Bricolage : une carabine QB-78 “bullpup”
(CO2, diabolo 4,5 ou 5,5 mm, monocoup)

Par Jidé le 4 avr 2014


Par Cernunos59

Tout d’abord, une question : pourquoi le bullpup ?

Réponse : le bullpup (anglicisme) est une architecture (configuration mécanique) générale d’arme à feu, destinée à réduire la longueur totale de l’arme sans sacrifier celle du canon. La chambre est pour cette raison située très à l’arrière. Sur un fusil, par exemple, le mécanisme et le chargeur sont d’ordinaire derrière la poignée, donc emploient un espace habituellement occupé par la seule crosse. Pour des détails et des exemples voir fr.wikipedia.org/wiki/Bullpup



Après ces quelques explications, on comprend mieux les avantages du bullpup : maniabilité, discrétion, économie de place et, bien évidement, esthétisme !!

Pour réaliser mon projet, j’ai comparé les différentes options quant au type de carabine à utiliser :

1) la carabine à air à canon basculant : pas terrible, manque de précision (canon non fixe), prise de tête pour placer la poignée ;
2) la carabine à air avec levier sous le canon : mieux que le canon basculant, mais la plupart ont tout de même un levier qui revient trop loin sous la crosse, donc même problème pour adapter une crosse bullpup ;
3) la carabine à levier latéral : bien mieux que les deux précédentes mais pour une bonne qualité (type Diana) il faut compter au bas mot 300 € ;
4) La carabine PCP : parfaite pour le projet mais très (très) chère, au minimum 350 €…

C’est alors que j’ai découvert la QB-78, peu chère, canon fixe, fonctionne au CO, et dispo en calibre 4,5 et 5,5 mm (.22).


NOTE DE LA RÉDACTION


Deux reviews ont déjà paru dans Jidénet, par JV09 et par Edgar.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que malgré ses initiales, cette “QB” fait l’unanimité par rapport à sa cousine, la 57  ;¬)

Un site est même spécialisé dans les pièces détachées pour cette arme, c’est Archer Airguns.



Le projet


Le budget. — Va donc pour une QB-78 (de chez Sodeco) à 129 € + quelques pièces (rail, bipied, grenadières) achetées sur E-bay et Naturabuy pour environ 30 €. Un peu de matériel (contreplaqué : 6, 8 et 10 mm + colle à bois) et d’outils (ceux qui me manquaient : quelques serre-joints) pour 30 €.

Total 189€ et des heures de plaisir et de bricolage en perspective !

Les plans. — Ne pas hésiter à se promener sur le web pour voir ce qui se fait et s’inspirer de formes qui vous semblent être les plus sympas.

Démontez la crosse (vis et sécurité à démonter) afin de prendre les mesures. Surtout bien prendre les cotes de l’arme (diamètre et longueur du canon, chambre des cartouche CO, dimension du bloc-détente, etc.). Ensuite… tracez vos plans



Le travail commence (oui, la référence à l’accouchement est volontaire !)… J’ai choisi de travailler la crosse en contreplaqué (merci JV09 pour l’idée !) car cela m’a permis d’épouser la forme du bloc-détente sans avoir à creuser une pièce en bois massif. De plus, le contreplaqué ainsi collé est d’une redoutable solidité. Mais place aux images, beaucoup plus parlantes.

Les plaques extérieures :



Les plaques intérieures : les deux sont collées, un trou est percé pour la vis de fixation.






Le mécanisme “bullpup”


Pour la détente, j’ai utilisé un levier d’attache rapide pour vélo coupé en deux (pour ce genre de pièce, faite vous copain avec un vendeur du rayon cycle/roller de votre Décathlon, ils ont plein de pièces de ce type, souvent de récup).



Ensuite, avec un profilé d’alu j’ai réalisé le bras qui viendra actionner la détente d’origine de la carabine (vive la Dremel !).



S’en suit l’assemblage des pièces :









Beaucoup d’images, peu de commentaires, il n’y a pas grand-chose à dire, à part “j’en ai ch…, et il faut de la précision et de la patience”. Pour ceux qui voudraient s’inspirer de ce projet pour réaliser une “œuvre”, un petit conseil : commencez à vous constituer une boîte à trésor dès maintenant — ne jetez plus jamais rien — les bricoleurs seront de quoi je parle !

Vient ensuite l’étape du collage des plaques extérieures :



Bien sûr, pour le collage, il faut bien plus de serre-joints, et surtout des tasseaux afin de ne pas marquer le bois.

Le gros du travail est maintenant terminé, vient ensuite la phase de finition ! Le plus dur, car il faut être patient, en effet, comme le dit l’adage “patience est mère de toutes les vertus”. Vouloir faire trop vite comme un bourrin, ce qui est à 90 % mon cas, c’est être sûr de ne pas avoir un rendu au top du top.



Les finitions


À vos limes, et bon courage… Sur ces photos, il manque encore une dizaine d’heures de travail : limage, ponçage et vernissage de la crosse ; fixation définitive d’un rail Picatinny à la place de l’organe de visée de base ; finaliser le levier de culasse (qui a été changé, comme vous avez pu le remarquer) ; placer une molette de sélection pour la sécurité (au niveau du trou visible dans la crosse) ; fixer les grenadières…

Et j’aimerais anodiser le silencieux “home-made” en noir, car comme vous pouvez le constater, la peinture ne tient pas ! Si quelqu’un sait faire ça… je suis preneur !






Voilà, voilà, la suite bientôt… Amicalement, Cernunos


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.