Le revolver Nagant modèle 1895
(CO2, sparclettes 12 g, 7 billes plastique 6 mm)

Par Jidé le 16 août 2013

Le revolver Nagant 1895
par “Boris”



N.D.L.R. — Il n’y a pas beaucoup de revolvers en air comprimé… La preuve, ils sont tous contenus sur la page ci-contre de Jidenet ! (Cette page est visible ici.)

Et parmi ceux-ci, nous avions “invité” une “réplique” airsoft, car ce revolver-là (le Ruger Super Hawk) était excellent, tirait des billes (de 6 mm) de manière très puissante (4 joules) et très précise. Aussi le qualificatif “airsoft” ne lui était pas pleinement applicable : trop de force pour jouer à tirer sur des copains !


C’est aussi une réplique airsoft que va présenter aujourd’hui “Boris”, également trop puissante pour le jeu d’airsoft, et que nous tenons à vous montrer car elle va arriver (un de ces jours ? Fô jamais être pressé quand on aime le 4,5 mm !!!) en version A.C.




C’est le revolver Nagant modèle 1895. En réel, c’est une arme belge de conception mais qui a été surtout utilisée et rendue célèbre par les Russes, et cela jusqu’après les années 1950…

Calibre 7,62 mm (ou .30 pouce) très courant mais l’étui est incompatible avec toutes les autres .30 du monde…

En version réplique, sa caractéristique primordiale est d’avoir comme les célèbres revolvers Dan Wesson, des étuis factices dans lesquels on insère la bille à tirer : un surcroît de réalisme donc…

Sa caractéristique particulière était que, lors du tir, le barillet avançait vers le canon, réduisant à zéro le fameux “entrefer” qui pénalise tous les revolvers ; pas de perte de gaz et surtout étanchéité permettant l’utilisation de silencieux ! Les assassins des services secrets russes puis soviétiques en ont profité avec des versions à canon (court ou non) “silencées”



Sa forme extérieure rappelle les revolvers de cette époque, en particulier le réglementaire français modèle 1873 (qui comme le Nagant possède un extracteur d’étui vides utilisé chambre par chambre à la manière du Colt 73) et le modèle 1892 (qui les dépassait techniquement puisque son barillet basculait pour un rechargement en une seule fois)…



Quelques photos historiques (et de propagande !!!)





“Revolver de la patronne” ? Non, traduire par “cartouche de revolver” ! Comme en vrai la balle est insérée profond dans l’étui, celui-ci va avancer grâce au barillet et assurer l’étanchéité lors du tir ; à première vue ça marche aussi en airsoft !



Une fois n’est pas coutume : on déborde de bonnes reviews, en français, avec l’orthographe, les photos bien nettes, et tout et tout !
• Sur le site de France-Airsoft, une review par JulienR • Une page formidable par Oioiairsoft ! • Et même une vidéo par Neo35


Les photos de la réplique





  J’ai choisi (à l’époque d’ailleurs je n’avais pas le choix) la version en acier poli, elle est certes rare sur les photos d’époque, mais ça lui donne une très belle gueule ! Il y a avait beaucoup d’armes de cette couleur à l’époque (cf. les Lefaucheux et Chamelot-Delvigne)…

L’imitation qu’on fait aujourd’hui de ce métal (voir les superbes carcasses des Dan Wesson) est excellente, en quoi c’est fait, je ne sais, en tout cas ce n’est pas aimantable.

Sont noirs le chien, la détente, la portière du barillet, mais toujours non magnétique (?).

Voici l’unique marquage trouvé sur toute la réplique !

Étant donné qu’elle m’a été livrée, de Chine, sans notice, sans facture, sans boîte, sans rien (juste en entourage de papier kraft) je suppose qu’il s’agit d’un modèle O.E.M. tel que vendu à des distributeurs qui tamponnent ou gravent ensuite leurs propres logos, font leurs boîtes, leur mode d’emploi, et cetera.

Coût : 130 dollars (100 euros).

En a, la portière du barillet, on l’ouvre pour charger-décharger l’arme.

En b, le ressort qui maintient cette portière.

En c, le chien.

En d, des vis à têtes hexagonales “six pans creux” qui donnent un air anachronique (des clés Allen il y a 125 ans, sans blague ?)

L’extracteur est normalement rangé dans l’axe du barillet ; on appuie dessus en l’enfonçant puis on le tourne puis le tire vers l’avant ; là, il peut se placer vers la droite de l’arme, en face d’une chambre de barillet afin d’expulser une douille vide.

(Notez que l’éjecteur est en plastique, quelle faute de goût…)

On fait sept fois l’opération d’expulsion des douilles (eh oui, c’est un sept coups !)

Il n’y a pas sur le chien de cran de demi-armé, on tourne le barillet quand le chien est à l’abattu (en vrai aussi ?)…


Portière ouverte ( flèche bleue), voilà une douille [On dit “un étui” ! Note de la rédaction...] vide expulsée et remplacée par une pleine.

Comme en vrai, la balle est dans l’étui et n’en dépasse pas (là c’est des billes de 6 mm, en vrai, c’étaient des ogives de 7,62 mm ; notez en passant que toutes les BBs plastiques de 6 mm n’ont pas le bon calibre : certaines ne tiennent pas bloquées dans l’étui et tombent ! Il s’en faut d’une dixième…)

Pour ôter le barillet, on commence par mettre vers la gauche le système d’extraction on tire avec l’ongle ou un outil en bois l’axe marqué d’une flèche et on l’extrait totalement.

On n’a pas à ôter le barillet pour tirer sauf nettoyage (en réel).

Voici l’arme démontée, axe, barillet (vu de l’arrière), douilles…

Idem, vue de l’avant du barillet.

Sur le cul des douilles, on trouve le marquage “Gletcher” !

La cartouche de CO de 12 grammes se place dans la crosse après qu’on a ôté la partie gauche de la crosse.

C’est l’anneau — dont je ne me souviens plus le nom (1) — qui sert de vis pour enfoncer la cartouche, super-idée !

L’opération est très simple et rapide.

Certains airsofteurs fanatiques ont décidé de remplacer leurs crosses plastoque par des originales en bois ! Il “suffit” de s’en procurer et de les creuser !!! Une paille !…

Voilà, prêts à tirer !  

(1) “Anneau de calotte” auquel s’accroche la dragonne ou simplement “anneau de dragonne”.



Tirs de précision (par Jidé)


Première impression : une excellente prise en main (j’ai une main médium), malgré la maigreur des plaquettes !

Deuxième impression : la cartouche de gaz a l’air immortelle…Il faut dire que la reproduction du barillet avançant de l’arme originale a été très bien imitée par… un canon reculant. Donc aucune perte de CO. Il faut dire aussi qu’on s’est habitué aux bouffeurs de gaz que sont les gros blow-back…

Troisièmement, les tirs sont secs et bruyants, ça fait des beaux trous même dans du carton ondulé (pour mémoire, cette réplique est trop puissante pour être tirée dans les parties d’airsoft).



D’abord des tirs de précision à cinq mètres , car c’est la distance maxi des compétitions officielles en tir de précision airsoft (des matchs de ce type ont lieu au Japon).




Puis des tirs sur cible officielle pistolet air 10 m (à 10 mètres donc) : la forme du guidon, sa couleur (nickelée) et la hausse plutôt du type cow-boy (un fraisage dans le haut de la carcasse) n’assurent pas un bon guidage en latéral…


Confirmation d’une excellente prise en main , très étonnante vu la taille de la crosse (bien plus agréable qu’un réglementaire 1892)…



Tirs “de guerre” (par Jidé)



Sur cible dite Choutzem, figurant une tête à l’échelle 1/1, un carré noir est imprimé à la hauteur de la moustache, ce qui représente sur un homme [selon les spécialistes de certains pays] la “kill zone” incontestable (mieux que “entre les deux yeux” comme dans les romans policiers).

En tirs très rapides, rectangle A, rien en dehors de la cible :




En tirs lents (carré K) rien en dehors de la “kill zone” , si l’on observait une petite contre-visée.





CONCLUSIONS : tout est parfait sur cette réplique, attendons donc juste tranquillement qu’elle soit commercialisée aussi en version 4,5 mm acier pour en avoir le coeur net.

Cordialement, Boris et Jidé


3 réponses

J’ai eu l’occasion de tirer des canettes avec une version airsoft (dont je ne sais la marque) : ça fait des sacrées trous :—)
Détail aussi : on peut « recharger » sans même ouvrir la porte et enlever les douilles !!! On peut remettre des billes directement de l’extérieur :—)

Ðoc Jidé : PAS KHON, bravo !!!

Je viens d’en recevoir un aujourd’hui en version 4.5 mm. Après l’avoir gratté légèrement,  l’extracteur me semble bien en métal.
De plus, la portière ouverte, les étuis glissent tous seuls du barillet sans avoir recours à cet extracteur (qui malgré tout semble  assez fragile, vu son épaisseur)

On trouve maintenant la version 4,5 BB et même en Allemagne la version 4,5 diabolo.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.