Les vrais dangers de la poudre noire

Par Jidé le 12 nov 2010






Un danger rarement évoqué dans les manuels : croire, au vu de certains accessoires, que si on tire comme un pied avec ce Howdah en calibre .58, on pourra au moins se consoler ensuite en se saoûlant la gueule.


En fait, ce coffret de Ballantine’s contenait des plombs de chasse… Mourir de cirrhose, oui — de saturnisme, non !




Les Vrais Dangers de la Poudre Noire (chapitre 4)
OUBLIONS UN MOMENT LA PARTIE HUMOUR DE CETTE PAGE

Un autre danger, étudié de près cet après-midi : acheter sur les conseils d’un professionnel le kit complet du tir foireux, l’offrir pour son anniversaire à un jeune tireur, et le voir se planter “en live” sur le stand.
Si des “poudreux” n’étaient pas passés par-là (expédiés en mission par un responsable du club, à la demande du jeune), le kit eut fini encadré au mur (car l’arme était belle, un beau Colt 1851 enrichi de gravures) et le bénéficiaire du cadeau écoeuré de la P.N. pour la vie.
À la base du kit : de la poudre agglomérée. On sait que ce produit est effroyablement cher (vingt fois plus que la PNF2), et assure des groupements très mauvais ; les doses ne sont pas réglables ; le cylindre de poudre peine à entrer dans les chambres du barillet sans démontage du canon à chaque fois (sur un Colt ? merci bien  !).
Ensuite, des “patches” (ou dieu sait quel nom donner à ces mystérieuses rondelles de tissu de 0,44 pouce de diamètre…) ; pour faire quoi ?
Une boîte de graisse. Quoi en faire, avec quoi la saisir, comment l’étaler ?
On continue : des amorces, des bonnes, mais dont personne n’a dit qu’il fallait légèrement les pincer pour qu’elles tiennent sur la cheminée, puis surveiller attentivement ce qu’elles deviennent après percussion… Résultat : elles sont évidemment parties dans le mécanisme sous le barillet, bloquant totalement ce dernier.
Et enfin, le résultat : deux départs bons sur six !!! (arme neuve = cheminées pleines d’huile ?)…
Sur nos conseils, on remet des amorces sur les chambres ratées et trois autres coups partent, mais avec un décalage de 1/4 de seconde entre amorce et tir (comme une arme à bassinet), pourquoi ?
La dernière balle partira au bout de trois amorces.
La séance s’arrêtera à six coups, direction une autre armurerie pour de la vraie P.N. et quelques outils de base, l’épicerie pour le couscous (et le bâton d’esquimau) et la pharmacie pour des éprouvettes… En cadeau : un étui de 9 Para pour mesurer le gramme (presque) de poudre !


4 réponses

J’suis plié ! :D

Non de diou! le gars a dù se planter avec l’étiqueteuse, parce que quand même. J’espère au moins, qu’il était sympa le vendeur à ce prix là. Par contre ça m’inquiète pas mal, l’effet secondaire du Remington j’espère pour notre ami Vonflern, que c’est seulement transitoire.

Apparemment il y a eu (il y a peut être encore) pénurie de PNF2 sur Paris, si c’est pas honteux d’en profiter à ce point.

On pourrait sous-titrer l’image de VonFlern par “PNF2 à nouveau en stock” :)

Salut les cowboy : oui c’est vrais il y as des commercants qui abuses sur les prix !!!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.