Le “JidÉtau” (suite) : étau pour arme brutale

Par Jidé le 28 fév 2011

Le Revenant et le JidÉtau


Un article de JV09




Le “Revenant”, c’est un pistolet à piston-ressort Walther LP-53 acheté il y a 44 ans, prêté en 1980, et qui m’a été restitué à Noël 2010. Il existe encore des gens honnêtes !
À vrai dire je l’avais oublié, peut-être parce que je n’en avais jamais “tiré” rien de bon, Et depuis qu’il est de retour cela continue ! Mais à qui la faute : de moi, qui suis bigleux et plus tout jeune ou de lui qui ne serait qu’un tromblon ? — Voilà un bon sujet pour le JidÉtau.

PRÉSENTATION

Le Walther LP-53 est une arme à canon basculant dont le piston-ressort est placé dans la poignée.


L’emballage d’origine a très vite été remplacé par une boîte plus pratique réalisée à partir d’un étui de masque à gaz de la défense passive des années 1940.
L’aménagement fait appel à des blocs de balsa mis en forme et collés et à du polystyrène.

Outre le pistolet, la boîte contient quelques commodités .





Le pistolet était vendu avec trois jeux de crans de mire et de guidons de forme et de taille différentes :



CARACTÉRISTIQUES DU PISTOLET



Avec le ressort et le joint de piston (en cuir) d’origine la vitesse initiale avec des plombs H&N Pistol Finale (0,47 g) est aujourd’hui de 119 m/s, avec une bonne régularité sur une série de 7 coups :
121, 121, 120, 120, 120, 118, 119 mètres/seconde.
L’énergie est donc de 3,3 joules.
La détente est douce, très, voire trop sensible, mais pas réglable. La crosse est trop large pour ma main et je ne l’empaume pas confortablement. Les plaquettes sont quadrillées et d’un contact agréable. Le centre de gravité se situe légèrement en arrière de la queue de détente et en main le pistolet a tendance à piquer du nez. La hausse est réglable en hauteur et direction. À 10 m, le clic vaut 4,2 mm sur les deux axes.


LE TIR

Un de mes moins mauvais tirs à 7 mètres à deux mains (à bras franc, c’est pire et avec appui pas mieux)…

No comment ! Mais la faute à qui ? Consultons le juge de paix, le JidÉtau  !




Et voilà les résultats  :

“C’est pas moi, m’sieur c’est lui !”, pourrait légitimement dire le pistolet Walther, car il me semble que ces groupements sont corrects, dérive en gisement mise à part.

Ce serait donc essentiellement de ma faute ? Et pourtant dans les temps anciens je me débrouillais plus qu’honorablement avec le MAC-50, le marteau réglementaire à casser les crânes à coups de crosse.



Alors pourquoi ces piètres résultats, le temps n’expliquant pas tout ? Sans cacher que je ne suis pas un très bon pistolier (je préfère les armes longues), il me semble que l’arme a aussi sa part de responsabilités.

À mon avis pour trois raisons principales :
La circonférence de la crosse qui me rend la tenue du pistolet inconfortable.
Le déséquilibre avant conjugué avec un poids appréciable.
Mais surtout la conception même du système du piston-ressort de ce pistolet logé dans la crosse. À la détente le recul s’exerce dans deux directions : un peu vers l’arrière, beaucoup dans un sens vertical.
Et sur une arme déjà déséquilibrée, mal tenue de surcroît, cela rend le contrôle ou la maîtrise de ces mouvements très aléatoire.

La composante verticale du recul est importante, à tel point qu’il a fallu modifier le calage de la crosse sur le JidÉtau : en bois à l’origine (photo du haut) il était maté dès le premier coup, et les impacts suivants se décalaient progressivement en hauteur. La cale en bois a été remplacée par un bloc de caoutchouc dur , plus élastique, dispositif avec lequel ont été réalisés les tirs “de référence” :



Plus encore, en dépit du lest considérable rajouté sur le support du JidÉtau, cela n’a pas empêché une légère dérive en gisement bien visible sur les résultats de tir.

CONCLUSION

Il est peu probable que le pistolet Walther LP-53, compte tenu de sa conception, puisse réellement s’accorder avec moi. Pourtant il a des qualités. C’est pourquoi, comme je ne veux pas m’en séparer (il représente les deux tiers de ma première solde de sergent ADL), et que j’ai été contaminé par Doc Jidé, j’envisage de le transformer en pistolet-carabine : avec une meilleure tenue, qui sait ?

À bientôt… Amicalement, JV09


1 réponse

Et dire que, « à l’époque », on ajoutait encore un lourd contrepoids à cette arme lourde !!! Utilisait-on encore la potion magique de nos ancêtres en 1970 ?


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.