La RS-1 F.M.R. sur base de CZ-455 (.22LR)

Par Jidé le 25 juil 2012





Panique du premier jour


Une grosse peur le premier jour, 15 juillet 2012 : arrosage de cibles, un seul H+L acceptable

C’était certainement le TANC qui me frappait (Traumatisme de l’Arme Neuve et Chère) + la détente ultra-sensible (plein de balles échappées) + cette crosse aux formes bizarres (comment la tenir par en dessous ?) + le bipied (je suis adepte du cric) + la poignée pistolet…



Ça va mieux …


Mais 24 heures après, ça va mieux.

Aujourd’hui (après une vingtaine de tirs de réchauffage )



… j’ai atteint le TUMPH (Trou Unique Mais Patatoïde Hélas) deux fois , et surtout les mauvais tirs étaient “annoncés” !!! Et la lunette Sutter 24x (provisoire) est très convaincante.



Les trous ont des formes différentes (plus ou moins “wad-cutter”) : les une sont de munitions Lapua X-Trainer, les autres de Lapua SK-Match…
Toutes les cibles de cette page ont l’air différentes, mais c’est dû à la photo ; ce sont toutes des 22 Hunter (il y a des visuels différents sur cette cible, mais de même taille) et l’euro sur l’une d’elle donne l’échelle. Tir assis, sur table, avec bipied Harris, 50 mètres, extérieur sans vent notable.

Troisième séance : dents de scie


Pour mon troisième jour de tir (résultats en dents de scie…) j’ai une théorie :
cette arme est terriblement peu “anatomique” !!!

Je sais bien que je m’y habituerai peut-être mais en attendant :

• la crosse “M-4” ne me va pas, ni en hauteur, ni au toucher (car je la tiens par en dessous quand je tire), j’utilise une serviette de toilette pour ne pas meurtrir ma main ;
• la poignée pistolet n’est pas au bon endroit pour moi ;
• les “marques de doigts” sur cette poignée sont mal situées ;
• le rail Picatinny est trop court pour faire avancer et reculer le montage optique à l’endroit optimal ;
• la queue de détente n’est pas “de match” ;
• un bipied en bout d’arme, c’est tout le poids reporté sur la crosse et donc à l’épaule (vive le cric ou autre support placé près du centre de gravité) ;
• un bipied militaire ne se règle pas finement en hauteur (par exemple réglage à chaque rangée de la cible 22 Hunter) ; il faut déchausser l’arme.




En tout cas, voilà un échantillon de ce que j’ai pu faire aujourd’hui…

Quand on compare à une carabine de tir avec crosse “libre” , le confort n’a rien à voir : tout est réglable ! Comment faire les mêmes points d’eux ?




En fait, avec la RS-1, on s’achète au prix fort (MILLE DEUX CENTS EUROS) un “look militaire” mais pour quoi ? Je pose la question !!!!!

Y a pas que la RS-1 dans mon interrogation mais aussi les centaines de modèles différents de AR-15 et de M-4 qui sont proposés en semi-auto sur le marché civil… C’est simplement une mode ? Pourquoi faire ?


4e jour : on atteint les 500 cartouches


Je crois avoir compris aujourd’hui ( en resserrant un peu les groupements, qui ne tiennent pas toujours le blanc…) ce qui se passe.

Déjà, j’ai supprimé le bipied, et ressorti les “oreilles de chouette”, ce qui pallie les soucis de poids de crosse. J’ai refusé de changer réglages de lunette et cartouches, pour ne pas me laisser tenter par la solution “C’est pas d’ma faute !” (Des écarts dus à la munition joueraient sur des millimètres et non des centimètres !) J’ai pensé à faire changer le rail Picatinny pour pouvoir reculer la lunette (en ce moment placée déjà au maxi vers l’arrière) et du coup pouvoir reculer la plaque de couche à un meilleur endroit. Et cetera…

Et aussi j’ai tiré, tiré et cogité…

L’arme, en fait, est tout simplement FA-TI-GANTE ! On peut faire des dix à la demande, si, si… mais l’effort est si énorme qu’on ne peut recommencer plus de deux-trois fois de suite ! L’arme ne pardonne rien, retrouver d’un chargeur à l’autre la même position (même la position de la main sur la trop grande poignée pistolet) est aléatoire. Mais quand on “annonce” une bonne balle, elle est bonne.

J’ai déjà rencontré ce problème lorsque je tirais au “pistolet libre” à 50 mètres (vers 1980), une discipline tellement effroyable (physique + mécanique + mental) qu’atteindre le milieu du noir était un exploit limité à deux-trois de suite, avant effondrement musculaire et moral du tireur…


On rencontre aussi cela avec des armes un peu dégueu, comme des Crosman 2240-2250 avant bricolage de la détente, ou des pistolets BBs pas chers (pas de poids, pas de visée, pas de crosse, pas de détente… — tout est à la charge du tireur et de son expérience).

Une particularité avec ces armes “impossibles” est que les cinq premiers coups le premier jour partent quasi dans le même trou (car il y a une grosse concentration au démarrage) mais qu’on ne peut plus retrouver ces conditions ensuite… Car ensuite on s’énerve, on se fatigue, on se décourage et c’est la cata.

Bon, concluons pour l’instant : en se crevant le cul, on peut y arriver. Est-ce que l’entraînement peut limiter à la longue la terrible fatigue, sûrement. Est-ce que (à mon âge…) je tirerai assez longtemps pour y arriver, on verra.


Conclusion : c’est le divorce !


La saga “Jidé et sa RS-1” aura duré trois ans et demi dont la moitié de “placard” — comme pour un sale gosse — suite à des journées mauvaises sans raisons et donc par vengeance

Vous l’avez suivie en direct sur l’excellent forum 22 LR PUR FORUM… C’est la deuxième fois que j’ai un tel comportement avec une arme ayant une cote impressionnante dans le public, la première fois ça a été la revente d’un Ruger Mk. III KMK-512, que je n’ai jamais su apprivoiser.



Eh bien donc, elle est revendue ; le divorce est consommé, enfin, mais il sera pas dit qu’elle m’aura battu !

  Sur ces derniers tirs (50 mètres, bench assis, lunette 40x Sutter, munes SK-Standard) on relève le meilleur H+L de notre vie commune, 8 mm + 5 mm soit 0,45 MOA… mais pas un “vrai monotrou”.


Alors que la Sako Quad Range (à voir ici ), qui a remplacé cette RS-1 dans mon coeur, signera un 50/50 dès sa 4 sortie… (50 mètres, bench assis, lunette 12x Leupold, munes SK-Trainer en vrac).



C’est fini… Amicalement, Doc Jidé



6 réponses

Magnifique! On attend on attend :=)))))

C’est vrai que ces détentes sont spéciales au début, surtout qu’il n’y a pas de course ni de bossette, j’aime pas trop, mais on s’habitue quand même!

Merci jidé pour cette comparaison intéressante!

Pour le bipied, pourquoi ne pas mettre des livres ( ou un autre support) sous la crosse ? Comme ça, ce seront eux qui supporteront le poids de l’arme, et tu seras un peu plus stable qu’au cric.

Ðoc Jidé : c’est une bonne idée — et c’est d’ailleurs à cela que servent les « monopieds » que l’on place sous les crosses… ou les sacs de sable en forme d’oreilles de lapin (ci-dessous). Je vais essayer.



http://www.espfrance.com/product.php?id_product=26688

B. — Je pense vendre ma RS-1, car comme toi, je ne vois pas réellement à quoi ça sert…
Jidé. — SANS BLAGUE ?????
B. — Oui… Le pire, c’est que mes cartons sont meilleurs avec ma CZ-452 silhouette crosse synthé à 400 € et avec des cartouches de merde !!!!
C’est une très bonne carabine, mais pas évidente à manier… et trop exigeante pour moi…
Jidé. — Ouille, je n’en suis pas à la revendre (!!!) mais je vois que la rentrée va être dure !!!

Bonjour !!! HEUREUX avec ma Tikka T3 sporter, une 223 qui tire dans une piéce de 10 c a la demande et concentration, bipied Harrys et bête coussin comme reposoir de crosse (rechargement par mes soins) ; no probleme pour communiquer poudre, charge, etc.    xanpou@gmail.com

Ðoc Jidé : je te crois sans peine pour avoir tiré deux Tikka, une « vieille » et une « toute neuve » ; c’est du bon matos !

 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.