Aperçu et utilisation du Colt Navy 1851 (Pietta)

Par Robin le 10 déc 2010

Colt Navy .36
Le tir, c’est vaste, je ne suis dedans que depuis quelques mois mais la première chose qui m’a attiré, c’est la poudre noire…
On s’est mis à 4 pour débuter la PN, l’émulation aidant on s’est tous équipés et avons testé cette discipline avec grand plaisir. Autour de moi je lis/entends souvent « Ca à l’air cool la PN mais j’ose pas me lancer… ». C’est donc décidé, je vais vous présenter mon Navy , ainsi que -de manière plus générale- la Poudre Noire !


Sommaire :

  1. Introduction
  2. Présentation de l’arme
  3. Utilisation
  4. Conclusion
  5. Annexe : Démontage / Remontage

Colt Navy .36

Introduction

Du nom de son inventeur, Samuel Colt, le Navy est un des revolvers « cap & ball » les plus fameux de son temps, encore connu et (plutôt) fidèlement reproduit aujourd’hui.

Son nom actuel est Colt 1851, modèle Navy, il existe aussi en modèle Army mais c’est un anachronisme.. A l’époque, la Navy utilisait le calibre .36, et l’Army le .44 (afin de tuer les chevaux avec…). Ma réplique est en .36, je voulais commencer « soft » avec les armes à feu.

De manière générale, les armes à poudre noire actuelles utilisées pour le tir sont des répliques, qui n’ont peu ou pas de valeur comparée à des modèles d’époque, plus fragiles qui plus est (l’acier était moins bon).

Parmi les fabricants de réplique de revolvers PN, deux italiens se tirent la bourre, Pietta et Uberti, le 1er est nettement moins cher que le second, mais ses répliques sont de l’avis général moins bonnes aussi. Pour le débutant que je suis cela convient sans problèmes ! Nous aborderons les finitions plus loin, dans la section Présentation de l’arme.

Le choix d’un revolver PN n’est pas si vaste que ça… Passés les très classiques Colt 1851, Colt 1860, Remington 1858, Spiller & Burr, Le Mat, Roger & Spencer, il n’y a pas grand choix, et les prix s’envolent assez vite lorsque l’on veut autre chose que les trois premiers modèles cités. Après environ… 3 secondes de réflexion j’ai foncé sur le Navy ‘51 sachant pertinement qu’un jour un Remington 58 sera mien aussi. Les modèles d’entrée de gamme coûtent moins cher qu’une arme à plomb ! Mais il ne faut perdre de vue que « s’équiper PN » implique bien plus de dépenses que l’arme elle-même. Nous verrons cela dans la partie utilisation.

Pour ceux qui l’ignorent, les armes à poudre noire (datant d’avant 1890) sont en 8e catégorie en France, ce qui signifie que tout majeur peut en acheter librement. Nos amis belges ont moins de chance… :(

Présentation de l’arme

Que ce soit dans des films, des BD, des jeux, etc. vous avez sûrement déjà tous vu un Colt Navy, On aime ou pas, personnellement je trouve que c’est le plus beau des revolvers de l’époque, et c’est bien pour ça que je l’ai pris en première arme, sachant pertinemment que ça ne serait ni le plus robuste, ni le plus précis.

Colt Navy .36 de profil 1Colt Navy .36 de profil 2

Les colt de l’époque sont ce que l’on appelle des revolvers « cap & ball » (amorces et balles) à carcasse ouverte (la carcasse de l’arme est en plusieurs parties), on dit que c’est plus fragile que les carcasses fermées (Remington par exemple)… Pour la charge que je mets dedans, ca suffit sans problème.

Point négatif des carcasses ouvertes, les organes de visée … Une fente dans le chien sert de hausse, et le guidon est un petit point de laiton qui n’est pas rectangulaire… J’en néanmoins entendu dire qu’à l’époque ils tiraient à 70m avec ce type d’arme.

organes de viséeBarillet décoré

Il existe plusieurs variantes esthétiques de cette arme, canon octogonal ou rond, barillet décoré ou non, voire flûté, pontet rond ou carré (modèle London), pour ma part j’ai pris le canon octogonal à pontet rond, le barillet est décoré, ce que je déplore, mais c’est discret … Plusieurs fois on m’a demandé comment j’avais pu autant rayer le barillet !

Malgré le fait qu’il soit un Pietta, je ne dénote aucun problème d’ajustement, les pièces n’ont pas de jeu, aucun arrête n’est saillante et le bois de la crosse est beau, agréable au toucher et parfaitement ajusté au corps de l’arme. Le laiton, l’acier jaspé et le bronzage sont nickels et reçus non rayés, l’arme baignant dans une huile abondante… D’un poids conséquent, on peut tout de même tirer à bras franc sans se fatiguer (en PN, le rythme de tir est plutôt lent)

Ah oui, détail qui à son importance : le prix ! En France par en VPC il coûte 150€, pour ce prix, c’est un rapport qualité prix que je trouve excellent.

Utilisation

Comment fonctionnent ces revolvers ? Un peu moins facilement que les armes modernes il faut l’avouer :

  1. Une fois le chien à demi-cran, placer de la poudre noire (dosage abordé plus bas) au fond d’une chambre du barillet
  2. Si besoin, compléter l’espace vide avec de la bourre (feutrine) ou de la semoule (plus économique et contrairement aux ragots, innofensif pour le canon en acier…)
  3. Placer la balle de plomb d’un diamètre légerement supérieur au calibre
  4. Tasser tout ça grâce au refouloir de l’arme (la pièce sous le canon)
  5. Certains graissent les chambres de leur barillet à ce stade, moi pas.
  6. Faire de même avec les 5 autres chambres
  7. Placer des amorces sur chaque cheminée
  8. Et enfin : enfumer le stand !

En pratique, aller tirer à la poudre noire demande plus de matériel qu’aller vider une boite de 9mm… Beaucoup plus… Voici un petit aperçu de l’indispensable

Matériel PN

Pour le stand :

  • le Colt
  • des lunettes de protections, fortement recommandées et obligatoires dans certains clubs (dont le mien)
  • des balles (vaselinées, dans le petit sachet)
  • des dosettes de poudre et de semoule. Le plastique servant de support aux cartouches de .45ACP pour faire tenir les dosettes droites
  • des amorces
  • il manque l’indispensable et fidèle cutter sur la photo, et quelques autres babioles… Et un casque anti-bruit :)

Et pour l’entretien :

  • une clef démonte cheminées (usinée par mon beau-frère, celles du commerce étant fragiles)
  • du WD40, qui dégrippe et huile au nettoyage
  • de la graisse 3 en 1 pour les cheminées et l’axe du barillet
  • des chiffons, bien pratiques sur le stand aussi soit dit en passant
  • des outils, tournevis, maillet, …
  • un écouvillon, des brosses…

Pour trimballer tout ça (je n’emmène pas le nécessaire de nettoyage au stand, ni la boîte de balles complètes) j’ai pris une caisse à outils dont le couvercle est compartimenté (idéal pour mettre presque 75 dosettes).

Pour le tirDémonte cheminées

Passons à un autre point important, le dosage de la poudre. On peut la peser, dans mon .36 il est conseillé d’utiliser entre 0.8g (minimum) et 1.4g (charge de guerre) par chambre. Un étui de 9mm contenant 0.92g de PNF2, c’est par flemme ce que je mets. Je complète avec un étui (de 9mm toujours) de semoule et le tour est joué, une fois tassée la balle est à fleur de barillet.

Une autre méthode de chargement existe, notre ami Von Flern est entrain d’en devenir l’expert : les cartouches combustibles pour revolvers PN. En gros dans du papier à rouler (qui sera brûlé lors du tir) on met de la PN et de la semoule, puis la balle. Du coup charger le revolver se fait en 3 étapes au lieu de 5 et on ne se salit pas les doigts en touchant des balles graisseuses. J’avais fait un essai concluant, j’en ferais d’autres à l’occasion.

Pour rapidement décrire le tir selon les termes d’un ami : SCHBOOOM HAHAHA ! Le rire est contagieux dans le stand (la fumée de poudre noire est peut être corrosive pour le cerveau !). Le coup part franchement le recul est très doux, l’odeur bien particulière (et pas désagréable) et la fumée omiprésente après quelques barillets). C’est vraiment le pied !
Je vous ferai des vidéos potables à l’occasion (je n’en ai que des bof actuellement).

Une fois la cible trouée (ou pas), il faut vite rentrer chez soi (à part si on a acheté une arme en inox) et nettoyer son matériel… C’est la partie que j’aime le moins. Pas parce que c’est difficile, le démontage est aisé, le dépot de PN s’enlève facilement si c’est vite fait, et le remontage rapide aussi, non si je n’aime pas, c’est parce que c’est vraiment long de faire ça avec chaque pièce, nettoyer, sécher, huiler… Il faut dire que je fais du zèle… Et démonte intégralement mon Colt à chaque fois… Le prochain sera en inox je vous le dis !

Conclusion

Une fois le « matériel PN » acheté, aller tirer ne coûte presque plus rien, et les sensations sont différentes du .22 (je compare avec un autre calibre économique). Bien sûr la précision est différente aussi.

Pour une arme « 1er prix » (et pour le débutant que je suis), c’est vraiment l’idéal ! Comme dit précédement, les finitions sont très correctes, l’arme est un coup de coeur authentique, le tir très agréable.

En espérant vous avoir un peu donné envie de tester la PN, si vous souhaitez tester sur Paris, contactez Jidé (le lien à gauche) et on se fera tous une session PN un soir ou un aprem’.

Annexe – Démontage / Remontage

Si vous comptez tirer avec votre futur Navy, il faudra le démonter pour le nettoyer… De préférence. Pour ceux qui n’aiment pas démonter mais se sentent obligés de le faire, voici le démontage / remontage étape par étape, en espérant que ça aide.

Matériel nécessaire :

  • Un tournevis plat de largeur moyenne mais peu épais
  • Un maillet en caoutchouc (ou en bois)
  • Une petite cale (laiton, bois, etc.) pour faire sauter la clavette, je me sers d’un tome-pouce plat
  • Eventuellement une clef à cheminée

Démontage

Clavette Démontage sommaire
Placer le chien en position intermédiaire, revolver posé sur le côté gauche. Faire sauter la clavette d’un coup de maillet en s’aidant d’une cale. Une fois la clavette ôtée, presser le refouloir contre le barillet (et non une chambre vide) afin de désolidariser l’ensemble en 3 pièces. Le démontage sommaire est terminé.
Cheminées Crosse
Si vous avez une clef à cheminée, vous pouvez les démonter. Les clefs du commerce (mis à part la Pedersoli qui coûte les yeux de la tête) étant fragiles, faites ça à plat, doucement. Ôtez les 2 vis à l’arrière de la crosse, près du chien, ainsi que celle située sous la crosse.
Ressort de chien Pontet
Dévissez la grosse vis du ressort du chien, située à l’arrière du bloc crosse. Ôtez les 3 vis du pontet. Le démontage intermédiaire est terminé, certains ne nettoient jamais le bloc détente, je préfère le faire… Continuons.
Détente et ressort Chien interne
Retirez les 2 vis du bas et la vis du ressort situé sous le bloc détente, et récupérez les 3 pièces qui en tombent. Enfin, dévissez la vis du chien, et glissez celui-ci vers le bas, cela entrainera la dernière pièce… Démontage terminé !

Remontage

NB: il est préférable, à l’instar de toute visserie, de ne pas visser « comme un bourrin », mais de « faire prendre » les vis une a une, puis les serrer plus fortement (pas trop) une fois le montage terminé, alternativement, en ne serrant pas d’affilé pas les vis voisines.

Chien Chien monté
Replacer la petite pièce permettant au barillet de tourner sur le chien (s’aider de la photo), puis glisser ces deux pièces dans le chassis grâce à l’encoche s’y trouvant. Vous devriez arriver à ça, préparer ensuite les deux pièces, celle de gauche doit être posée dans l’encoche visible sur la photo, la partie fine vers le chien.
Détente Détente mi-montée
Une fois en place, faites prendre la vis (du haut). Vous devriez en être à la photo. Placez ensuite la queue de détente et faites prendre sa vis (du bas).
Détente montée Pontet
Posez ensuite le ressort sur les autres éléments et vissez le. Tout est en place, vous pouvez serrer les vis plus fort. NB: à cette étape, armer le chien à mi-course peut aider. Replacez le pontet et ses 3 vis.
Ressort de chien Carcasse
Pour le ressort du chien, vissez le à la main, puis forcer dessus pour le faire prendre sous le chien. Vissez ensuite plus fort. Vous avez la carcasse, vous pouvez alors replacer la crosse et ses 3 vis.
Remontage Remontage fini!
Crosse en place, placez le chien en position intermédiaire, glissez le barillet autour de son axe, puis enfilez le canon. Donnez quelques coups de maillet sur la bouche du canon pour le faire tenir, remettez la clavette toujours grâce au maillet… Tout fonctionne ? Vous êtes prêts à retourner l’encrasser au stand !

C’est pas parfait mais l’idée y est, n’hésitez pas à me conseiller sur des améliorations ou sections à ajouter.

Robin

PS: voici la liste des films où apparait cette arme.


11 réponses

Nickel cette revue. On a beau dire, c’est quand même du boulot la Poudre Noire. le nettoyage doit être fastidieux, quand je vois les minuscules pièces à démonter. Mais bon quand on aime.

<< le nettoyage doit être fastidieux, quand je vois les minuscules pièces à démonter >>
Tout le monde ne démonte pas le mécanisme intérieur à chaque session ; c’est une affaire de goût ! Une fois par an me paraît un bon chiffre :-) ))
___ Amicalement, Doc Jidé

T’as un inox Jidé !

La solution trempage + séchage des pièces métalliques au four peut être une bonne soluce aussi apparemment.

<<T’as un inox Jidé ! >>
Oui, mais quand même, nettoyer L’INTÉRIEUR !!!
Allez, j’admets… une fois par mois :-)

Jidé : c’est le démontage complet qui lui fait peur !
PS : Vendredi, je vous montre une nouvelle facette de mon remington 1858 … ah ah ah !
 

Il sera bien obligé de démonter son inox intégralement un jour ou l’autre, quand on a installé sa crosse longue le bloc détente avait l’air un peu noirci.

@Von Flern : quel teasing ! J’ai hâte d’y être !

Très bonne review du 1851 ;)

A voir chez H&C maintenant :
http://www.hc-collection.com/

« Ca y est ! La cartouche papier calibre .36 » est disponible ! Pour tous vos Colt, Remington, Spiller & Burr…chambrés dans ce calibre.

Et pour répondre à vos demandes, vous trouverez aussi des feuilles de papier hyper combustible H&C en grand format. »

perso, je demonte entierement mon 1858 apres chaque seance de tir! j’ai du mal a admettre qu’on puisse nettoyer que partiellement son arme car la poudre noire se fout dans tous les recoins, et deja au bout de 10 tirs, la durete de la detente augmente a cause des residus de poudres brules!
pour le nettoyage, j’ai opter pour la solution du » degraissant metaux » qu’on trouve en grande surface a 4€ le litre, c’est un produit naturel (non issu du petrole) qui n’attaque pas le bronzage et qui s’avere tres efficace pour decoller les residus de combustion! ensuite, rincage a l’eau tres chaude qui s’evapore tres vite, donc pas besoin de passage au four, juste un coup de soufflette dans les endroits difficiles. une fois sec, huilage a l’huile pour moteur de voiture dans les parties mecaniques interne et balistol pour l’exterieur de la carcasse!
voila ma recette, et pour finir, preferer la poudre suisse a la poudre francaise, elle encrasse moins, mais elle est un peu plus chere!

— Doc Jidé : « produit naturel (non issu du petrole) » : très intéressant !!!
Poudre suisse : plus personne sur Paris n’accepte d’en vendre !!! Et ils répondent franchement : « trop cher, invendable ! »

Superbe review merci !
Le calibre .36 correspond-il à un 9 mm en calibre ? Je demande ça car je souhaiterais acheter un kit d’écouvillon conçu pour le 9 mm, mais je me demande si c’est adapté à un calibre .36 à PN ?

Ðoc Jidé : oui, le .36 c’est quasi du 9 mm !!!

Super le tuto pour le remontage et démontage!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.