QB-57 : un point de vue autorisé…

Par Jidé le 20 déc 2010



Histoire de « Q »…B-57


Un article signé « JV 09 »

« La carabine QB-57 ? De la m… ! », on le lit assez souvent.

Oui, certes, au premier abord et aux premiers tirs, c’est ce que j’ai pensé de la carabine que j’ai achetée. Mais l’histoire qui suit montre qu’il faut se méfier d’une première impression. De plus elle rendra peut-être service et espoir à ceux qui, attirés par un prix très intéressant et un look particulier, ont été déçus voire écœurés par les premiers résultats obtenus. Car si on considère qu’une carabine, c’est fait d’abord pour envoyer un plomb sur la cible qu’on a choisie, cette arme porte en elle-même des possibilités pour améliorer la situation. Et on peut en avoir pour son argent et se faire plaisir, même pour une centaine d’euros.


PREMIER CONTACT

Une mallette plastique contenant les deux morceaux de l’arme, une lunette, une boîte de plombs et la notice avec la liste des pièces. C’est pratique.
— La lunette : un coup d’œil dedans et direction la boîte à rabiot — qualité optique plus que médiocre.
— Les plombs : une fois fondues, ces patatoïdes chinoises pourront servir de lests.
— La carabine : elle est brute d’emboutissage et elle accroche les doigts presque de partout. On verra après.
— La notice : l’éclaté est clair.

PREMIERS TIRS

Un coup de baguette dans le canon pour enlever la graisse, un peu d’huile sur le filetage de la bague de fixation du tube et on visse le tout.
Une mise à l’épaule pour prendre une visée, suivie immédiatement d’un petit coup de lime sur le guidon pour enlever une bavure trop gênante, et premier tir sur la cible Gamo, en place sur le réceptacle à 10 m.
Coup parti, la détente me convient, mais rien dans le carton. Deuxième plomb, toujours rien. Troisième plomb, cette fois-ci tiré à 5 mètres. Encore rien !
Même distance, mais sur un grand emballage en carton, avec une marque à la craie au milieu : impact à 50 cm en bas à droite ; nouveau tir : toujours très bas à 20 cm du premier !
Grave !!! d’autant que les plombs arrivent de travers.
Dépose du canon et coup d’oeil dans le tube en regardant par la chambre. Et là je découvre l’origine du problème. Le « cache-flamme » en plastique présente un défaut de moulage interne et une bosse interfère à 12 heures avec l’axe du tube (environ 0,3 mm). Lorsque le plomb quitte le canon il est ainsi déformé et dévié vers le bas.

PREMIÈRE INTERVENTION ET RÉGLAGE INITIAL


Direction l’atelier et élimination de la bosse en passant un foret de 10 mm fixé dans un mandrin à main, et retour devant la cible, à 10 m.
Tir de 5 plombs assis avec appui souple : précision passable (H+L = 2,5 x 2,5 cm), justesse à régler.

Nouveaux tirs de séries de 5 coups pour régler : en dépit des organes de réglage frustes on y arrive (voir carton). La précision reste toujours du même ordre, bof…


TIRS DIVERS

Ensuite, l’arme étant réglée à 10 m, essais de tir de 5 à 25 m. La parallaxe importante entre la ligne de visée et le tube est gênante : avant 10 m on tire bas, puis après de plus en plus haut jusqu’à environ 20- 25 m.
Ajouté à la dispersion, cela fait que le tir sur les silhouettes métalliques, voire sur des canettes de soda à plus longue distance, n’est pas très agréable.
(Pour attribuer à la carabine ce qui lui appartient, les tirs d’essais ont été effectués assis avec appui).

DÉDUCTIONS

L’âge fait que je ne peux plus voir nettement en même temps les organes classiques de visée et la cible. Une solution à ce problème semble être le point rouge. Pour des raisons de prix et pour rester cohérent avec le coût de l’arme le choix s’est porté sur un point rouge RTI Optics. Encore faut-il que son axe optique ne soit pas plus haut que celui de la visée d’origine.
Il n’y a alors qu’une solution : rabaisser le rail de fixation. Pour cela il faut raboter le garde-main et donc enlever oeilleton et guidon organiques.



MODIFICATIONS


Cela passe par l’extraction du cache-flamme (chauffer un peu et tirer en tournant) et le démontage du garde-main : facile, deux vis à desserrer. Après c’est de la menuiserie: prise en étau, rabotage, perçage de trous pour les vis de fixation du rail (vis de 4 mm à tête fraisée + écrous et rondelles). J’ai gagné ainsi environ 2 cm en hauteur.
J’en profite au passage pour vérifier que les deux vis de serrage du garde-main s’engagent bien dans leur logement sur le tube.
À l’occasion du rabotage je vois que le grain du bois n’est pas vilain. Le vernis, ou plutôt la peinture, dont il est recouvert est là pour masquer les petits défauts corrigés à la pâte à bois. Je prends donc la décision de tout poncer (garde-main et crosse) et de cirer.
Et puisque le démontage a commencé, autant aller au bout : extraction de l’ensemble ressort piston culasse puis du système de détente. (Attention il faut confectionner un outil pour décompresser puis remonter le ressort en douceur — deux tiges filetées de 8 mm, écrous et rondelles, deux entretoises dans du fer plat de 5 mm. Surtout ne pas le faire à la main, risques graves.)
Après, travail à la lime et au papier abrasif de carrossier pour adoucir tous les bords des pièces. Ensuite nettoyage soigné, graissage et remontage. J’ai lubrifié le joint de piston au « Break Free »
Pour habiller le bout du canon j’ai tourné dans un jet d’alu un cache-flamme – frein de bouche, bien entendu totalement inutile pour ce niveau de puissance : c’est uniquement pour le look !
Enfin j’ai forcé dans la poignée de crosse un morceau de polystyrène expansé dans lequel j’ai enfoncé la clef Allen de fixation et de réglage de la visée point rouge

MESURES


Il est temps de passer à plus précis.
- D’abord la mesure de la vitesse initiale avec différents plombs. (barrière optique Pro Chrono)
Avec les projectiles basiques « Gamo Match » on est autour de 180 m/s avec vraiment peu d’écarts( sur des séries de 7 coups). Avec d’autres modèles de Gamo, ou des plombs plus lourds d’autres marques la V° est plus basse mais surtout les écarts sont beaucoup plus importants.
- Puis la dispersion.
Intrigué par le fait qu’à 10 m une vieille Baïkal IJ 60 arrive souvent à donner 5 impacts quasiment jointifs (tirs avec appui par mon fils, qui voit bien, lui,) alors que cela n’arrivait jamais avec la QB, j’ai cherché pourquoi.
J’ai donc confectionné un affût de tir pour éliminer les conséquences d’un éventuel coup de doigt ou celles de différence de tenue de la carabine. Ensuite pour s’abstraire des imprécisions de la visée j’ai utilisé un laser fixé au canon. Une fois un réglage sommaire effectué pour que tache laser et impacts tiennent dans le même carton, il suffit de déplacer légèrement le carton entre chaque coup (l’armement du ressort fait bouger la carabine) pour que le laser se superpose exactement au repère de visée : c’est précis et plus reproductif que la visée oculaire. Les résultats sont éloquents Sur des séries de 3 plombs Baïkal ne fait quasiment qu’un trou alors que QB conserve une dispersion t identique à celle du tir avec appui.
L’examen plus attentif des cartons montre que pour QB il y a de l’obliquité des plombs : les trous des impacts sont très souvent ovales, voire irréguliers, ce qui signifie que le plomb vole en tournoyant sur lui même.

POURQUOI ?

Les mesures des diamètres des bouches des canons sont identiques, et lorsqu’on y présente la tête d’un plomb à la main il n’a de jeu ni dans l’une ni dans l’autre.
Par contre si on pousse le plomb par l’arrière au moyen d’une baguette de nettoyage tout au long du canon on constate que dans la Baïkal la tête est presque intacte, seule la tranche arrière de la jupe est nettement marquée par la prise de rayure. En revanche pour la QB 57 même la tête est entamée très sensiblement : elle a diminué de diamètre et ne porte plus que sur un côté sur le sommet des rayures : dans le canon le plomb est ainsi de travers et il en sort désaxé en tournant sur lui-même.



Suite à un examen à la loupe, le mandrinage du plomb vient en fait d’une bavure d’usinage. Visiblement les tubes sont rayés puis découpés à la bonne longueur et enfin le cône arrière est usiné au tour. Il y a alors repoussement du métal à l’intérieur du tube sur sa tranche arrière. Ce bourrelet n’avait pas été ôté sur la carabine que le possède. A la mise en place le projectile est scalpé, se déforme et diminue de diamètre. On sent d’ailleurs très nettement le seuil à passer.
La solution est simple: éliminer le bourrelet à la lime ronde (lime à aiguiser les chaînes de tronçonneuse à moteur) pour confectionner une sorte de cône de forcement. Une fois cela fait on sent alors nettement la différence à la mise en place du plomb, beaucoup plus douce. La prise de rayure avec un plomb Gamo Match nécessite alors une poussée de 250 gr. environ an lieu de plus de 350 gr avant.
Par contre en continuant à pousser le plomb on constate des différences de résistance à l’avancement : en fait le diamètre du tube n’est pas constant. Il s’élargi un peu à deux endroits au milieu pour se resserrer irrégulièrement dans les 5 derniers cm.
Il est probable qu’on ne pourra donc pas obtenir une précision extraordinaire.

RÉSULTATS

Néanmoins le gain en précision est sensible et on atteint, voire on dépasse souvent la spécification du constructeur : distance centre à centre pour trois coups inférieure ou égale à 3 cm à 10 m. (source ArcherAirguns distributeur des produits Brand Industry aux USA)

De plus la prise de rayure demandant moins d’énergie et la jupe étant plus étanche on observe un gain de vitesse initiale d’environ 10 m/s.

DERNIERS RÉGLAGES

Ayant pris la décision d’utiliser principalement la carabine QB 57 pour le tir sur objets divers entre 7 et 30 m., j’ai réglé le point rouge pour obtenir la convergence visée-trajectoire entre 15 et 20 m. Ainsi jusqu’à 10-12m. il faut viser la haut de la cible(si elle est petite), le centre entre 12 et 20-22 m. puis au delà à nouveau le haut.

LES PLOMBS


J’ai réalisé ces essais avec des plombs Gamo Match achetés en Espagne à très bon prix. Mais j’ai aussi testé à 15m tous les autres plombs que je possède, avec mesure de V°. J’ai utilisé le principe du tir alterné sur deux cibles accolées, pour minimiser les conséquences de l’état du tireur : un plomb de référence sur une cible puis un plomb à tester sur l’autre et ainsi de suite par séries de 4 à 6 coups.
On constate qu la QB 57 n’aime pas les plombs lourds du style Gamo TS10. Non seulement on constate des variations de justesse, ce qui est attendu, mais aussi une augmentation notable de la dispersion.
L’explication pourrait être que la carabine a été bien calculée pour le plomb de référence, à 0.5 gr. qui donne une V° égale ou supérieure à 180 m/s. Le projectile a alors quitté le canon quand le piston arrive en bout de course.
Avec un plomb plus lourd ce n’est pas le cas et on récupère les effets du choc du piston et des vibrations du canon qui s’ensuivent.
Une confirmation a été apportée par le tir de projectiles allégés à jupe plastique. Tant que le canon n’est pas encrassé la précision est bonne :

Une autre confirmation est fournie par le tir de plombs Naderman légers (0.47gr) dont la V° est de 202 m/s :

LE VISEUR POINT ROUGE RTI OPTICS


Il autorise une visée facile, sans parallaxe sensible. Mais deux points sont à améliorer :
- il faut confectionner une casquette pour éviter les reflets gênants dans certaines conditions d’éclairage :

- le réglage est rendu plus long par l’absence de repères. J’ai donc mis un point de peinture sur les vis et peint un anneau blanc autour des trous :


VALEUR DE LA CARABINE

Dans son état actuel j’en suis globalement satisfait.
Le tir sur petits objets est plaisant : jusqu’à 15m. les bouchons et petites silhouettes métalliques volent sans difficulté, les canettes de soda sont à tous coups touchées à 22m. et 3 fois sur 4 à 31m.
J’aurai aimé serrer un peu plus les groupements sur cible carton, mais la dispersion vient peut-être aussi de la visée point rouge…et certainement aussi de moi. Mais je n’ai pas de références pour savoir ce que donne une bonne « carabine » à 10 ou 15m.
Néanmoins je pense qu’il serait intéressant de monter des organes de visée classiques et de bonne qualité le plus prés possible du tube.
Le tir est agréable : détente un peu longue mais constante, pas de recul, bruit net et sans vibrations, du style (pardon pour les onomatopées) « tchap ! » et non « tchouiing… »
Il me reste à corriger deux points :
_ empêcher l’écrou d’assemblage de se desserrer au bout d’une quinzaine de plombs,
_ baguer le levier d’armement qui brandouille trop sur son axe.

CONCLUSION


Non, la carabine QB 57 n’est pas une m…

Oui, sa finition, vraisemblablement liée à son coût d’acquisition, laisse à désirer et a des conséquences néfastes sur sa précision d’origine. Mais on peut atténuer assez facilement ce point car la base mécanique n’est pas trop mauvaise et pour une centaine d’euros (inclus la visée point rouge) on aura eu tout à la fois une arme suffisamment performante et le plaisir d’avoir compris, construit et amélioré.
De consommateur basique, on est devenu acteur ! C’est stimulant !
Il y a mieux, c’est évident, mais assurément plus cher !


« JV 09 » surpris ici exerçant son second hobby… ([Photo Closer.]

8 réponses

La grossièreté des défauts de fabrication fait peut-être enfin comprendre les différences entre une bonne et une mauvaise QB ? Merci pour ton travail en tout cas… — Doc Jidé

Perso, j’ai pu tester cette… ce coup cigare géant. a 15m sans appui je n’ai réussi a mettre qu’un plomb dans la cible, autan dire qu’on est plus précis si on lance directement la carabine.

Celle que j’ai testé avais un jeux monstre de partout. La crosse en bois était dégueulasse et surtout on ce foutais des échardes partout. Le levier d’armement faisait un bruit de vieux pont levi, et il était dur. Par rapport au levier de ma Baikal IJ61…

La carabine était bien sur 100% d’origine, mais honnêtement je la trouve dangereuse. Elle tranche et tir toute seul (si si, quand j’ai posé la carabine chargé sur la table le plomb est parti – -) en clair, c’est une carabine pour bidouilleur. Si on aime plus bricoler que tirer alors c’est bon.

Pour ma part et pour reprendre une expression qui colle bien avec cette arme « je n’ai pas les moyen d’acheter de la merde ». Et au vue de la qualité de l’arme a l’extérieur, j’ai peur pour l’intérieur…

Pour moi c’est une bonne m***e. Et je sent qu’on va encore venir me dire quelle n’est pas si mal que ça pour le prix. Et bien franchement, a 90€ je trouve ça hors de prix, je préfère prendre une carabine d’occasion qu’une QB-57 neuve. Même a 50€ ça serai encore trop cher pour ce trancher les doigts sur ce tromblon…

Hello « Mon Roger » !!!
Ça confirme : deux sortes de QB-57, les monstres et les autres !!! Mais on ne peut pas savoir à l’avance ?
J’ai vu des armuriers « en boutique » la vendre avec l’adjectif « de luxe », est-ce que eux savent les reconnaître ? (En tout cas tous les prix sont approchants.)
En tout cas la mienne marche comme in faut :-) et la finition est correcte.



Juste une 30taine de plombs, la review n’est pas encore faite, c’était pour tester un « étau » improvisé.



Dans le doute : ABSTENEZ-VOUS DE L’ACHETER SANS L’ESSAYER !!!
___Amicalement, Doc Jidé

 
C’est ça, avec cette arme c’est kit ou double. Soit on tombe sur une bien, soit sur un tromblon – -

Il n’empêche quelle reste (comme toute les armes « bas de gamme ») une bonne base de custom’.

Un vendeur U.S. presque dédié à la QB-57 « Luxe » en 4,5 mm et en .22 :

http://www.archerairguns.com/Side-lever-springer-air-rifles-s/36.htm

Bonjour Jidé, et merci pour tous vos commentaires extrêmement pointus.
D’ailleurs, grâce à vous je suis l’heureux propriétaire d’une QB 57 qui, ma foi, est une excellente acquisition ! Précise et tout !…
Mais voilà, à force de faire moult cartons avec cette petite merveille, le ressort s’est cassé. Aussi je voudrais remplacer celui-ci ! Et comme je sais que vous avez entièrement démonté  cette carabine, je vous demande, avec beaucoup d’espoir dans votre réponse, comment accéder au ressort.
J’ai tout démonté et j’en suis au cylindre qui renferme le ressort et piston. merci de bien vouloir m’expliquer, si vous en avez le temps, comment procéder.
Merci par avance pour la réponse que vous voudrez (ou pourrez) bien  me faire ! — Bien cordialement…

JV 09 Le hic c’est que cette carabine est en ce moment en Corse, chez mon gendre. Il m’est donc difficile de répondre à la question car j’ai un peu oublié comment je m’y suis pris il y a maintenant presque deux ans et je ne crois pas avoir immortalisé le démontage sur vues informatiques. Mais elle pourrait revenir sur le continent d’ici deux mois.
Et puis, et c’est certainement là la véritable faiblesse des chinoises, est-il possible de trouver un ressort de rechange ? Il est vrai qu’un ressort cela se fabrique, et de bonne qualité, pour peu qu’on en ait noté les caractéristiques avant usage
Mais compte tenu du prix de la QB chez certains fournisseurs [NDLR : promo à 70 euros en ce moment chez Sodeco] on a certainement tout intérêt à acheter une carabine neuve.
Amitiés — JV

Tout d’abord, merci pour votre réponse JV.
J’ai commandé hier un kit ressort et piston chez Archer Guns (cité par Jidé juste au-dessus) pour la somme de 22 € (plus la livraison) et je compte bien effectuer ce changement car je suis extrêmement content de cette petite carabine. Je lui dois bien ça !
Hé bien tant pis, j’attendrai que la votre revienne sur le continent, ou alors une bonne âme aussi savante que vous me donnera un petit coup de main !! Merci encore !

JV 09 : je ne me souviens pas bien de la façon de démonter la carabine, sauf qu’il est judicieux de se confectionner un décompresseur.
Mais par précaution j’avais noté les caractéristiques du ressort neuf. Les voici:
longueur : 21.5 cm
nbre de spires : 28
diamètre ressort : 18.8 mm
diamètre du fil : 3 mm
Cela pourra peut-être servir au lecteur qui a l’air de tenir à cette arme car il est assez facile de se faire construire un ressort sur mesure, mais pas gratuit…
P.-S. — En regardant dans mes boîtes à rabiot j’ai trouvé un ressort à qui il ne manque que 1.5 cm et deux ou trois spires pour faire l’affaire : le reste est identique. Si cela peut dépanner (avec une cale) je m’en séparerais sans aucun problème.

Est-ce la même entreprise que Archer Airguns (archerpelletguns.com)? Ceux-là m’ont assuré qu’ils ne livrent que dans les US ?!

Réponse de JV-09 : Oui il s’agit bien de Archer aux USA. Effectivement certains articles sont interdits d’exportation mais heureusement pas tous : il faut regarder les mentions. Exemple :



J’ai commandé des pièces chez Archer pour améliorer la QB-78 : aucun problème, avec adaptation de la facture pour éviter ou diminuer les droits de douane éventuels ! Livraison à la maison en quatre jours !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.