La carabine Barracuda-Sharp-Norconia-Norinco
(diabolo, pompe)

Par Jidé le 10 oct 2012

“Barracuda”, quésaco ?
par JV09

C’est le nom fantaisiste attribué par Sodeco-New à la carabine Sharp Innova distribuée en Europe par Norconia, une société allemande filiale du consortium d’armement chinois Norinco (du pistolet airsoft au missile stratégique…). Elle importe en Europe les productions chinoises mais aussi celles d’autres pays d’Extrême-Orient comme l’Indonésie. Ses produits portent d’emblée la gravure “Norconia Germany” et sont conformes à la législation allemande : puissance de 7,5 joules pour les armes à air. On trouve de tout : des produits remarquables comme la QB-78, ou de la m…. absolue (la carabine King proposée aussi par Sodeco), mais toujours à des prix attractifs.


La dernière nouveauté est la Barracuda, carabine 4,5 mm diabolo à pompe : une conception japonaise vraisemblablement, et, pour l’exemplaire en main, une probable fabrication indonésienne. (Prix : 99 euros + port.) Voyons de quoi il s’agit.




Déballage et prise en main



Une boîte nette relevée par les couleurs allemandes sans aucune indication d’origine. La carabine y est enveloppée dans un simple sac plastique, la hausse protégée par un capuchon de mousse.

La documentation : En allemand, avec traduction sommaire en anglais des points essentiels. Pas de vue décomposée.


Description : au déballage l’arme paraît lourde (2,55 kg) compacte (91 cm) et solide. On a l’impression d’avoir en main une vraie arme de guerre et qu’on pourrait enfoncer une porte à coups de crosse sans risque de détérioration.
En effet crosse et poignée d’armement sont en matière synthétique épaisse, moulées d’un seul bloc, sans raccords ni collage. La crosse est munie d’un sabot en élastomère.



Les deux sont finement grainées et portent des petits picots pour améliorer la tenue. Le tube de 50 cm est fin et a 12 rayures.



Il est fixé dans le boîtier de culasse et tenu à la bouche par le porte-guidon. Solidaire du cylindre de compression il porte un filetage pour placer un silencieux, protégé par une bague vissée.


Le tube est enveloppé par un faux canon, cylindre d’acier emboîté et collé dans le boîtier de culasse. Le boîtier lui aussi est en résine, entièrement moulé, sans usinage.




Sur la droite du boîtier se situent la lumière de chargement et le téton d’ouverture du pousse-plomb. Dessous se trouve fixé (cale + vis) le cylindre de compression qui contient aussi la valve.
Le pousse-plomb se ferme du doigt. Il porte un joint torique d’étanchéité.

La visée : de type “Truglo” ; les fibres optiques sont mal bordées 



La hausse réglable (en plastoc ce coup-ci) est horrible : jeux partout, mal réalisée. Le boîtier porte un rail de 11 mm moulé dans la masse.

La queue de détente et large et confortable . Il semble que la course soit réglable.


Premières interventions indispensables

• Virer la visée d’origine et placer une lunette ou une autre planchette de hausse.

• Ébavurage général et en particulier adoucir les arêtes de la lumière de chargement pour éviter la détérioration définitive du joint d’étanchéité… Sinon, état après 5 plombs sans ébavurage .

Gonflage, tir

Trois pompes, pas dures. Mais comme on obtient 173 m/s avec les plombs RWS Basic, environ 7 joules, cela suffit.

D’ailleurs inutile de pomper plus : dès la quatrième pompe on entend le clapet de sécurité qui fuit en fin de course du piston et la vitesse plafonne à 178 m/s, donc 7,5 joules comme indiqué sur la boîte.


Le départ du coup : dommage qu’il n’y ait pas de bossette perceptible. C’est un peu long mais très doux.

Il n’y a pas de masse percutante. C’est là l’originalité de cette arme : le clapet de la valve est tenu en position fermée par une lame percée. L’appui sur la queue de détente fait glisser cette lame jusqu’à ce que la lumière laisse reculer (2 mm) la tige du clapet. Pas de vibrations.


Bruit : un pet minuscule ! les volumes du canon est de la valve sont très bien accordés. Un silencieux serait vraiment inutile .

Résultats :


Les premiers tirs (les groupements sont numérotés chronologiquement sur la photo ) ont été très corrects On notait toutefois souvent un échappé qui se singularisait.
Mais au fur et à mesure il y en a eu de plus en plus, surtout en hauteur. A tel point que j’ai dû interrompre une séance de tir à 15 m car cela devenait n’importe quoi.
C’est comme si au fil des tirs la bouche se déplaçait de plus en plus et de façon aléatoire par rapport au boîtier de culasse.

Après démontage et examen plus approfondi je pense avoir trouvé l’origine du problème : l’ensemble formé par le boîtier de culasse en plastique et le cylindre de compression en acier manque de rigidité car aux endroits d’emboîtement il y a très peu de matière synthétique. Les efforts de pompage déforment ainsi l’ensemble. Et comme c’est ce cylindre qui centre la bouche du tube et que le boîtier porte lui l’organe de visée…



Pour être honnête, pour le pompage j’étais assis la crosse entre les cuisses et j’exerçais mon effort entre le garde-main et le tube protecteur du canon juste en avant du boîtier : on ne peut d’ailleurs faire autrement s’il y a une lunette ou si la hausse est à la place prévue. Je ne tenais donc pas la carabine exactement comme indiqué sur le mode d’emploi avec une main en partie sur le boîtier. Mais tout de même !

En conclusion : NON !


Dommage que la nature et l’agencement du boîtier de culasse de cette arme ne soient pas cohérents avec l’originalité et l’efficacité de sa partie mécanique pure.
À n’acheter à la rigueur que par ceux qui veulent disposer d’éléments pour se construire une arme personnelle en utilisant les parties nobles : tube, cylindre à air, valve, détente.
À moins qu’on ne puisse améliorer la rigidité : renforcer le boîtier de culasse… ou en trouver en métal…



Amicalement, JV09


1 réponse

en baisse chez SODECO : 80 euros
http://www.sodeco-new.com/catalog/product_info.php?products_id=5242
Amicalement.

Ðoc Jidé : Le bouche-à-oreille a l’air de fonctionner !!!

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.