Les montages et les optiques : un tour d’horizon (1)

Par Jidé le 13 jan 2014

S o m m a i r e
I. LES RAILS ET LES MONTAGES
Les rails : Picatinny, Weaver, Dove, U.I.T.
Les montages (anneaux)
Un exemple pratique
Exceptions et particularités
Les montages pour pistolets automatiques
• Passer d’une norme à l’autre : à venir
Un défaut courant des rails 11 mm

II. DIFFÉRENTES VISÉES
Visée ouverte, fermée, optique : qu’est-ce ?

III. POINT ROUGE, LASER
Les points rouges
Un combiné lunette-point rouge-oeilleton…
Un point rouge sur un pistolet de gros calibre, c’est possible
• Les lasers : à venir

IV. LUNETTES DE VISÉE
Lunettes de bas de gamme
Lunettes pour pistolets et revolvers
• Hors-texte : les carabines “scout”
• Autres lunettes : à venir

V. DIOPTRES, OEILLETONS
• Différence
Le tir au dioptre pour les nuls !
Fabrication d’un dioptre tang artisanal (sur Winchester, sur revolver Remington 1858…
• Autres exemples : TOZ-78
• Dioptres
• Oeilletons



À titre de point de départ, une petite photo de ce que j’ai essayé pour vous…

(Les optiques montées définitivement sur mes armes n’en font pas partie, naturellement, mais j’en donnerai une review* quand même !)





I. LES RAILS
ET LES MONTAGES

Rail Walther
de type Dove + Weaver
en largeur 11 et 21 mm :
un exemple rare et presque idéal !

Les rails

Le « rail » est un accessoire ou une partie de l’arme qui permet d’y fixer, de façon provisoire (démontable, échangeable) toutes sortes de compléments optiques ou autres, pour ce qui nous concerne dans ce « tuto », disons que ce serait une lunette de tir.
Un rail a grosso modo la forme prismatique ci-contre , dont toutes les dimensions peuvent être différentes d’un modèle à l’autre, dimensions dont nous allons donc beaucoup parler aujourd’hui.
Dans le cas le plus fruste (petites carabines A.C.), le rail n’est qu’un fraisage dans la carcasse de l’arme elle-même , il n’est pas échangeable. Cette forme en « queue d’aronde » lui donne le nom de dove en anglais. En général un tel rail fraisé fait 11 mm de large.

Sinon, ci-dessous , voici une carcasse d’arme (en gris) avec deux taraudages (pas de vis), sur laquelle on va fixer un rail de son choix (en bleu) grâce à deux vis (jaune).
À droite , l’ensemble monté ; ça doit résister à brutalité des tirs, souvent on collera la visserie avec une colle « frein-filet ».





Les montages (anneaux)

Sur le rail ainsi énergiquement installé, on place deux « montages » ou « anneaux », présentant en dessous la partie (femelle, pourrions-nous dire) du prisme du rail. Deux vis à serrage manuel ou le plus souvent des vis « à six pans creux » (utiliser une clé « Allen », dont il est nécessaire de posséder toute une collection de toutes tailles). Un coin mobile ( ici en jaune), vendu avec le montage, permet le serrage encore une fois énergique des montages sur le rail.
Quelquefois (pour les carabines A.C. brutales), on préfère un « montage monobloc », les deux anneaux étant soudés sur un seul montage femelle très long.


Voilà un « montage » (ou « anneau ») type. Mais ils vont toujours par paires.
Pour l’acheter il vous faudra auparavant décider :
le diamètre, selon la lunette choisie, environ 25,4 mm (un pouce anglais) ou environ 30 mm, rarement 19 mm,
le rail (sa largeur)correspondant à ce qu’on a installé précédemment, environ 11 mm ou environ 22 mm,
la hauteur, choisie pour que la lunette ne touche pas l’arme, certaines peuvent faire 50 à 60 mm de diamètre à leurs extrémités pour un diamètre de leur corps de 25,4 ! Quand le montage est très haut, il y a parfois un trou dedans (comme sur notre schéma), permettant d’utiliser aussi les organes de visée ouverts d’origine, hausse et guidon.


Encore un point « compliqué » en théorie, simple quand on a pigé : les rails de 21 mm sont divisés en trois catégories pas forcément compatibles…

Rail Picatinny : il est parsemé à distance régulière et normalisée , de fentes (slots*) qui permettent de laisser passer la visserie et d’empêcher les montages de coulisser sous le choc des tirs

Rail Weaver : il est percé de fentes (slots*) aussi, à des distances aléatoires et de forme carrées ou rondes (pas les deux en même temps comme ici !)

Rail propriétaire (rare !) : il n’offre pas de fentes ou pas normalisées, et sa largeur peut être un peu différente) ; on ne pourra jamais monter un laser Picatinny standard sur un rail de pistolet Heckler & Koch USP sans un bricolage (osé, vus les prix)… Autre exemple célèbre : le fameux pistolet Zoraki a un rail 21 mm mais une seule fente ; on doit en créer une deuxième, à la lime

Deux fentes dans un bout de plastique… et il y a gens qui croient encore que ça peut se faire tout seul, en attendant… Ou qu’on va fabriquer des red dots spéciaux pour eux… Ou que leur Zozo étant unique et donc destiné au musée, il ne faut pas le déflorer !



Un exemple pratique


Montage d’une lunette de pistolet sur un Zoraki (parce qu’il le vaut bien !). La lunette Weihrauch (ou le modèle Walther, dont les qualités sont vraiment identiques) a un corps de 25,5 mm, le diamètre de son oculaire n’est pas grand (34 mm), le rail de l’arme est un Weaver (un peu spécial, voir sa review) ; on se procure donc deux anneaux de montages bas diam. un pouce pour rail 21 mm. .



Pour les besoins du photographe un bout de rail représentera le pistolet — actuellement en cure de beauté !



Lors du montage d’un anneau sur le rail, il est courant de faussement mettre à l’envers la pièce de serrage (jaune sur le schéma précédent), bien vérifier et retourner le cas échéant



Les deux demi-anneaux du haut à fixer et c’est fini :


On place donc ensuite le dessus des anneaux et on les serre par les quatre ou huit vis Allen. On procédère en quinconce, avant droit puis arrière gauche, puis avant gauche puis arrière droite, sans trop serrer. On vérifie que le réticule de la lunette est strictement vertical . Puis on refait une passe en quinconce en serrant mieux. Puis on refait une passe en serrant au maxi.


Plein d’autres exemples et tutoriaux ici :
www.forum-airguns.com/accessoires-optiques
(merci Zlika)
À lire : fr.wikipedia.org/wiki/Rail_Picatinny
En v.o. :
Picatinny Rails / Weaver Rails : What’s the difference ?


Un exemple des effroyables bêtises dont le Net est coutumier : « Sauf erreur de ma part [sic !], le weaver est le rail qui se trouve ‘au dessus’ de l’arme. Le picatinny est celui qui se trouve ‘en dessous’. Au niveau de la bouche du canon.
Et quand ont parle de 11 mm, on parle de celui dont on parle. En général à ce que j’ai pu constater, la plupart des rails font 11 mm. »

Quelle catastrophe !



Exceptions et particularités




N’achetez pas de montages dont le dessus fasse plus que le tour du corps de la lunette, car il faudra peut-être forcer contre nature pour clipper (clipser ?) cette pièce sur la lunette !
Voici un extrême : 30 mm en haut, 11 mm en bas, montage haut avec trou pour utilisation des organes de visée ouverte.



Une lunette très courante , donnée avec beaucoup de carabines bas de gamme, corps hors normes de 19 mm, montages indémontables pour rail Dove de 11 mm ; impossible à monter sur autre chose.



Montages « propriétaires » pour canon de Crosman de la famille 2040-2050 ; hors rail Dove 11 mm point de salut ! Montage « propriétaire » pour la famille Kalashnikov : pas de possibilité de poser un rail au-dessus, on doit le monter sur le côté — mais n’existe qu’en Picatinny…



Pas de montages du tout pour ces deux points rouges : ils y sont incorporés ! Celui de gauche serait compatible Weaver et Picatinny, l’autre risque de ne monter que sur un Picatinny…



Rail Picatinny spécial fourni avec le P.M. HK-MP5, qui a besoin de taraudages extérieurs… Sur une arme de très haut de gamme , on laissera à un armurier qualifié de soin de tarauder des trous pour ce montage monobloc sans rails.



Sur ces armes de « cagouleux à trois trous du dimanche », le nombre de rails est proportionnel à l’égo des tireurs : 3, 5, 6 rails… pour lunette et laser et point rouge et lampe et baïonnette, etc. Les budgets n’étant pas extensibles, plus il y a d’objets, plus ils sont de bas de gamme (lunettes floues au-delà de 10 mètres, lasers de bureau). À éviter.



Rails pour armes de poing : presque toujours situés au-dessous de l’arme, ils ne peuvent supporter ni lunette ni red dots, mais tout le reste : laser, lampe…
Sur ce CP-99 , le rail est si court qu’un accessoire devra s’en accommoder, vérifier avant achat… Sur ce X-FIVE est installé un des rares lasers utiles (du moins parmi ceux abordables dans nos gammes, disons inférieur à 150 euros), il est minuscule, sans fil à la patte, puissant, et possède lui-même un rail inférieur mâle pour encore un autre accessoire !



À ajouter au chapitre sans fin des originalités récentes, un système de rail pour tenir un appuie-joue, des anneaux pour tenir des rails qui tiendront d’autres anneaux…




… et enfin un montage « vide » prêt à accueillir n’importe quoi de non normalisé (ici le fameux red dot* Docter, le plus cher du monde). La liste des gadgets ne s’arrêtera plus jamais…


Les montages pour pistolets automatiques


On a vu que les pistolets présentaient souvent leur rail au-dessous de la leur carcasse, ce qui empêche l’utilisation des lunettes et points rouges ; cela est dû au fait qu’on ne peut pas fixer solidement un rail et des anneaux sur une culasse qui recule et ravance avec une énergie incroyable…
Exceptions : une carcasse fixe comme le Weihrauch HW-40 qui offre de moulage un très bon rail 11 mm, ou ce Ruger Mk. III sur lequel la culasse est intérieure et ne fait pas bouger le sommet.



Le montage d’un rail (propriétaire) est prévu par Ruger dès l’achat (taraudages) mais malgré cela et le peu de puissance de la 22LR, les trois vis du rail même bien serrées ne tiennent pas plus de cinq minutes au tir : un collage des vis est indispensable… (vis frein filet). Le rail est surbaissé afin de ne pas nuire à la visée ouverte fédérale*.



Le reste du temps on devra utiliser un procédé tenu par le rail du bas et présentant un rail en haut, comme sur ce CP-99 Compact Recon 09, le Colt à BBs dit Special Combat, certains Beretta Px4…



… ou ce Glock (avec une crosse, de plus, et un rail « dupliqué » sous le rail inférieur occupé !). Mode : les crosses de Glock génèrent en ce moment le même chiffre d’affaires que les pistolets eux-mêmes.



Dernière possibilité : fixer un procédé sur un côté fixe de la carcasse et qui soutienne un rail supérieur. Voici un (vrai) pistolet de T.S.V.* avec un tel montage, et voilà un Baïkal MP-651 CO2 sur lequel on a bricolé un tel système pour l’amusement



Voilà la même chose sur un STI de gros calibre de notre ami AuShakerPasàlaCuillère 



Voici le magnifique X-Five Open issu du X-Five CO2, « arme de l’année 2010 :



On parlera d’autres beaux bricolages plus tard… le principal pour bricoler étant d’avoir du stock :





Prochain article : équiper une arme.. Que choisir ? Lunette normale, lunette pour pistolet, point rouge, laser ?
Nous hésitions encore dans les conseils à donner ; après plusieurs demi-journées entières de tir (22LR pistolet et carabine), notre opinion est faite désormais !



À bientôt… Amicalement, Doc Jidé








Un défaut courant des rails 11 mm

Un défaut courant des installations sur rails Dove 11 mm est le manque de « course » sur les fixations d’anneaux :



On peut arriver en fin de course de serrage sans que le montage soit bloqué, il flotte… Exemples concrets : le Röhm Twimmaster, et les russes (TOZ-78, IJ-61…). Que faire ?



Placer une cale (en jaune ci-dessus ) du côté mobile du montage (impératif !) (meme si la visserie est dans le sens inverse de ce schéma). Un métal idéal, le plomb, un peu mou … Les anciennes imprimeries regorgeaient d’espaces et d’interligne de plomb, et j’en ai personnellement récupéré quelques kilos dont je puis faire bénéficier les lecteurs sur demande. Une épaisseur de presque un millimètre (deux ou trois points typo) est généralement correcte.



On découpe une espace facilement au cutter sur environ deux millimètres (la longueur est correcte) et on la place comme sur le schéma :



On serre fortement, et la cale épouse bien la fente… La petite pièce , quand inutilisée, est précieusement étiquetée et rangée ! Sur ce rail d’IJ-61, on aperçoit un petit bout de plomb dépassant exprès pour la photo (flèche jaune ), ainsi que la clavette (flèche bleue) qui empêche le support de lunette de reculer sous l’effet du choc au tir (petit clou de 1,5 mm en laiton brillant — pour les besoins aussi de la photo ; serait noir autrement !).


Un lecteur-collaborateur de Jidénet conteste l’utilisation de plomb : mou, il se déformera éternellement à chaque revissage et n’offrira donc pas la durabilité d’une cale en vrai métal dur.


AUTRE POSSIBILITÉ

On pourrait aussi — mais nos lecteurs craignent tellement d’abîmer leur cher matériel  — limer les parties en regard sur le côté mobile du montage. Voyez les flèches jaunes sur les documents ci-dessous…








Un exemple pratique de cette opération chirurgicale, pratiquée par JPec sur sa TOZ-78 (photos visibles dans la partie Commentaires)… 









Un rail spécial “match”. — Avec les carabines de compétition, au-dessous du fût, se trouve un rail “en creux”, c’est le rail U.I.T. (Union internationale de tir) dit aussi “rail Anschutz”.



Il est là pour accepter le garde-main, ou la grenadière pour la bretelle, ou le petit bipied dont se servent les matcheurs pour reposer leur carabine entre deux séries.

Ça s’achète par exemple chez Gilles ou chez Brownell’s



II. Visée ouverte, fermée, optique…

Visée mécanique ou métallique (pour différencier de « optique ») ouverte :

Hausse et guidon. Au loin, la cible floue.

La partie la plus près de l’oeil est la « planchette de hausse ».
La hausse peut être appelée « mire » ; le « trou carré » dans lequel on voit le guidon sera alors appelé « cran de mire ».

Certains de ces « trous » sont réglables en largeur pour s’accommoder de différentes conditions de luminosité… De même, les guidons peuvent être interchangeables.

Une hausse enfermée dans un gros tunnel pare-soleil (tir longue distance sur silhouettes métalliques) reste une hausse et ne devient pas un dioptre ou oeilleton.
Attention à cette phrase : « Ce pistolet me tente en visée ouverte, car j’ai déjà un open. » Dans ce cas, « open » (« ouvert » en anglais) ne veut pas dire « visée ouverte » ; ça signifie « j’ai déjà un pistolet en visée red-dot, ce qui le place dans la catégorie des armes open », les armes sur lesquelles on a le droit à tout ajouter… « Open » comme dans « tournoi open » !




Visée mécanique ou métallique (pour différencier de « optique ») ouverte :

Hausse et guidon avec adjonction de points lumineux (fibre optique, Truglo, tritium phosphorescent radioactif). Au loin, la cible floue (peu floue, elle n’est qu’à sept mètres).

Visée mécanique ou métallique (pour différencier de « optique ») fermée :

Dioptre (ou oeilleton) et guidon.
La cible est moins floue.
Visée mécanique ou métallique (pour différencier de « optique ») fermée :

Dioptre et guidon tunnel ; le tireur choisit la forme du guidon, ici il entoure la cible (moins floue). C’est le style carabine 10 mètres air et 50 mètres classique.
Visée optique fermée :

Lunette de visée : ici un réticule en forme de croix, plein d’autres formes sont possibles adaptées au tir, à la chasse, à la guerre.
Certaines lunettes grossissent plus ou moins (zoom).
Certains réticules sont éclairés.

Visée optique fermée :

Vue cotée d’un réticule Mil-dot (nom propre). Mil ne veut pas vraiment dire militaire mais milliradian (mesure d’angle).
Voyant une cible d’une hauteur réelle connue, on connaît sa distance grâce à sa hauteur en mils (taille de la cible en mètre x  1000 /nombre de mils = distance en mètres ; un exemple ici). Ou au contraire, à distance connue, on contrevise d’un certain nombre de mils en cas de vent…

Attention : un mil n’est pas du tout un MOA (minute d’angle). Attention : un mil de l’O.T.A.N. n’est pas tout à fait égal au mil mathématique, ni au mil russe, ni au suédois (approximations - simplifications dues aux militaires de chaque camp !).
Visée optique fermée :

Vue de la cible dans un red dot (ou point rouge).
Attention : pas red hot !
Les points rouges peuvent être rouges, verts (jaune sur le schéma pour être mieux vu)… La taille ou la luminosité peuvent être réglables. Ils fonctionnent sur des piles (attention au type, choisissez des types courants).
Un red dot ne grossit généralement pas. On tire les deux yeux ouverts.
Visée optique ouverte :

Vue de la cible pointée par un faisceau laser visible. La cible est physiquement éclairée par la lumière.
Peut être rouge ou vert (jaune sur le schéma pour être mieux vu.). Fonctionne avec des piles (choisissez des types courants). On tire les deux yeux ouverts.

FAQ • Peut-on choisir sa visée ? — Non, pas en tir sportif, chaque discipline a sa visée à elle. • Sur les schémas, on a fait figurer en exemple les cas courants, écureuil en tôle = lunette (Field Target), quille = Truglo… • Tout ce qui est dit ici théoriquement est valable pour toutes les gammes. • Tout ce qui est dit ici pratiquement est valable pour le tir de loisir (ordre d’idées, p. ex. red dot ou laser de loisir = 30-200 euros, de guerre = 1300 euros).








Les points rouges (red dots)


Ces accessoires permettent de ne pas se préoccuper d’organes de visée : plus de hausse et guidon, plus de flous à négocier… Aussi sont-ils une aide à la pédagogie (c’est mon opinion, elle sera mise à mal par les grands sportifs), ainsi qu’une bénédiction pour les tireurs bigleux et/ou soixantenaires.
On regarde la cible à travers un écran transparent, un point rouge apparaît, on le pose sur la cible, les yeux ouverts, et pan ! Le point (immatériel) n’est visible que par le tireur, et seulement quand la cible est bien en face.
Quatre familles de « red dots » (« points rouges » en anglais) :
ÉCRAN, TUBE, MICRO, MILITAIRE ; ces catégories sont les miennes, je ne sais pas si d’autres auteurs se sont préoccupés de donner des noms ?

 RED DOT ÉCRAN 



Mon chéri à moi , léger, pas cher, bas sur pattes et compact, et surtout amphibie « 11 et 22 mm » (tous les types de rails possibles !), vendu sous le nom Walther ou Swiss Arms, modèle Competition. Se trouve parfois en boutiques en France, à des prix corrects, n’obligeant pas à l’achat chez Waffen Ostheimer (inférieur à 50 euros).

Une fausse hausse (trait blanc) permet l’utilisation éteint, et le pointage rapide. Comme tous les red dots, on a une pile, un rhéostat de puissance (luminosité, de 0 à 11), deux vis Allen de réglage haut-bas droite-gauche, et les griffes pour le rail (Allen aussi). Notez qu’on n’a pas à acheter un quelconque autre support sur une arme vendue avec rail (HW-40, Zoraki, Röhm Twinmaster, Fein 65, tous les revolvers, toutes les armes longues !). À essayer avec vos lunettes de vue, ou vos lunettes de tir ou sans rien, selon votre goût après essais.



À part deux défauts communs à tous les red dots de bas de gamme (eh oui, 50 euros = bas de gamme ; les « vrais » tapent à 900 et quasi autant pour le montage…), la taille du point varie avec le réglage de luminosité, et le point n’est pas un cercle parfait, plutôt un « patatoïde »… il n’offre autrement que des qualités, j’en ai monté trois sur différentes armes de poing et même carabines .
Le montage « dans le vide avec une seul pied » n’est possible (mais reste déconseillé) que sur une arme A.C. douce, sans aucun recul, comme cette divine Fein… Monté sérieusement sur ses deux pieds, il supporte le tir de 22 Long Rifle sur (par exemple) un méchant pistolet Ruger Mk. III ou sur une gentille carabine TOZ-78.



Le type « red dot écran » se trouve sous d’autres formes et d’autres marques.



Mon autre choix bien meilleur techniquement, mais n’offre pas la possibilité de rail 11 mm (22 mm seulement). Plus cher également. Possédé (d’occasion) depuis un an, il n’a été sérieusement « bench-testé » que cet après-midi…



Ce red dot Walther-MDS tout métal possède un réglage de diamètre de point, en plus de sa luminosité. La forme de ce point est toujours parfaitement ronde (eh oui, c’est rare… le patatoïde règne sur les entrées de gamme). Il semble consommer très peu (oublié plusieurs semaines allumé, il n’était pas mort.) Le montage sur rail est particulièrement énergique. Il coûte 119 euros chez l’excellent vendeur ArProtech : voir ici.
Pour clarifier nos affaires, ce Walther n’est pas réglable avec la même clé Allen que le précédent, et les vis « up » et « r » sont à un endroit différent… En revanche elles sont à clics, ce qui est plus que rare aussi. Un terrible point rouge !


 RED DOT TUBE 



Il y a les gros tubes… Diamètre 40 mm, comparable à la cible canette ! Je sais que le diamètre d’une optique assure une meilleure qualité, mais là il doit y avoir exagération… Tous vendus en Picatinny, même si Doc Jidé les monte (en plus !) sur des supports convertibles 22-11 mmm « maison » :



Il y a les tubes normaux ( un pouce, 12,7 mm) qui réclament un ou des anneaux de montage en 11 ou 22 mm.



Utiles, beaux, gracieux, comme sur ce Röhm (dont le rail ne fait pas une dimension normalisée — un peu petit : il lui faut des anneaux de 11 mais à large débattement)…
Pour les red dots « tube » la gamme va de 75 à 1400 euros.



Tube aussi, ce Sutter à l’allure martiale (tri-rail pour les élites masquées qui aiment fixer dessus un projecteur xénon, un laser et une lunette 2-60×80)



… qui est vert ou rouge au choix, et grossit deux fois. Bon achat pas cher (je pense que Sutter « trie » les optiques chinoises et n’importe que les moins pires ; en tout cas j’ai toujours été content du rapport qualité/prix.)


 RED DOT MICROS 

Minuscules, ultra-légers, montage incorporé… Ils sont à tube ou à écran et possèdent tous les réglages des grands frères. La gamme est aussi étendue (le Fuzyon ci-dessous à gauche, parfait, fait 150 € ; le célèbre « Docter Sight » est bien plus cher ; le second photographié est un Walther qui a une tare, un réglagle de luminosité à deux positions, petit point invisible ou énorme point en trèfle à quatre feuilles éblouissant…)…



Un « micro » de moins de 20 grammes ne risque pas d’alourdir un pistolet d’un kilo deux !



FAQ • Le point rouge est-il autorisé en club ? — Aucune discipline sportive ne fait appel au point rouge (à part le T.S.V.*), donc ce sera peut-être mal vu… • Piles « normales » ? — Non, petites ou grosses plates genre photo ou horlogerie… Vérifier le prix des piles avant d’acheter un accessoire, ça bouffe car on oublie toujours de les éteindre… ou les acheter en gros à Hongkong… • Y a-t-il des problèmes [ou des réglages] de parallaxe ? — Je n’en ai jamais rencontré et à ce jour nul ne peut le certifier. Une réponse donnée dans les commentaires de bas de page a dégénéré en pugilat et tout a été supprimé. On peut consulter le lien suivant, plein de détails techniques et d’optique :






  RED DOT MICROS, L’ACTU 

Minuscules, ultra-légers, montage incorporé… on les a vus juste ci-dessus. La nouveauté, c’est que la « technologie » (en un mot la miniaturisation + la solidité) ayant évolué, on peut faire installer un micro-point rouge sur une arme de poing de gros calibre (soit pour exercer des disciplines spéciales, soit tout simplement parce qu’on devient bigleux avec l’âge…).



Il ne s’agit pas de monter les viseurs sur un rail fixé au-dessous, sur la carcasse — car aujourd’hui beaucoup de carcasses sont en plastique — mais carrément de remplacer la hausse réglable LPA ou autre (montage en queue d’aronde) par le viseur point rouge. Et, oui, il encaissera le terrible recul, c’est garanti sur facture…



Attention, ça n’est pas destiné à des airguns à 50 euros : un tel montage (pour l’instant fait à la main par un armurier compétent, en attendant une normalisation des supports) et le red dot ad hoc forcément haut de gamme, faut compter au moins 500-600 euros. Sur un Heckler und Koch à 1500, on peut y réfléchir, sur un Glock, ça va doubler le prix… [Photos D.R., capturées sur Internet.]



La suite bientôt… Amicalement, Doc Jidé





N  o  t  e  s


1. Sophie (retour au texte)






27 réponses

Déja tout ça, et il a pas encore commencé les lunettes =O
Super job jidé !!!

Doc Jidé : il y a 500000 de pages web sur les lunettes de carabines, mais guère d’info fiable sur les rails (Picatinny, Weaver, Dove ?) ou sur les lunettes à pistolets… Aussi consacré-je beaucoup de temps à ces sujets brumeux.

Petit rappel pour les visées mécaniques/métalliques:
Trop haut : baisser hausse/monter le guidon
Trop bas : monter hausse/baisser guidon
Trop à gauche : décaler la hausse vers la droite/ le guidon vers la gauche
Trop à droite : décaler la hausse vers la gauche/ le guidon vers la droite

Doc Jidé : Clair et net ! Ajoutons que selon les armes, visser une hausse (par exemple) ou un réglage de lunette, reddot, etc. peut monter le tir ou le descendre, selon les marques et les nationalités des engins. Visser la hausse ne veut pas dire forcément la descendre.
Il faut prendre note pour chaque arme ou accessoire et l’avoir sous les yeux au tir.
De même selon les pays, « L » sur un réglage peut dire : « si ça tire à gauche » (sur les Fein : bei links) ou le contraire « pour tirer plus à gauche » !!!

Merci Jidé pour le STI que Steph et Sassan connaissent déjà…
Pour le Drulov 75 ce doit être une relique aujourd’hui car classé en 4ème pour un .22 à 1 coup pôvre de nous comme dirait Steph. Cela étant je n’oublie pas le reportage sur celui ci et les photos des autres aussi. Comme le temps manque, je suis toujours en retard d’une …..guerre, pour 007 ce n’est pas normal!!! Alors je vais me mettre au boulot c’est promis!
Amicalement
PS: Steph cette Sten nous passionne tous!

Tu as oublié de parler du problème de parallaxe sur les red dots pas chers.

Doc Jidé : Voilà, ça a été ajouté.

(…)
Et AuShakerPasalaCuillère, c’est vrai que ton pseudo est pour le moins original, mais il dépasse les cadres du site du Doc, pas sympa ça, arf ! Le « pôvre », comme on dit du côté des Lecques ! (pour savoir  ce que sont « Les Lecques, demandez à la petite cuillère… Et si on ne gardait que le shaker pour remuer toutes vos méninges…)
Et moi, en attendant un STI, un Drulov, ou un Ruger KMK 512, je me contente de ma « petite collec » en 4.5,  snif !
Mais pour redevenir sérieux, c’est un réel plaisir de vous avoir rencontrés, et je vous remercie de m’avoir accepté dans votre « club » !
Quant à la Sten, elle avance. Devant l’impossibilité de démonter canon et manchon, j’ai supprimé ce dernier, sauvagement, et son remplaçant arrive, avec un chargeur. Il ne manque plus que la crosse et un pontet ; après ça, la Sten retrouvera son âme, je vous le promets !
Bonne fin de soirée à tous

Moi aussi je suis enchanté que vous m’ayez accepté et de vous avoir rencontrés. Sur le site de Jidé, c’est le « pied » !
Le problème de parallaxe est complexe sur les red dots, certains (sauf  haut de gamme) ne le corrigent que jusqu’à une certaine distance… Le choix dépendra alors de l’arme et de l’utilisation que l’on cherche à en faire….
Je me renseignerai un peu plus sur le sujet qui est dense il est vrai! — Amicalement, Aushaker

Doc Jidé : Merci ! J’ai compris deux ou trois fois ce qu’était la parallaxe, mais je l’ai aussitôt oublié… :)
Doc Jidé : Quand vous voudrez demander des ajouts et des corrections, merci de spécifier l’endroit de la page que cela concerne ;
par exemple « au-dessus de la photo144″ (un clic droit sur une photo vous permet de connaître le nom des photos) ou « à la place de “la taille du point varie avec le réglage de luminosité”… »
MERCI pour le typographe !…

Une news « ancienne » dans la série lunettes :
j’ai enfin retrouvé une lunette que l’on m’avait donné il y a une quinzaine d’années, origine inconnue.




Mais un « amateur éclairé » ma laissé cette info :
« ça ressemble à une ZF où similaire………. bon c’est bien une ZF 42 le tube doit être en 26,5 où 27mm, longueur 280mm avec un objectif généralement de 39mm c’est bien la fameuse lunette du K98K une légende!!! une pièce de collection elle à était fabriquée de 1942-1944, il y a plusieurs versions, elle à 2 évacuations d’eau, elle ce démonte avec précaution, mais elle ce démonte et c’est du costaud!!! on connait la qualités des allemands, tu sais elle à une sacrée histoire ta lunette……………………………………………….!!! »

 

Je crois que le copier/coller ne marche pas des masses… Merci à Jidé de voir ça

Doc Jidé : Désolé, mais si tu utilises Word, Excel, ou autre, évidemment, il n’y a rien à faire, sauf enlever ensuite le bla-bla, ce qui prend un temps fou.
Fais simplement ça avec le « Bloc-Notes » ou autre éditeur « SimpleText » : l’adresse de ta photo entre < >
Ça serait bien que la photo fasse 444 pixels de large ou un peu moins.
Le SEUL BON EXEMPLE est ci-dessous

Bonjour voilà une photo :
<img src="http://i30.servimg.com/u3/photo.jpg">
Signé : MargarineSeulementJamaisDeBeurre

Salut,

C’est corrigé, ca sentait le copier-coller de word qui avait rajouté plein de « saloperies » ;)

Belle lunette !

Doc Jidé : Je copierai les photos ailleurs quand on sera arrivés aux lunettes ; car elle mérite d’être pluss mise en valeur.
MISE AU POINT DE DOC JIDÉ : Quelques messages énervés ont été supprimés ; espérons que le calme revienne.
Pour les prochaines fois :
a) on lit la page
b) on apporte des précisions, avec textes, photos, URL à l’appui
c) ou bien on pose des questions
d) on n’interprète pas les messages des autres lecteurs, on leur répond
e) et on ne compare pas pluss Jidenet à ªirguns qu’on ne compare un rouge-gorge et un pitbull
Doc Jidé : RAPPEL : Tout ce qui est dit dans cette page théoriquement est valable pour toutes les gammes. — Tout ce qui est dit dans cette page pratiquement est valable pour le tir de loisir (la différence étant seulement le prix ; ordre d’idées, p. ex. red dot ou laser de loisir = 30-200 euros, de guerre = 1300 euros).

Au fait pour ceux qui cherchent des lunettes pour armes de poing, cherchez les lunettes pour armes scout

Doc Jidé : des armes scout ??? détails SVP ???


VOIR ICI !!!

.

Les armes scout sont des armes de chasse, mais la lunette est « éloignée » du tireur
Comme ça :
http://www.grizzlycustom.com/pagephotos/scout_mf350_leftrear_1.jpg

Doc Jidé : jamais vu ça ! C’est super d’en apprendre tous les jours ! Attention, scout en anglais ne veut pas dire scout en français !!!

VOIR ICI !!!
 
 

La technique va trop vite : voilà encore un nouveau style de red-dot (ici une réplique airsoft d’un matos existant réellement) :

J’peux plu suivre !!!

Sa c’est pour les airsofteur, pour viser a partir d’un coin de mur sans prendre de risque

Doc Jidé : les militaires l’ont quand même inventé les premiers, ce sont les airsofteurs qui suivent !!!

Sinon Jidé, as-tu déja essayé les magnifier pour Red-Dot ?

Doc Jidé : Je redoute que, comme dans le domaine des appareils photo, une optique de m*rde (enfin, je veux dire pour airsofteurs, « pas chère ») ne puisse engendrer un avis valable sur cette technique nouvelle (red dot + loupe rabattable). On sait qu’un « Kit Koso » pour Famas comme en vend notre ami Didier Morandi vaut 1100 euros



Rien que les supports rabattables ou clipsables sont impossibles en bas de gamme (trop de jeu, un 50e de mm fout tout en l’air ; tests faits, il faudrait que je l’ajoute dans la page)
Nota bene : sur la photo ci-dessus, la cible se situerait à droite.

Je me doute que les militaires l’ont inventé les premiers, mais vu que tu tire ça d’un site d’airsoft ^^

16/01/2001 20h38

Cher Monsieur, L’armurerie Au Bonheur du FAMAS ne vend que des articles de professionnels pour professionnels.

Merci de ne pas faire d’amalgame. — Cordialement.

Doc Jidé : C’est ce que j’ai signalé dès le début dans cette page (une page « à risques » !), ne pas confondre les torchons à 40 euros avec les serviettes à 1000 !!! Les airsofteurs (enfin, surtout les dealers d’airsoft) suivent presque au jour le jour les progrès des professionnels à des prix évidemment dix fois moindres (plastoque made in Asia) mais… en laissant volontairement planer des doutes… (mots du métier, Mil-dot, Acog, MIL-STD-1913…)
Et nous, les tireurs ? Ce genre de produits (on est là sur l’exemple du red dot avec loupe x3 escamotable) n’offre aucun intérêt dans aucune de nos disciplines, ni en tir de loisirs…
Je ne m’étends (longuement) sur le red dot « tout court » que pour ses qualités pédagogiques.
[La rédaction est ravie de voir que Jidenet est lu aussi par les pros :-) ]

Le gp camera + red dot a été vu ici :
http://gunshoplille.com/lupr.html
 
 

Voici en avant -première une photo illustrant doublement nos propos (sera intégrée dans la page elle-même, lors de la suite prochaine sur les red dots à apparence militaire :

Notre Clairon national avec 3 rails Picatinny et un red-dot et une loupe x3 !!! (© Au bonheur du Famas)

Bonjour je recherche un montage bas pour adapté une « Bushnell 4x custom .22″ sur un rail pica. 22m de carry handle. photos:
http://img.naturabuy.fr/uploaded/20110504/596957/__00001_Lunette-tir-Bushnell-occasion-4x-CUSTOM-22-.jpg
elle a un rail 11mm intégré… sur un rail:
http://pan.fotovista.com/dev/8/4/04994148/l_04994148.jpg
merci. – ps: je poste ici, car je ne peut vous contacter en mp.

Ðoc Jidé : Ces lunettes à support intégré non démontable sont toujours un casse-tête. Je ne vois pas de solution qui soit viable…

Superbe article. Bravo et surtout merci, cela nous permet d’avoir un bon aperçu.
Je suis à la recherche d’un point rouge pour équiper mon futur Ruger 22/45 Target. Et autant dire que c’est la jungle, les prix vont de 10 à plus de 2000 €.
Il y aurait-il un modèle que vous me conseilleriez aux alentours d’une centaine d’euros ? (Sites ou boutiques en France de préférence.)
Le but principal étant le tir de loisir sur cible à 25 m, histoire de changer un peu des traditionnelles visées ouvertes.

Ðoc Jidé : sur cette arme plutôt lourde, il faut chercher dans le « micro red-dot » !



Avec une carcasse dans ce genre tu trouveras des points rouges chez Fuzyon, Swiss Arms, Sutter… ; soit chez les armuriers français ayant un site, soit chez Sutter, chez les chinois… sans dépasser la barre des 99 euros. Pour commencer, et voir si ce style de tir te plaît… Le seul point noir d’un mauvais point rouge, c’est la forme patatoïde de son point, et ça on ne le sait que quand on l’a :-(

Bonjour,
Merci pour les informations données sur ce site.
Je cherche néanmoins toujours un support le plus « slim » possible pour pouvoir monter un Aimpoint micro T1 en picatiny ainsi qu’une X400 toujours en picatiny sur un Glock 17 Gen 4.
Ce que j’ai trouvé de plus proche c’est ceci:
http://www.google.fr/imgres?imgurl=http%3A%2F%2Fwww.recoilweb.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2014%2F01%2F6-second-mount-ALG-Defense-and-Geissele-2.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fwww.recoilweb.com%2Fthe-6-second-optic-mount-37339.html&h=639&w=958&tbnid=s7DtAXohg9OmQM%3A&zoom=1&docid=WEZ_0HFN4W-2tM&ei=nuO4VPi0DYr0UrHSgcAF&tbm=isch&client=safari&iact=rc&uact=3&dur=401&page=1&start=0&ndsp=38&ved=0CCIQrQMwAA
A seulement 300Dollars…
Est il possible de trouver en France un producteur capable de fabriquer ceci?
Il y a t il d’autres solutions?
Merci beaucoup.
Mathieu.

Bonjour à tous.
Je viens de lire avec intéret cet excellent article concernant les montages et les optiques et j’ose une question:  est-il possible de fixer aisément un viseur point rouge sur un révolver colt python 6 pouces ?
J’avoue faire partie de ces « soixantenaires  » dont la vue n’est plus ce quelle était et que l’option viseur point rouge me semble intéressante.
Merci.
Cordialement
 
 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.