Les 22 LR tous libres (page 2)

Par Jidé le 21 fév 2011




S  o  m  m  a  i  r  e
1. Le Drulov 75
2. Juste pour énerver
3. Le Contender
 


Cette page (cette série !) fait suite à la review* sur le Drulov 75 par notre ami AuShaker, arme témoin encore répandu de la Belle Époque d’avant 1993 qui sonna le glas du 22 LR libre…

Afin d’énerver et les jeunes et les vieux, d’abord quelques rappels de publicités de cette époque…




La loi de l’époque fut votée sur un coup de tête démagogique, comme à notre habitude (cette manie débuta en 1934, au lendemain d’une émeute fasciste place de la Concorde ; avant, on avait une « poche revolver » à nos pantalons !) ; dans les années 90, ce furent des habitants irascibles de « cités sensibles » qui tiraient à la carabine 22 sur des « djeunzz » ayant trafiqué le pot d’échappement de leur mobylette…

On s’en ficherait… si ça n’avait fait immédiatement disparaître des supermachés une foule de carabines merdiques mais aussi vider les armureries sérieuses des bijoux comme cette Anschutz semi-auto à visée Williams, les Unique X-51, les Erma USM-1, les Clairon en 22, et généralement tout ce qui n’avait pas assez d’importance pour que les tireurs licenciés se lancent dans les formalités sadiques de l’autor* préfectorale…


Un mot suivi d’un astérisque* est défini dans notre petit dictionnaire des sigles et des argots.



Le phénomène Contender


Ont échappé à ce carnage quelques indispensables, dont le fameux Contender : une arme presque en kit qui commençait généralement sa carrière sous cette forme banale :




… mais qui la continuait avec changement de canon (toutes leslongueurs, tous les calibres du 22 au 44 Mag en passant parles « wildcats », munitions bricolées maison)…
Ouvrant la porte à la S.M.* et au T.L.D.* :





À bientôt… Amicalement, Doc Jidé


À suivre :



1 réponse

Ha l’Unique X51 bis, une merveille! Pour l’anecdote j’en ai possédé une quelques mois et bien après la fameuse période de vente « libre ». Ce devait être en 1999 et mon dentiste, passionné d’armes s’en défaisait pour une bouchée de pain….je l’ai gardée un moment, puis j’ai dû lui rendre, faute de « sous » pour lui payer, car je faisais construire ma maison!!! Depuis mon dentiste préféré nous a quittés à la fleur de l’âge…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.