Les pistolets Zoraki HP-01 et Ultra
(monocoup à pompes, diabolos 4,5 et 5,5 mm)

Par Jidé le 15 mar 2011



Bientôt chez ARPROTECH, le nouveau Zoraki « ULTRA », avec un canon immense :



Données constructeur :

Modèle HP-01 Modèle Ultra
Canon de 181,5 mm (7 pouces) Canon de 260 mm (10 pouces)
1 pompe : 120 m/s (3,6 joules) 120 (3,6)
2 pompes : 160 (6,4) 175 (7,7)
3 pompes : 190 (9) 205 (10,5)
4 pompes : n.d. 225 (12,7)

le tout pour un plomb de 0,5 gramme. En calibre 5,5 mm (diabolo de 0,95 gramme), l’énergie culmine, dit la gravure sur la glissière, à « 15 joules »

7 février : avec les frais de port et de change, l’achat V.P.C. via la Bulgarie est légalement possible (177,90 euros rendu Paris en quatre jours, enveloppe sans aucune protection, mallette cassée, pas de S.A.V. envisageable…) mais financièrement discutable. Arprotech (avec emballage, garantie et S.A.V.) n’en sera sûrement pas loin (?).

Bonnes et mauvaises surprises !

8 février : le Zoraki HP-01 Ultra à canon extra-long gagne des joules, comme on le pensait, et il accède officiellement à LA MYTHIQUE QUATRIÈME POMPE !

La force pour activer la quatrième pompe est énorme ; mais le plomb (Crosman à bout rond) de 22 traverse 10 mm de contreplaqué sans même faire tomber la planche !

Un slot* (un seul !) a été ajouté sur le rail supérieur, très à l’avant, mais hélas… voir la photo ci-dessous , ces cons [N.D.L.R. — Généralement, Doc Jidé pèse ses mots] de fabricants n’ont pas prévu l’unique utilisation rationnelle, c’est-à-dire un micro-red dot. [Dernière nouvelles selon Arprotech : le Walther Nano Point et le Mitron Nano Point sont compatibles.]



Le rail Weaver inférieur ne sera pratiquement plus utilisable : l’armement du canon très long balaie tout le dessous de l’arme au niveau du rail… J’avais bien sûr fixé un bipied pour les tests — exit le bipied ! (Voir une photo plus bas, bipied sur le modèle normal.)
Le reste de l’arme paraît identique.

Zoraki-Ultra : d’une à quatre pompes…

9 février 2011 : essais en appartement, à cinq mètres, sur du contreplaqué de 10 millimètres :

Une pompe : le plomb de 22 pénètre de toute sa tête (ronde) et rebondit (dangereusement).

Deux pompes : le plomb s’enfonce de toute sa longueur.


Trois pompes : le plomb a traversé…

Trois pompes : le plomb a traversé… en arrachant sur plusieurs centimètres l’arrière de la planche

Quatre pompes (dur, dur !) : le plomb traverse, le trou de sortie est petit, la planche (simplement posée) n’est même pas tombée par-terre…


10 février : SUITE DES TESTS. Une heure perdue à régler le red dot* ce matin au stand à 25 mètres ! Monté pour la première fois il tirait totalement hors de la cible large de 50 cm !!!
Tiré donc « au jugé » hors cible, en haut, en bas, à gauche !!! Trouvé enfin (un demi-mètre trop à gauche) !
Deuxième série d’emmerdes (re-une heure) : « left » sur la tourelle de réglage du red dot veut-il dire « pour tirer pluss à gauche » ou bien « quand on tire trop à gauche » ? Chaque fabricant a son interprétation…
Red dot enfin, réglé, j’étais épuisé, lessivé et donc je n’ai pas fait mieux de des 90/100 au posé, ce qui est mauvais vis-à-vis du Zozo canon court 4,5 mm.

Essais donc à poursuivre ; plombs 22 Crosman bout rond ; excellent red dot Bushnell Trophy.

11 février : À DIX MÈTRES, posé. Rien de pénible à signaler cette fois, ce ne sont que des 9 et des 10 sur la cible pistolet air 10 mètres, soit un seul gros trou, et quelques flyers*. Les plombs à bout rond Crosman ne coupent pas le carton proprement…



Un appui bricolé de façon un peu honteuse (en plus avec un Larousse, mon dictionnaire abhorré), pour gagner du temps pour la review*.
La seule solution (?) pour équiper le Zozo d’un red dot* standard , c’est un dispositif à anneau unique ; cet anneau « compact » (deux vis) fait gagner des millimètres en hauteur. Hasard, il était livré avec ce point rouge Bushnell… Un anneau tout seul, ça tient très bien.



À une seule pompe et en 22, je trouve le tir un peu « girly » : pas de sensation, on entend nettement le temps passé en vol par le projectile (poum… plop), c’est mou du genou. En revanche, aucun bruit et pompage très facile.
À deux pompes, je retrouve mon Zozo d’avant en 4,5 mm. Avec tous les réglages à refaire (talon de crosse à remonter, et course d’avant bossette à raccourcir de moitié ; mais le poids de détente me va).


14 février 2011 : Voici des gros plans ( ici le modèle cal. 22) du canon long : une âme en acier et une carcasse en plastique.



La façon dont est fixé le canon  : il est quasi sûr que le diamètre soit le même qu’un 4,5 mm au niveau du serrage !


La position de tir , ça n’est pas à l’étau ; le tireur est responsable (des balles échappées* !)…


Quelques résultats encore ; une seule pompe à 10 mètres ; différentes cibles (je ne suis pas encore sûr de ce qui est le meilleur pour le tir au red dot : tout noir avec petite pastille blanche ? tout blanc avec pastille noire ? Pas les cibles « fédérales » en tout cas…






Presque toujours « un trou + une ou deux échappées* » non « annoncées* »… Le trou reste plus petit qu’un euro , mais c’est pas sensationnel… Il faut que je tente la lunette et l’étau pour en avoir le coeur net. Je n’ai pas touché encore à la détente dont la course est trèèèès longue et donc fatigante.



Les plombs Crosman, celui du haut a subi pour test un choc de deux pompes avec ma cible anti-rebonds en tôle.

Tir à 25 mètres, une et deux pompes


18 février : stand de tir A.N.T.P. La Chapelle, 25 mètres, tir à deux mains à la « Tintin », plombs Gamo Match, une SEULE pompe devant témoins (excusez-moi d’un passage encadré explicatif…)

Pourquoi tout à coup je donne des détails, des dates, des lieux des témoins ? Parce qu’on parle ici de choses sérieuses, d’expériences scientifiques avec une arme actuellement unique en France ; que des crapules peuvent (ou ont pu… ils se sont épuisés) sous des prétextes commerciaux, pseudo-compètes, de gloriole personnelle, d’antipathie ad hominem, faire courir le bruit que je galèje, que je mens, que je suis un « vieux con (…) mythomane » (c’est une citation, eh oui, ça m’a marqué…).
Passons sur ces saloperies anti-sportives et anti-loisirs ; je suis surtout fier (ça, c’est le bon côté du web) qu’on me dise que « le tireur fait tout dans ces exemples », mais c’est faux aussi. Je suis un obsédé et un obstiné, certes, mais pas (ou plu) une bête de tir : Von Flern, Robin, Serge, et cetera, tous de la Bandajidé (!) font quotidiennement devant moi des scores bien supérieurs aux miens… avec des armes normales et à bras tendu. Et je ne parle pas des « vrais » qui m’entourent dans les trois clubs que je fréquente…


Fin des digressions.
Voilà donc des photos de tirs à 25 mètres, une et deux pompes. Red dot de qualité (grâce au slot* que nos amis turcs ont enfin creusé au sommet de la culasse !). Mais pas posé ou à l’étau, pas encore, un tir à deux mains en position Weaver ou T.S.V. mais aussi « à la Tintin » (se prête bien à cet énorme Zoraki, c’est presque une carabine !)…






Tirer à la Tintin (entre autres dans Au pays de l’or noir), c’est ça (cliquez sur la photo) :



ATTENTION À NE PAS SE PRENDRE LE PLOMB DANS LE GRAS DU COUDE, AVEC UN CANON UN PEU COURT !

8 mars : Derniers réglages à 25 mètres avant la tentative à 50 mètres, demain…
Plombs Crosman tête ronde. Groupement n° 1 à une pompe (97/100). Groupement n° 2 à deux pompes (95/100). Groupement n° 3 à trois pompes : 100/100, presque que des « mouches », surprise ! Trois pompes, c’est déjà bien crevant, cinq plombs suffiront…
En 4, le visuel que je me suis fabriqué, car il était impossible de viser sur du « que noir », ni sur du « que blanc », avec le red dot. Désolé pour les reflets du scotch brillant !



Moins bons, les plombs Gamo à tête plate ? Groupement 5 : une pompe (92/100), groupement 6 : trois pompes (98/100).
Crevants, ces essais : le Zozo rangé, je voulais continuer le tir au 9 mm Para, catastrophe ! Stop, et repos…

Enfin un Zoraki à 50 mètres !


Voilà le Zozo prêt sur son pas de tir, point rouge Bushnell réglé sur la taille de point la plus petite… On a créé un visuel spécial, losange clair de bonne taille, car… c’est loin, 50 mètres !




Quoique l’optique ait été réglée impec hier à 25 mètres, rien dans la cible aux premiers coups… Trop bas, évidemment ! Un tour entier de clics plus tard, on touche le haut du blanc, et on continue. Voilà, on y est.
Pourquoi que deux pompes ? Pour prouver qu’on peut, et d’une, et parce que trois pompes 30 fois de suite, c’est galère… (On essaiera quand même à la fin, sans que le score s’améliore.)
Voilà le résultat : grosso modo, c’est du 85/100 et rien hors du noir. (Rappelons que l’on extrapole le score en prenant en compte la taille du groupement et pas sa position par rapport au centre : il faudrait perdre beaucoup plus de temps aux réglages.)
Les plombs plats Gamo sont encore meilleurs, de peu, que les bouts ronds Crosman…


Final : Zoraki à 10 mètres !


Prochaine (et dernière fois, l’arme est déjà revendue !) : tirs en 4,5 mm avec canon long (pièce détachée, ARPROTECH, 50 euros), à 25 et 50 mètres…
Le changement de canon demande le démontage de trois vis bien visibles (dont une grosse Allen) ; délicat : soulever le canon par l’arrière pour faire franchir la zone de diamètre inférieur — soulever avec un tournevis puis frapper au maillet pour faire avancer le canon. Franchi cette zone, ça sort comme un rien.
Allez, hop, au stand !



Le red dot (ça n’est pas le Bushnell Trophy que vous avec vu jusqu’à présent sur les photos, mais un bas de gamme Sutter à 30 euros !) n’a pas été réglé, il a été remonté sur le rail et a presque conservé la même position que la fois précédente (c’est rare !) ; j’aurais fait 3+3 clics j’avais un 50/50 avec 4 mouches
À vrai dire, j’en ai été moi-même sur le Q : canon neuf, non rodé…



Fin de la review pour le Zozo Ultra Amicalement, Doc Jidé

FIN PROVISOIRE DE LA PARTIE NOUVELLE CONSACRÉE AU MODÈLE À CANON LONG.
CI-DESSOUS, LA REVIEW DU MODÈLE « NORMAL »











P*tain, qu’il est gros ! Un kilo et quelques, une crosse pour main taille « M » minimum… Le HW-40 (moins de 700 grammes) fait bébé à côté ! Le « Compact » (soi-disant compact !) de Gamo seul supporte la comparaison…

Il semble que l’apparence agressive « à la Desert Eagle » ait fortement inspiré les désigneurs ottomans ! Pourquoi pas ? Comme cette gamme de prix fait forcément râler les grands pistoliers, autant draguer du côté des « simples tireurs » amateurs de look et de sensations fortes !


Ce qui colle très bien avec le fait que l’arme est conçue pour pouvoir tirer à la demande, du tir sportif (un coup de pompe, d’ailleurs très léger et souple) à trois coups de pompe pour le « tir de bourrin » ; espérons qu’il pourra en cela remplacer dans nos panoplies le puissant et mythique HW-45… qui coûte l’appeau du Q.



Après le look,le feel… Donc, première sensation : il est gros et lourd. Dames et juniors s’abstenir…

La crosse anatomique est très bien dessinée, respectant les règles dans le domaine : les deuxièmes phalanges de la main droite doivent être parallèles (face à) la cible ; l’index doit être complètement libre de ses mouvements ; le majeur droit doit supporter le poids, ainsi que la fourchette pouce-index et le bas de la paume.
Le talon de crosse est réglable avec une clé que vous n’aurez pas intérêt à perdre (visserie à pans creux en étoile, Torx, pas aussi courante que les Allen) ; curieusement, il est bombé convexe, contrairement aux normes (talon plat ou quelquefois concave), ce qui ne paraît pas très malin.
Cet appuie-paume se dérègle assez facilement étant donné les efforts faits lors du rechargement, et j’hésite à serrer à mort les si petites vis Torx (avouons que beaucoup de talons de crosses anatomiques « chères » se dérèglent facilement et qu’on serre effectivement à mort leur visserie…).
Le contact avec le plastique est bon, il est percé de multiples trous, qui évacueront la chaleur et la sueur… La crosse existe en modèle gaucher et une version en 22 (diabolos 5,5 mm) a été développée.
Direction le pas de tir sur appui pour commencer)…



Amicalement, Doc Jidé

Le modèle public tardant encore à arriver (pas qu’en France, la version anglaise, c’est pareil), l’importateur ARPROTECH (cliquez pour voir vidéo et caractéristiques) m’a envoyé son propre prototype, afin que les lecteurs soient informés… en attendant ! Rappelons que c’est un forumiste (Jidé) qui a découvert le Zoraki, en Russie puis en Turquie, et un autre qui a contacté cet armurier français, qui s’est chargé de toutes les démarches d’importation ! Pour cela, l’arme avait été pré-achetée par de nombreux forumistes… Bravo Arprotech ! Certains des présents articles ont donc déjà été publiés « ailleurs » début 2010.

Zoraki, ce que j’en pense (2)


J’ai dû changer mon fusil d’épaule (euh, mon Zoraki d’épaule !) et pas pu commencer par du tir posé à la lunette ; en effet, l’arme n’est pas munie d’un rail Picatinny sur sa face supérieure, mais d’un rail Weaver… C’est pareil ? Ouais, sauf qu’il n’y a pas forcément les « espaces creux » à espacement régulier (slots), et que les accessoires sont aujourd’hui presque tous les montages Picatinny (en tout cas tout ceux que je possède) ont une visserie traversante qui exige les fentes du Pica… Voir détails ici…




Donc adios la visée à red dot ou lunette !!! Il faudra créer (ce sera vite fait) une ou deux rainures dans le rail supérieur. Le rail inférieur (qui ne sert à rien dans la vie quotidienne : laser ou lampe ou bipied !) est en revanche un Picatinny en bonne et due forme… Grrrrrr !
Allons-y donc à dix mètres en position « fédérale », une main, bras tendu…



Impressions après 50 + 50 plombs, sans aucun réglage… Le groupement n’est pas impressionnant mais il correspond hélas à ma moyenne « à une main » en ce moment, beaucoup de neuf, quelques dix, quelques huit… Tiens, pas un seul grave coup de doigt !
La crosse est tout à fait excellente, mais j’ajoute que j’ai la taille mannequin (« M »), en ce domaine au moins (!), et que toutes les crosses de première monte me vont bien, sauf exceptions (p. ex. Gamo Compact). Voici les principes pour utiliser une crosse  ; l’arme se « chausse » en la tenant par le canon de la main gauche, en plaçant la main droite comme on aime, puis en ne la lâchant plus de toute la série de 5 plombs.


La pression à exercer au chargement : faible, pas du tout une corvée. Même pour trois pompes.
Placement du plomb : ouf, 100 fois meilleur que le HW (beaucoup de place libre pour placer un gros doigt).
Puissance : semble identique au HW avec une seule pompe ; bruit, pareil ; recul, pareil, c’est-à-dire aucun.
Hausse et guidon,évidemment ne sont pas « match » et sont médiocres, comme sur le HW-40 et sur les autres AC de milieu de gamme ; mais tout se démonte (y compris le guidon) et il y a là de quoi « customiser » par la suite. La hausse porte une marque pour ceux qui voudraient y mettre un trait de peinture blanche, et le guidon possède deux positions : je n’ai pas bien vu la différence, de toute façon il manque nettement de largeur (3 à 4 mm sont bienvenus sur une arme de tir). Il n’y a pas de ces pénibles fibres optiques :-)
Pour ouvrir la culasse, deux leviers de part et d’autre à l’arrière : très pratique, instinctif — et la main droite ne quitte pas la crosse… Et l’arrière est libre pour une planchette de hausse de qualité (mon dada)…
La sécurité qui s’enclenche automatiquement à l’armement est moins inutile que sur le HW (précaution à cause du multi-pompage possible), et bien moins ennuyeuse à déverrouiller (un petit coup avec l’index de tir et c’est bon).
Et la détente ? Ah, la détente… La réponse est : faut s’y faire !!! Je n’ai pas touché aux réglages et elle est longue, pas lourde mais « filante » (c’est-à-dire sans bossette) ; on ne sait donc pas exactement quand la pression du doigt va déclencher le tir ; faute donc de réaction sur la pulpe du doigt, on ne peut que s’habituer à sa longueur et supputer l’endroit du départ… Après 100 plombs, je suis un peu rassuré, mais c’est à apprécier sur le long terme.

Amicalement, Doc Jidé

Note d’un lecteur.Super, j’ai essayé le Zoraki. Rien à ajouter de plus ! Si : la puissance, elle est au rendez-vous … Je l’ai testé à 50 mètres !


Zoraki, ce que j’en pense (3)


Halte au feu … et direction le banc d’essais ! On a passé 10 minutes à préparer un JidÉtau spécial Zoraki, mais il sied aussi au HW-40 , qui d’ailleurs (le petit malin !) n’avait jamais passé cette épreuve…

Voici les résultats à dix mètres avec HW-40, Zoraki chargé d’un coup de pompe, Zoraki chargé de deux coups de pompe…







[table name="TITLE" width=640 bgcolor=yellow border=0 cellspacing=0

Zoraki, ce que j’en pense (4)

(Cette section 4 n'est qu'un copié-collé de discussions de forum autour du Zoraki...)

Zoraraki semble faire de meilleurs groupements que le HW40 avec le JidÉtau !
Je n’ai publié que quelques groupements ; j’ai tiré une centaines de plombs (H&N Special Club) ce matin... Grosso modo, sans pinailler, les résultats sont identiques dans les trois cas, HW, Zora une pompe et Zora deux pompes
Assez curieusement, il a fallu un petit échauffement pour obtenir des résultats : à froid (armes, canons, crosses, tireur…?) j’ai eu des petites peurs sur les 10-20 premiers plombs…
Mais plus sûrement, ça doit ma façon de presser la détente ; sous prétexte que c’est à étau, on tire n’importe comment — eh bien, c’est pas une bonne idée ! Une fois bien installé, j’ai tiré (lâché, devrais-je dire) intelligemment (comme au vrai tir) et les groupements ont tout de suite sauté d’un cran.
J’ai longuement senti le HW et Zora, leurs détentes ; le HW plaira pluss, Zora demande un apprivoisement plus long… Du coup la séance d’étau, au lieu d’être une corvée stupide, est devenue un enrichissement.
Je peux dire aussi que, dans la gamme des efforts pour charger : 1) Zora 1 pompe ; 2) HW ; 3) Zora 2 pompes.
J’ai eu pour la deuxième fois en deux jours, la surprise (en tir Zora à une pompe) de tirer deux plombs d’affilée « sans puissance », juste un « plop » digne de l’airsoft (!) et le plomb 20 cm sous la cible ; pas de conséquences ; ça a repris après les deux diabolos… À chaque fois, cette expérience était après un tir 2 ou 3 pompes ou un tir à sec !!! Pas de tir à sec !!! (Incident jamais réapparu sur aucun Zoraki.)
Dernier détail, toujours avec Zora : lors du premier essai, les dix premiers plombs : odeur de brûlé ; « diesel* » ?



Mais ce soir j’ai limé des slots dans le rail supérieur (qui a dit que ça n’était pas un rail ???) et pu monter une lunette de carabine ; demain tir à 25 mètres genre « bench-rest » ou « silhouette production optique » (c’est le bon mot ?)

La niouze du jour :
25 mètres, debout, posé, lunette 4×32, cible C50, une seule pompe, tiré à la va-vite : le Zoraki ne sort pas du dix ; dès les prochains essais il ne sortira plus de la mouche !

Plus je l’utilise, plus il me plaît. La détente s’est révélée très bonne pour du tir posé de précision ; et le groupement alors là, ze pied !!!!! (Je tirais à côté d’un amateur de 357 qui était en train de « grouper » dans 30×30 cm ; moi j’avais scotché ma cible de carabine 10 m… Je précise que j’avais monté une lunette de carabine (une excellente Leupold 4x), donc avec l’arme tenue près de l’oeil.)
La douceur de l’armement se confirme : 1/2 effort par rapport au HW-40 !!!
Pas besoin d’appuyer sur la lunette, les deux centimètres de long libres au-dessus de la hause suffisent à placer index et majeur qui suffisent à armer !!!
En revanche, encore quelques soucis de « tirs mous » : bruit de « plop » et plomb hors cible, une fois, deux fois, et hop c’est reparti ! Je ne comprends pas à quoi c’est lié. Un levier pas assez poussé vers l’avant, donc tir à sec involontaire ???

Zoraki, ce que j’en pense (5)


Petit flashback : pour tirer à 10 mètres, on a posé le Zoraki sur un JidÉtau , vite collé avec des bois de récupération, et les résultats étaient intéressants…



Pour aller plus loin dans les tests de précision, on voudra monter une aide à la visée, mais pour cela le pseudo-rail Weaver du Zoraki n’est pas utilisable tel quel…

BONNE ET MAUVAISE NOUVELLLES : bonne, un slot* a été ajouté au rail Weaver du pistolet fin 2010 ; mauvaise : il n’y a qu’un seul slot* et il est tellement en avant que ça limite les possibilités d’utilisation. Voir les photos de ce slot* dans la partie du haut de page concernant le Zoraki Ultra.


Voici une vue en coupe de la culasse de l’arme et un quelconque montage pour rail Picatinny, avec une visserie traversante (flèche jaune ).



Une simple modification est nécessaire, à l’aide d’une (petite) lime queue-de-rat (c’est-à-dire cylindrique) :


Voici le résultat, vu de côté ; la vis a trouvé sa place…
Et voilà un mini-point rouge prêt à utiliser !


[table width=640]
[tr]
[td]

.



Pour des montages longs, on peut faire une seconde fois l’opération queue-de-rat à la distance ad hoc, ce sera le cas si l’optique est définitive.
Sinon, on peut s’atteler à une imitation rigoureuse de la technique Picatinny et creuser des fentes (slots) à des distances systématiques… Une lime carrée, ou une fraise montée sur une perceuse à colonne, et une minutieuse prise de dimensions sont requises… (La norme est visible par exemple ici) Inutile de creuser aussi profond que la norme, ça sera moins fatiguant et plus solide…



Le rail est très court, l’optique sera donc déportée vers l’avant ; attention de bien choisir la hauter des anneaux de montage pour votre lunette ; celle-ci doit être montée le plus bas possible, mais sans heurter la hausse ni le guidon. Dans mon cas, par exemple, j’ai dû déposer le guidon…



À bientôt Amicalement, Doc Jidé



Essai par « Lionel » (6)


Lionel est un très vieux tireur professionnel, mais qui s’est acheté un HW-40 (son premier A.C. à 75 ans !) il y a trois mois. Au vu du Zoraki, il a demandé à faire un essai…
Premier contact, froid. La forme (mi-Desert Eagle mi-space-gun) ne plaît pas forcément aux plus de quinze ans (impression plusieurs fois vérifiée)… La crosse, anatomique mais en plastique, paraît aussi très gadget (les pros ne se servent pas de telles crosses). Réglage du repose-paume, qui serre trop.
Tirs… La hausse paraît gauche, en fait la goupille qui la maintient est en train de sortir de son logement ! Réparé ! Tirs… Réglages de hausse, la hausse est d’une excellente qualité .
Le guidon aussi bouge : je ne l’ai pas remonté correctement (démonté lors du tir à la lunette)… Réparé ! Ligne de mire : parfaite. Poignée : parfaite.

Le ton change : le testeur commence à demander combien ça coûte et quand ce sera disponible !!! Tirs… On ne sort plus du neuf. La douceur de l’effort lors du réarmement est incroyable (à ce moment, sur la tablette de tir, un HW-40 et un Compact Gamo sont comparés…).
Réglage de position de la détente dans les deux sens ; réglage de son poids : on arrive à affiner (je n’avais encore rien touché de ce côté-là et je suis ravi), mais on ne peut pas absolument pas trouver une « bossette », cette petite dureté lors du lâcher qui signale l’imminence du départ… [Cette bossette a été trouvée plus tard par nos lecteurs : une vis de réglage supplémentaire dans la crosse, et que nous avions négligée faute d'avoir bien lu le manuel.]
Le HW-40 et le Gamo n’ont pas ce défaut ; bien sûr on parle là de détails qui ne préoccupent que des gens malheureusement habitués à des armes de haut de gamme… car on est de toute façon loin au-dessus des détentes des A.C. (et même de bien des armes à feu) de loisir et de plinking !!!
Fin du test ; ça finit bien mieux que ça a commencé, quoique le testeur préférerait bien repartir avec le Gamo Compact :¬) et se tâte pour échanger son HW contre le jeune turc [ce qu'il fera un mois plus tard, son HW-40 facilement revendu]… Je suis chargé d’envoyer mon compte rendu (tout est parfait sauf la détente) à l’importateur, au cas où il pourrait faire remonter l’info jusqu’aux rives du Bosphore…

À bientôt Amicalement, Doc Jidé

En passant… (7)


Ayant « un peu pété » le guidon de mon Zora [ne le dites pas à Arprotech !], je me suis dit que, tant qu’à faire de réparer, je mettrais bien un truc bien beau et bien costaud !!! (Je suis un maniaque des guidons larges et des planchettes de hausse king size.)
J’allais m’apprêter à fraiser un bloc d’aluminium de qualité aérospatiale issu des dernières technologies… [zut, je me crois journaliste dans Cibles !!!] quand j’ai eu l’idée d’essayer des rebuts de ma boîte à outils…
Divine surprise : au micron près, un guidon superbe de pistolet TOZ-35 entre dans le Zora et la goupille est juste OK !!!
J’ai conscience que ça vous fait une belle jambe, car rares sont les gens qui ont des bouts de TOZ dans leurs tiroirs, mais on ne sait jamais : essayez avec tout ce qui traîne !!!



Cela signifierait-il un point faible ? (le guidon et son axe ?)
— Non, c’est moi qui ai fait le c… en perdant la bille-ressort (diam. 1 mm) qui permet de passer l’épaisseur du guidon de large à moins large (deux positions stables). J’avais provisoirement (!) supprimé le guidon pour placer la lunette http://regionaux.free.fr/z/smilnimportequoi.gif »>
Mais, bon, de toute façon, j’aurais changé, j’aime les guidons extra-larges…
J’ai remarqué en revanche entre-temps que la planchette de hausse branlait un peu dans le manche, et pourrait conduire à une erreur de (grosso modo) 1/4 de millimètre en hauteur… Je ne vois pas comment la consolider…

Goofy nous donne sa review (8)


Quelques éléments techniques complémentaires sur le Zoraki HP-01

Guidon. — Il possède deux positions basculantes :
• guidon épais et haut (avec le repère rouge) => pour le tir à 10 m (un guidon haut abaisse le point d’impact) ;
• guidon fin et bas => pour le tir à 25 m (un guidon bas remonte le point d’impact).
Le but serait de tenter de conserver le réglage de hausse à 10 m et à 25 m (en théorie… à voir dans la réalité)

Course de détente. — Elle est longue… mais très facilement réglable de très longue à quasiment nulle.
En haut et à l’arrière de la poignée, un orifice permet d’accéder à une vis à l’aide de la clé étoilée fournie. Cette vis est censée régler l’inclinaison de la queue de détente. J’ai peu constaté cela… mais en revanche cela règle la course de la détente de très longue à quasi nulle.
Je l’ai réglée avec très très peu de course de détente : c’est très agréable ainsi.

Position de la queue de détente. — Sur le côté de la queue de détente se trouvent deux vis :
• la vis du haut permet d’éloigner ou de rapprocher la queue de détente de la paume de la main (mouvement sur l’axe longitudinal de l’arme) ;
• la vis du bas permet de faire pivoter la queue de détente autour de son axe vertical de façon que la pulpe de l’index repose bien à plat sur la queue de détente.

Pompage(s). — Il est recommandé de n’utiliser qu’un ou deux pompages. Le troisième pompage n’est pas interdit, il n’est seulement pas recommandé.
Ils prétendent que le troisième pompage n’apporte pas de puissance supplémentaire : les test au Chrony infirmera cela (voir ci-dessous)

Mesures des vitesses au Chrony Alpha. — À chaque fois la moyenne est faite sur 5 tirs. Munition utilisée : RWS R-10 Match pistolet (4.5mm / 0.450 g / Coefficient balistique 0,010). Conditions : vent faible, pression 959 Hpa, température 18 °, humidité 50%
• 1 pompage :
Vitesse moyenne = 126,8 m/s (soit 3,63 joules) – Écart type = 2.10 m/s
• 2 pompages
Vitesse moyenne = 169,3 m/s (soit 6,46 joules) – Écart type = 1,46 m/s
• 3 pompages
Vitesse moyenne = 193,6 m/s (soit 8,45 joules) – Écart type = 1,44 m/s

Courbes balistiques comparatives à 1, 2 et 3 pompage (sous Chairgun Pro), réalisées à partir des vitesses réelles mesurées au Chrony et une munition de 0,45 g (coefficient balistique de 0.010). Zérotage à 10 mètres.
Entre un pompage et deux pompages l’écart est important, par contre entre deux et trois pompages l’écart est nettement plus faible.



Amicalement, Jean-Pierre


7 réponses

Le modèle précédent avait déjà un rapport précision / prix excellent, le nouveau 10″ à l’air mieux encore.

Par contre autant le look du 1er me gênait pas mal, celui-là me repousse carrément.

Bin moi  Ze le trouve Zoli ce Zoraki 10″!

— Par contre autant le look du 1er me gênait pas mal, celui-là me repousse carrément
— Doc Jidé : C’est pourquoi j’ai des projets de P.M. avec JV09 :-)

50 mètres, deux pompes :

85/100, rien en dehors du 7 de la C50

Le 5 avril 2011 Christophe C. a écrit : Je vous prie tout d’abord de m’excuser pour avoir utilisé la rubrique ‘devenir auteur’, mais je n’ai trouvé nul part ailleurs comment vous joindre

Ðoc Jidé : — Normalement, dans les commentaires, ici, en bas des pages…

J’ai récemment lu votre très bon test du Zoraki hp01 en 10″ , et je m’intéresse également beaucoup à ce joli joujou :) J’aurais souhaité avoir votre avis étant donné que vous l’avez testé en de nombreuses conditions.Le calibre 5.5mm est il concluant sur ce pistolet? Pour ma pratique,je pense réaliser des tirs (en loisir) à moins de 25mètres, un 4.5 mm serait il plus judicieux?

Ðoc Jidé : — Le 4,5 mm est amplement suffisant jusqu’à 25 mètres (peut-être même 50 ?), s’il ne s’agit pas de faire exploser absolument des bouteilles de champagne, comme certains adorent !!! On trouve plus facilement des plombs en 4,5 mm, moins chers, et de meilleure qualité.

Salut,
Je passe souvent sur votre site et j’ai appris beaucoup de choses.
J’avais envie de vous laisser un message (et je peux vous dire que je fais ça rarement sur les sites)
 
Message: MERCI POUR VOTRE SITE ET VOS TESTS
 
aMICALEMENT
tUcO

Merci pour vos tests et vos commentaires.
Ça m’a redonné envie de refaire du tir
 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.