urgente : fabriquer un guidon ! Mais ça se confirme: le « tueur de tigres » est bien une machine à dix ! (Et une machine à attirer les spectateurs, par le bruit et l’énergie des départs !!!)

3. Projet de coffret


Projet de coffret (encombrement) pour le Howdah (démonté, malle de deux-roues oblige) :



En plaçant la crosse différemment et en remplaçant la boîte d’éprouvettes par un modèle récent « concentré », j’ai pu assurer une taille plus petite qui entre dans mon top-case !



Le coffret « intègre » la potence qui tient le pistolet pendant son chargement  ; bien sûr, tout cela n’est pour l’instant que du carton ondulé collé en double ou triple et c’est pas beau à voir de près !!!



Des boîtes contiennent les boulets, les amorces, les calepins graissés, les dosettes de poudre, la baguette à tasser y est aussi. Donc tout sauf le maillet et les outils de dépannage habituels (clé à cheminées…).
Les boîtes ont été étiquetées de façon rigolote, ainsi que sur le coffret lui-même (il s’agissait de cacher une étiquette de la Poste !):



4. Tir à mitraille


(Attention, tout ce qui est dit dans cette section « Mitraille » s’est avéré une calamité aux essais ; je ne laisse publié que pour respecter l’Histoire )

Un manque de balles de .570 en plein mois d’août, voilà comment on se lance avant que ce soit prévu dans le tir à la mitraille…
Les projectiles seront des plombs de rebut (une vingtaine de diabolos de 4,5 mm de mauvaise qualité) ou bien une poignée de boulets de .31 ?
La bourre entre poudre et mitraille sera faite de papier ménager trempé puis pressé en forme de cylindre dans un tube de bon diamètre et avec le manche d’une cuiller en bois.
Les bourres sécheront une heure au four moyen puis quelques jours à l’air sur une grille.



Les bourres de petite épaisseur sont prévues pour aller sur la poudre, les grosses épaisseurs pour boucher le canon et que la grenaille ne se répande pas.





Ses caractéristiques au tir :


Contribution amicale d’ARNOLOUF




5. Une crosse d’épaule spéciale


Pour augmenter encore les scores et assurer encore mieux la prise en main de la Bête, Pedersoli nous fait la surprise d’une crosse d’épaule sur mesure pour le Howdah ! (150 euros environ.)
Entendons-nous : il ne s’agit pas de tenter de faire de cette arme un modèle de compétition… mais d’en extraire toute la « substantifique moelle » : un bon guidon fait main, une hausse idem, et une crosse, voilà de quoi assurer la précision et donc permettre ensuite de cherche les bonnes doses de poudre, et cetera.
On aura toujours le temps de revenir plus tard au tir à une ou deux mains, mais muni de ces précieuses données ! (Je me cherche des excuses, mais en réalité, je suis un fana des armes de poing avec crosses d’épaule ajoutées … et des dioptres, aussi…)



Très beau bois , accordé à celui du pistolet, ce qui est naturel, et monture d’acier à l’abord très résistant.
Beaucoup de cuir vient protéger le métal et le bois de l’arme. Même si l’esthétique en souffre…



Cette crosse, essayée au tir, se montre très mal pentée et nécessite une refonte du système de visée.

6. Changement de guidon
et de hausse


Le guidon d’origine du pistolet, dans la tradition des armes de chasse, une petite boule de laiton… Normal dans le contexte « Je suis sur mon éléphant, l’arme est faire pour tirer à bout portant sur un tigre agressif… » Mais pour le tir, c’est très insuffisant (allez placer une boule, un « O », au-dessus d’un « V » en ailes de mouette !)
Le guidon remplaçant, c’est un morceau de profilé laiton en « L » limé aux bonnes dimensions ; la visserie est bien sûr européenne (2 et 3 mm, ça aide le bricoleur !
Notez que le laiton brillant est recouvert, après finition, d’une couche de noir de fumée, dans la plus pure tradition du tir ancien… Il est « renoirci » quand le besoin s’en fait sentir (briquet spécial Anschutz)



Passons au cran de mire (la hausse)… Il était supportable avec le guidon carré surélevé, mais depuis l’installation de la crosse d’épaule, à moins d’écraser sa joue sur la crosse, il est de nouveau inutilisable.
La visserie minuscule de 2 mm a eu du mal à se dévisser (frein filet, sûrement) mais avec des tournevis ayant la taille exacte de la fente des vis (une loi absolue dans l’armurerie, même amateuse), rien n’est impossible.



Je découvre ainsi (je n’ai pas vraiment lu le manuel) que la hausse est réglable en dérive grâce à deux vis minuscules (flèches sur la photo ), bravo Pedersoli !



Deux trous filetés bien placés , hop, au boulot !


7. Remue-méninges…





La crosse est vraiment mal pentue, à quelle hauteur devront être les organes de visée ? On prend un tube en stock (tringle pour accrocher les vêtements — inutile de dire que c’est provisoire !), on le place avec une cale en bois, exactement parallèlement au canon et jusqu’à une hauteur telle que la joue ne doive plus s’écraser sur la crosse d’épaule.
Pour améliorer la vision (juste pour cette « validation de concept ») on a (encore provisoirement) placé un oeilleton (ici une pièce de un centime, percée à un millimètre, collée… à la colle à bois !) :



À l’autre bout de ce drôle de « drilling », on choisit un guidon parmi notre collection, et colle à bois à nouveau…



Résultats : bons ! Mais le tube (enfin, la future ligne de mire) me paraît un peu haut… Je peux aussi modifier la pente de la crosse d’une dizaine de degrés (gros boulot, perçage dans de l’acier de 5 mm)… Tout ça est à voir, on va stopper un instant, tirer de nouveau « à la main » pour le plaisir et réfléchir tranquillement…

La suite… pas tout de suite ! Amicalement, Doc Jidé


12 réponses

Jolie bête. ça doit faire un barouf d’enfer ce pétard.
Bon courage pour tes vacances. La vie est parfois dure.

Tu as tiré de la Minié ou un boulet ?

Ðoc Jidé : Boulets ronds ! (PS — Hier je me suis trompé, c’est du calibre .58 et non du .50)

Super… À te lire, Jidé,  partir en vacances va t’occasionner un sacré… manque (de poudre !). Comme quoi lorsqu’on est « accro »…
Bonnes vacances et à bientôt, reviens-nous vite et ça va barder en rentrant.
Cordialement.
 

Pour l’avoir essayé, je peux déjà dire que c’est une très belle pièce en soi. Ensuite, c’est vrai qu’il est très lourd donc tirer d’une seul main n’est pas évident du tout. La prise en main de cette arme est assez unique car ce n’est ni un pistolet, ni un fusil, c’est quelque chose d’« autre ». En tout cas, ça pète bien fort et comme le dit Jidé, ça a une bonne précision pour ce que c’est !

Canon rayé bien entendu !
Les canons lisses sont pour la grenaille justement mais c’est assez rare en PN.
Cependant, le Howdah existe en version avec au moins un des deux canon lisse.

Avec le Howdah, on n’est pas trop en train de parler d’exceptions antiques… tu peux toujours mettre un boulet dans un canon lisse, ça marche aussi, après, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux.
De manière générale, les carabine sont à canon rayé et les fusils sont à canon lisse et tire de la grenaille.
Il y aura toujours des exceptions. J’ai une carabine 9mm flobert à canon lisse qui peut tirer grenaille ou ogives rondes ou pointues.
Sur un pistolet PN de fabrication moderne, je n’ai encore jamais rencontré un canon lisse pour du tire ogive ronde… Et si ça existait, je ne le prendrai pas.

« Je commence à douter  l’historicité de cette reproduction pour 4 raisons (…) »

Ðoc Jidé : Il vaut mieux raisonner en disant « les pistolets howdah » (comme on dirait « les pistolets de duel » ; n’oublions pas que « howdah » est un nom commun, comme sa traduction, « nacelle » pour éléphant) plutôt que « le pistolet ». Pedersoli en a choisi un… y en a eu d’autres.

Quatre grammes et quelques cet après-midi, no problemo, et le recul reste comparable ! (curieux, non ?)
En revanche, le tir de mitraille (plombs de 5 mm, puis boulets de .31, puis petits plombs ronds) = daube totale à 25 mètres.
___ Amicalement, Doc Jidé

nan ce n est pas curieux car la poudre noire brule quand meme assez lentement par rapport a la poudre sans fumée donc vu que le howdah a un petit canon enfin assez court
le temps que la balle sorte du canon les 4 grammes n ont pas encore brulé entierement  ce qui fait que le recul reste comparable
ce qui fait que a mon avis tu dois a voir une dose limite après laquelle ca ne sert a rien de chargé comme un fou

Ðoc Jidé : Très logique comme raisonnement !

il est vrai que 4g dans un canon court ça risque de ne pas brûler en entier avant la sortie de la balle … toutefois mon Walker avec 4g de PNF 2 c’est autre chose qu’avec 2,5 g !!! même si l’encrassement oblige à démonter le barillet à chaque chargement de 5 balles.
… As tu essayé 3g de suisse N°1  !   là ça combuste instantané  !!!
Plus sérieusement ! ce HOWDAH (Peder ?… sinon où trouver les autres ? ) me plait …
Le cal. 50 n’est il pas meilleur ?  et le must : un canon en 50 pour le tir et un en 20 lisse pour …. arroser le jardin !
On s’en lasse pas vite ?  car c’est pas un must quand même en précision !

Ðoc Jidé : Je ne vais pas dire qu’on ne s’en lasse jamais… puisque j’ai revendu le mien, qui était déjà une seconde main !!! C’est un peu comme une super-voiture de collection qui roulerait à 300 à l’heure mais avec 50 litres aux cent !
Je ne connais pas de Howdah non-Perdersoli ; en revanche va sortir cette année un Howdah à crosse longue comme un fusil de chasse


 

Merci pour votre article très intéressant concernant le Howdah.

Après avoir fait l’acquisition du Howdah en calibre .20, arme que je ne concevais qu’avec la crosse, j’ai fait la même constatation sur sa pente.

Énorme déception car à contre viser 1m plus bas, elle rend l’ensemble inintéressant pour le tir. J’ai hésité entre la récupération et l’adaptation d’une crosse, avec les problèmes de coupe et de coloris, et le perçage du support en acier.

J’ai choisi cette dernière solution largement plus simple : glisser la crosse sur son support, on arrive en butée sur le cuir, contrôler la visée, pointer (le dernier trou doit  laisser 1mm de matière au bord). L’acier se perce facilement avec un bon foret.

Le Howdah est alors parfaitement exploitable avec sa crosse, à 25m il tient le visuel. Aussi sur le calibre .20 l’absence de hausse n’est pas vraiment gênante, on verra plus tard..

J’ai lu que vous n’aviez plus cette arme mais c’était un retour pour qui souhaite faire la modification.

Cher Doc Jidé , je sais que vous étes à la retraite et ne prendrer peut être pas le temps de me répondre donc ,je tente ma chance. Vous avez beaucoup plus d’expérience que mois dans les armes à feu, moi je n’ai que trois ans d’expérience dans le tir sportif à la PN et j’ai 2 revolvers Pietta et trois Uberti. Ma réflexion concerne votre article sur le Howda Hunter de Pedersoli car je compte en acquérir un plus tard. J’ai vu que vous aviez modifier les organes de visée du Howda pour optimiser et rendre la visée plus confortable et pratique, ce qui à améliorer la précision même si les organes original boule (guidon) et hausse en V marche trés bien à condition de s’y adapter ,donc prendre plus de temps à faire des tests au stand .Donc vous avez améliorer les organes de visée et donc la précision du Howda mais pour du tir sans la crosse adaptable. Apparemment selon votre article on devine que vous avez acheter le Howda et plus tard la crosse et pas les deux en même temps donc vous avez commencer à faire du tir avec le Howda seul, ceci n’est peut être pas exact c’est la question que je me pose. Par la suite vous avez rajouter la crosse et vous avez trouver que la crosse était mal pentue donc obliger avec la crosse de re-modifier les organes de visée déjas modifier. Donc la question que je me pose et que je vous pose est: est ce que le constructeur Pedersoli n’a pas crée les organes de visée originaux du Howda en prenant en compte la crosse? C’est à dire des organes de visée originaux trés moyen pour du tir sans la crosse et qui prennent tout leur sens avec la crosse et sont même bon ou adapté au tir avec la crosse. Avez vous éssayer de tirer au Howda avec la crosse et les organes de visée originaux, boule (guidon) et hausse en V? Merci d’avance pour la réponse et bon plaisir au stand de tir.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.