Le tout nouveau revolver Colt “Tornado” Umarex
(10 BBs 4,5 mm, CO2)

Par Jidé le 25 mar 2016


Le revolver Umarex Tornado (CO2, BBs)

Par Doc Didé — Grâce à Djeffe (“gun-sitting”)






Ça ne rigole plus ! Les armes à air comprimé mises au rang des iPhone ! Les parutions dans la presse interdites ( “sous embargo”) jusqu’à la date choisie par le marketing du vendeur !




Eh bien si on avait su… on n’aurait pas pu aller plus vite, car l’arme a mis dix jours à arriver rien que d’Allemagne à Paris… La faute (on sait tout maintenant grâce à Internet !) étant partagée entre la poste teutonne et la poste française, le tout sous l’égide de Chronoposte ! Que ceux qui croyaient que chronos évoquait la vitesse, ils peuvent retourner à l’école mythologique.


Merci à Djeffe pour avoir proposé un “gun-sitting*” (je ne connaissais même pas l’existence de ce revolver !) et d’avoir partagé l’angoisse des dix jours d’attente.


Présentation





Simplement vue en photo, l’arme paraît être de la famille des “pockets”, de celle d’ailleurs qui nous manquent cruellement, la petite taille empêchant ad aeternam l’utilisation de sparclettes de CO.


Pas du tout ! C’est même un gros patapouf (à cause en fait des accessoires autour du canon) qui fait son poids (tant mieux) et qui mérite son appellation de “.44 Super Magnum” ; il pourrait en effet supporter ce calibre (je parle de sa taille et sa prise en main).


Notons pour la petite histoire que nulle force de police ou militaire, même chez les mercenaires sans foi ni loi des armées privées modernes, n’a jamais eu l’idée d’imiter Dirty Harry au niveau de son calibre…


Le .44 Mag est réservé partout à la chasse (U.S.A. et autres pays non entièrement civilisés !) que ce soit en revolvers ou en pistolets (même le fameux IMI/IWI Desert Eagle israélien n’a jamais fait la guerre [ni l'amour, N.D.L.R. ], réservé de tout temps à l’export aux “gangsta” “coloured” des films de Hollywood…).


Autre nota bene : ce calibre énorme et dévastateur (surtout pour le tireur) est officiellement en vente libre, en tant que calibre de carabine catégorie C ; mais tous les armuriers en France ne le savent pas, et on a connu des situations rigolotes (dans une certaine armurerie, le .44 est libre en boîte de 50 mais catégorie B en boîte de 25 — ou le contraire…). — Fin des notas..

Les quatre photos ci-dessus montrent que l’arme ne pourra bénéficier d’une utilisation au holster avec des composants courants ; en haut à gauche, on voir un holster Dirty Harry, de bonne taille, mais que l’épaisseur du canon empêche d’être rationnel ; à côté, un holster réglementaire de gendarmerie (époque des Manurhin), même punition. En bas à gauche on a utilisé un gros machin en cordura tiré du monde airsoft, qui permet le tir sans souci, y compris comme nous le verrons plus tard avec un laser !


Autre solution, peu discrète :









Prise en main





Beau mec, belle gueule ! Y a rien à redire… Bien sûr, il faut savoir qu’on est dans le pur style Crosman, tout plastique, tout moulé. Si j’osais, je vous dirais que le corps du barillet lui-même ne tourne pas — mais après tout, celui du Walther 8 pouces qui est considéré comme le muste du XX siècle… non plus. [Muste avec un e ? Eh oui, car must sans e est une marque déposée par je-ne-sais-quel fa¡gnasse de mill¡ardaire, pu†ain de soc¡été capi†aliste :¬) Je rigole, bien sûr...!]


Sur la photo ci-dessus on voit à droite la seule chose qui bouge sur ce revolver, la commande d’axe du barillet ; en l’amenant vers le haut on permet à celui-ci de sortir pour le chargement.




Voici les détails basiques de l’arme, beaucoup étant des “premières”… En “a”
la partie mobile du barillet, vue de l’arrière (cf. les dents de l’engrenage) ; en “b” vu de l’avant les billes qu’on vient de charger, sans effort aucun ; en “c” le corps de barillet, moulé dans la masse, fixe ; en “d”, la partie “entrefer” du revolver est moulée aussi, ce qui garantit qu’il n’y a pas de fuite ! En “e”, le canon est poussé vers l’arrière par ressort, écrasé contre le barillet — donc aucune fuite de gaz non plus par-là…


Du coup, on peut dire que le canon (faux et vrai cumulé) fait six pouces (pour une apparence de quatre), ce qui est un pluss absolument extraordinaire ! Donc malgré le fait qu’il soit non rayé, sa longueur va assurer 1° une bonne précision, 2° une économie de CO énorme…



Chargement en gaz de cinquième génération : on ôte la demi-crosse sans problème, on manipule la vis de pression grâce un écrou à tête hexagonale (dite Allen, ou B.T.R.) touné par une clé fournie à demeure dans l’autre moitié de crosse ! (N’oubliez pas la mini-goutte d’huile sur le téton de la cartouche…) C’est parfait !




Au tir


Les deux rails Picatinny haut et bas permettent tous les délires chers aux tireurs de loisir ou de métier, qui aiment placer leurs économies (ou les nôtres, dans les cas des “administratifs”) dans les gadgets branchés. Nous avons équipé en premier d’un très petit “red dot” sur le rail supérieur, mais il alourdissait encore la silhouette de notre Patapouf, et n’entrait dans aucun étui.
Puis nous avons retrouvé dans nos tiroirs ce laser ultra-plat et de bonne qualité attention, correction ! voir dans quelques jours — ce qui est à noter, car contrairement aux red dots* (toujours tirables, peu ou prou, même à 9 euros), il y a une grande majorité de lasers qui sont des charlataneries éhontées).



Voilà le mini-laser monté, on peut le monter très en arrière, indispensable pour que les poussoirs soient pile-poil sur notre index… a : logement de la pile ; b : poussoirs : à droite allumé, à gauche éteint… c : une des deux vis qui permet le réglage en site et en direction du faisceau de lumière qui doit correspondre aux guidon et cran de mire.


Tir sur une C-50, à six mètres, à deux mains en position Waever*.


Très bon score (avec une salope* comme d’habitude). Ne vous fiez pas à la couleur rosâtre du laser, il était bien rouge-orangé dans la réalité…

On reviendra peut-être sur le tir, mais cette première série donne que des étoiles :
chargement très confortable du gaz et des balles
détente très fégère en position simple action ;
chien très agréable à manipuler ;
détente extraordinaire : double action pleine de confort, pouvu qu’on décompose le mouvement mécanique : 1° appui fort pour mettre en branle la mécanique (tourner le barillet, faire bander le chien) puis 2° on arrive à la même position qu’en simple action… 3° Appui de plus en plus ferme, et pan !
J’ai acquis récemment des revolvers Colt Python et S&W K-38 qui furent fabriqués à cette époque des bons armuriers ; le fonctionnement en est le même, mielleux…

Un petit film d’une séquence de tir avec un holster de bonne taille, qui admet l’utilisation du laser…




Conclusions


Les bonnes :
• un look un petit plus nouveau que les 6500 modèles identiques de Dan Wesson
• poids bon
• long canon
• économies en en CO
• bonne détente et double action tout à fait opérationnelle !
• sécurité fonctionnelle
• laser “fait pour”
• pas cher

Les autres (!) :
• full plastic
• tout est moulé
• visée minimale

  JUSTE EN PASSANT !


Une des cibles que j’utilise pour le tir de police “en chambre” (taille A3) ; elle m’a été ramenée par un ami comme souvenir de vacances au soleil ; c’est une cible du stand de tir de son hôtel !!!



L’alphabet du bas vous signalera dans quel coin du monde se situe le paradis des vacanciers tireurs…



À cet endroit d’ailleurs, une politique des armes assez bizarre : les armes (toutes) sont en vente libre pour tous les citoyens ; MAIS les munitions sont introuvables car ce sont elles qui sont ultra-contrôlées ; et interdit de recharger soi-même…




Amicalement, Doc Jidé


1 réponse

Merci pour ce bel essai. Je l’attends avec impatience maintenant.
C est vrai que ça n’a pas été facile avec Schneider. 20 mails envoyés pour 2 répondus.  Pas de facture ou de numéro de colis. Juste prévenu par la poste à l’arrivée en France… je ne sais pas si c est normal chez eux ?
Une petite question.  En quoi la longueur du canon permet elle une économie de CO2 ?

Ðoc Jidé : a) le Tornado partira mardi/mercredi, j’ai encore des photos à publier ; b) ce qui économise le gaz (je n’ai pas continué à compter, les 120 billes de la pub doivent être atteints à l’aise), c’est qu’il n’y a aucune fuite, ni entre le « vrai » barillet et l’entrée du canon, ni à l’entrefer, ç-à-d entre le « faux » barillet et ledit canon ; c) Schneider est nettement au-dessus de ça en temps normal, ont-ils vendu sans stock…?

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.