La carabine .22 LR TOZ-78-01

Par Jidé le 4 déc 2010

Premiers contacts avec la russe blonde



À force de fréquenter des stands « au long cours », en grande banlieue où les distances ne sont pas un problème, un petit pistolier CO2 « en chambre » risque un jour de se transformer en carabinier !
Enfin, bon, n’exagérons rien : il ne s’agit que de tirer (et pour l’instant intra muros à 25 mètres) qu’une petite arme d’entrée de gamme — mais je l’ai vue, blonde et m’a-t-on affirmé, presque vierge, dans une vitrine de quartier, en occasion. Après un délai de réflexion de trente jours (si elle n’était plus là, tant pis), j’en ai fait l’acquisition pour une poignée de dollars…
Je compte faire toutes les expériences possibles, avec toutes les configurations (munitions, positions, distances, optiques…) envisageables.
En cette deuxième sortie, une lunette Sutter « combat » (ou chasse) de 1-4×24 faisait les frais du test (après l’inauguration avec visée « métallique » d’origine, c’est-à-dire guidon et hausse)…
La munition était de la CCI Blazer « de réforme » qui a si mal marché avec mon pistolet Ruger Mk. III
En quatre fois deux opérations seulement, « bas » et « droite » sur les tourelles de l’optique, on est passé de 15 cm d’écart à 5 mm, avec de beaux 50/50 sur cette pastille qui a exactement la taille d’un centime. (La cible elle-même est une C50 en photocopie réduite, telle qu’on la verrait à 50 mètres.)
Les tirs étaient contrôlés par un télescope Bushmaster 60x .
La pastille, vue 60 fois, prend la taille entière de l’écran… (car quoique conduits à 25 mètres, tous ces tests sont conçus pour une utilisation à 50 voire 100 mètres, dès que l’occasion s’en présentera… et il y a peu de rameneurs électriques à cette distance). À deux cents mètres, la semaine dernière, avec Doudoudidou, ce télescope s’était révélé ridicule avec des impacts de 4,3 mm (17HMR) et sous la bruine… Par ailleurs, il me faudra imaginer un trépied moins encombrant que cette mocheté de récupération (pourquoi trois pieds, d’ailleurs ?). L’oculaire se plie au choix de zéro à 90 degrés, fait rarissime ou unique (?) sur un télescope de tir.




Le support de tir , dont la taille est pile-poil celle nécessaire en hauteur par exemple à Combs-la-Ville, est tout simplement le « U » en chutes de contreplaqué qui sert de raidisseur à mon grand sac de tir mou… N’oubliez pas que je suis toujours en deux-roues et que tout doit être conçu léger et petit…

Le sac de cuir fauve en « oreilles de chouette » remplace la trousse d’écolier bourrée de vieux gants de toilette qui était mon ordinaire avant que je devienne un carabinier bourgeois…
L’histoire de son remplissage avec des billes de polystyrène (pas de sable, poids oblige) fera l’objet d’une notice à elle seule : une heure et 50 minutes à deux personnes pour la garnir.
Mais l’objet est bien pratique.

La carabine est belle (crosse blonde admirée par tous), légère (je puis faire des comparaisons maintenant que la Bandajidé est équipée de MAS-45, KK-54, CZ-52 et Haenel 22), sa manoeuvre est correcte, la détente gratte un peu [défaut disparu après rodage] mais de façon constante et prévisible ; le recul est quasi nul, aucun incident de tir sur 300 cartouches.




Tir au dioptre « réglementaire »



Personne n’ignore mon attirance maladive pour le tir avec dioptre ou oeilleton, qu’ils soient « Tang » (western), réglementaires (armée) ou « compète »…
J’ai installé donc un dioptre Williams grâce à l’interface du rail Dove 11 mm, pour que le tir ressemble au T.A.R. (« ressemble » seulement : la TOZ n’est pas réglementaire)…

Ça donne un beau look martial, mais la pose fut un calvaire (je vous expliquerai dans une section Bricolage). Je ne recommande pas cette solution à mon pire ennemi.





Difficultés de réglage aussi : voici le parcours du combattant de la manipulation des huit vis nécessaires… Un petit après-midi à 25 mètres :-(





Enfin arrivé au but , ouf, on s’essaie au tir sur des silhouettes métalliques , mais la cible est presque invisible à l’oeil nu…

À cinquante mètres


Direction, sous une tempête de neige, vers un pas de tir de banlieue parisienne, en sous-sol et chauffé…
Installation, assis, posé sur le coussin « oreilles de chouette », premières balles…
Note : la détente ne gratte plus.


L’effet « dioptre » fonctionne à plein régime : on sait que le trou de taille minuscule (j’ai choisi 7/10 de millimètre) augmente la visibilité de la cible (profondeur de champ, très connu des photographes). Ainsi, moi qui myope ne vois pas la C50 à 50 m suis capable de la viser sans lunettes ! Résultats épatants (à mon goût :-), mais je ne vais pas perdre de nouveau du temps à tourner des molettes, je ne m’intéresse qu’aux groupements et je compte les points mentalement (ici , c’est Photoshop qui a matérialisé en jaune les zones 8, 9 et dix…).


Fou de joie, je m’essaie au tir debout :



Bon, stop, fatigue… Le reste va se balader n’importe où (deux heures et demie de tir), bonne, bonne journée…



Amicalement, Doc Jidé


6 réponses

Très bon premier contact pour moi aussi, rapport qualité / prix excellent, et très bon look (surtout avec l’oeilleton qui suivra je présume).

Bonne revue de la petite Toz!
J’en ai acquis une la semaine dernière
(le modèle 78-[04L|17] suivant les armureries qui ressemble fortement à la Winchester Wildcat produite par Toz) pour un prix intéressant!
J’envisage de l’essayer le weekend prochain (si le stand est ouvert – problème avec les chasseurs des alentours)…
Comme la hausse d’origine est très rudimentaire, j’ai commandé aux USA un oeilleton qui se monte en lieu et place de la hausse (queue d’aronde de .375″)

Ðoc Jidé : J’en ai un (un Williams) et il a fallu des heures d’ »aménagements » (à la lime) ; tu nous diras pour le tien ?
http://www.espfrance.com/visees-metalliques/dioptres/dioptres-williams-serie-p-6580.html
Aussi je trouve le « trou » trop grand (visée « guerre » et non match) mais c’est facile aussi à corriger (quand on a la chance de ne pas affronter les arbitres du TAR !!!!!)

 

Oups l’image n’est pas passée dans le commentaire, voici les liens.
L’oeilleton :
http://i66.servimg.com/u/f66/13/56/76/95/10-22_10.jpg

La carabine :
http://img.naturabuy.fr/uploaded/20100715/364134/00019_22-russe-TRES-BELLE-NEUVE

— Doc Jidé : Bien reçu ton article, qui sera publié pour Noël. Je n’avais jamais vu ni cette marque (!!!) ni cette position pour mettre un oeilleton…!

Je viens de lire que la visserie des iris (le « trou ») des dioptres était standardisée et interchangeable !!!

Post-scriptum : oups, mal lu, il faut un adaptateur :-(

J’ai reçu ma lunette Sutter et ses montages pour rail de 11mm… Par contre le rail sur ma Toz ne fait que 10mm et les montages ne pincent pas assez! As tu eu le tour? Si oui quelle solution as-tu adopté (limage des montage pour qu’ils serrent plus ou cale en canette de coca en aluminium)?

Ðoc Jidé : Ça arrive trop souvent :-( (russes, Twinmaster…) Je coupe une espace en plomb comme utilisaient les imprimeurs, de telle sorte qu’elle fasse 20 mm x 2,2 x 1,1 ; je possède une collection de différentes épaisseurs. Une espace suffit pour les deux anneaux. À placer du côté où l’on ne visse pas. Le plomb (ici en version dure, pas « plombier ») adopte exactement la forme nécessaire au calage. Si tu m’envoies une enveloppe timbrée, je t’expédie une collection de 6 espaces de différentes épaisseurs… PS : On dit « une » espace et non « un », quand on est imprimeur. Je vais faire une page (photos, schémas) sur ce petit gadget indispensable. Et aussi sur le limage-fraisage des supports pas assez étroits !!!


PAGE PUBLIÉE, VOIR ICI :
/reviews/reviews-accessoires/montages_optiques2/3499/#defautdove

JPEC : J’ai adapté les montages… Voir le résultat : http://i75.servimg.com/u/f75/15/05/59/89/toz-210.jpg et les détails (le montage du bas est retouché, celui du haut est d’origine) : http://i75.servimg.com/u/f75/15/05/59/89/toz-110.jpg.

David B. : « L’un de vos articles parle d’une carabine 22 Lr, la Toz 78, où vous avez installé un dioptre Williams. J’ai une CZ 452 Super Match (12 rayures de canon au lieu de 6) que j’utilise pour tirer avec ses organes de visée métalique à 50 m.
Le souci est que je porte des lunettes correctrices et je tire beaucoup mieux avec une arme disposant d’une hausse à oeilleton plutôt qu’une en U. Il existe chez Williams un modèle spécifique pour CZ 452 et un autre « standard » se montant sur tout rail de 11 mm. J’hésite à franchir le pas d’acheter un dioptre car je ne sais si je peux garder le guidon d’origine de ma CZ 452 ou si je dois en changer et/ou y mettre un tunel et aussi j’ai peur que le bloc de hausse d’origine ne soit « dans le chemin » et bloque la nouvelle ligne de visée composé du dioptre Williams et du guidon d’origine (si celui d’origine est bien entendu compatible avec l’utilisation du dioptre)
Pouvez-vous m’éclairer ? Je vous en serais très reconnaissant. »

Ðoc Jidé : Porteur de lunettes aussi, je ne peux jamais utiliser les hausses d’origine, et de pluss je préfère de loin le dioptre ou l’oeilleton.
Sur la TOZ, j’ai dû démonter (modif réversible) la hausse métallique d’origine qui était « dans le chemin », mais j’ai conservé le guidon qui est livré dans un tunnel protecteur ; sa hauteur est compatible avec le très bas dioptre Williams. Sans tunnel, ça serait aussi bien (le tunnel n’est indispensable qu’avec les guidons compète ronds troués). Changer tout le guidon pour un modèle de match, ça n’est guère à la portée d’un amateur (aménagement d’une queue d’aronde)…
J’ai eu des longs soucis de montage (lime et fraise… pour laisser passer le levier de culasse en arrière) avec un dioptre standard Williams et j’eus préféré un « spécial TOZ » qui n’existe pas, je te conseille donc le « spécial 452″.
Attention : les dioptres Williams reproduisent pluss les dispositifs de sniping militaire (« réglementaires ») des années 20 que des dioptres olympiques micrométriques ; leur réglage est un art… Et aussi, curieusement, on dit qu’il faut tout huiler copieusement !!! J’espère t’avoir aidé ? — Jidé

 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.