Le pistolet Crosman T-4
(8 BBs ou diabolos 4,5 mm, CO2)

Par Jidé le 6 mai 2014





Un mystère de technique
et de documentation !





JAMAIS ! JAMAIS ! JAMAIS vu une arme aussi compliquée déroutante et à la documentation aussi défectueuse ! Crosman ne m’a pas habitué à ça ! Pour en arriver au démontage ci-dessus il m’a fallu deux jours (certes, pas à plein temps) et pour pouvoir tirer, un jour de plus…

J’y reviendrai…

La question qu’on se pose et qui déterminera l’achat :

Est-ce un Glock ?


Un coup d’oeil rapide sur les pages des web armuriers pourrait nous le laisser croire. Mais non… Pour des raisons inconnues (peut-être légales ?) ce pistolet reproduit vaguement quelques courbes du célèbre modèle de Gaston Glock, mais seulement vaguement.

D’abord il est beaucoup beaucoup plus gros… (je n’avais pas pour les prises de vue un Glock réel, aussi ai-je comparé avec le Umarex SA-177et un modèle airsoft).



Des ratés, comme l’extrémité du canon aux contours vraiement laids…

Le pontet à la forme erronée et trop épais…

La détente : rien à voir !

La prise en main (position de la fourchette pouce-index ; pente de crosse) : rien à voir… Aspect de la poignée : moderne, mais rien à voir.

Donc : aspect, raté.



La visée est lamentable ! Les designers se sont trompés à 180° ! Quand on veut créer un guidon de tir rapide (fast draw), en pente inversée pour ne pas accrocher le holster, on fait en sorte qu’il soit quand même visible par le tireur ; ces guidons sont crantés anti-reflet, une marque de couleur (blanc, orange…) bien visible au sommet (exemple : les revolvers Smith & Wesson ).


Ici Crosman a barbouillé la face arrière pentue du guidon de peinture blanche brillante, garantie invisible sur le blanc de la cible… Pour en rajouter encore, le cran de mire, lui n’est pas marqué de points blancs (comme les autres Glock de la photo) mais… de rien du tout.

Voilà donc pour l’aspect extérieur… Quelle mouche a piqué les gens de Crosman ? On ne peut que supposer qu’il s’agit d’une fabrication sous-traitée dans un pays bizarre.

On
charge !



C’est là que la review va passer au cauchemar.

Dans un premier temps, comme d’hab’, on néglige le manuel utilisateur ; au centième test de pistolet à CO on se croit au-dessus de ça. Erreur…

L’ouverture de la crosse, OK, ça va, mais après ? Pas de bouton d’éjection de chargeur, nulle part !

 

On déplie la notice (anglais et espagnol, mais pas en français comme d’habitude chez Crosman). Elle tient sur un double A4 écrit en tout petit. Et là : rien sur l’ouverture du chargeur pour le CO aucune des photos ne montre où est “le truc” !!! En revanche, des paragraphes entiers de mises en garde juridiques à l’américaine du genre “Ne pas confier à un bébé, ne pas jeter au feu, ne pas manger” (oui, j’exagère un peu, mais faut se défouler)…

C’est le forum Gun-Air qui va me sauver, car j’y suis allé aussitôt pour pleurer… On m’a répondu comme de bien entendu “Google est ton ami” — Youtube plus exactement — et j’ai effectivement trouvé de nombreuses vidéos expliquant le mystère : il faut appuyer sur un ressort, à un certain endroit. D’ailleurs dans ces vidéos, les démonstrateurs cafouillent un peu. Le lendemain, donc, la capsule de gaz est en place : quand on est au courant, c’est effectivement un peu mieux que de devoir visser…

Pourquoi ne suis-je pas allé directement sur Youtube ou Google ? Parce que j’avais cru que ce pistolet était une totale nouveauté et que je présumais être parmi les premiers à l’utiliser… Le T-4 est vieux mais une nouvelle mouture aurait vu le jour… En fait les vidéos salvatrices ont quatre ans.

  Deux barillets sont fournis avec le pistolet. Encore une fois, une inconnue : dans quel sens charger ces objets, rien n’est visible sur l’arme (on doit jeter le barillet dans un grand trou sans en visualiser la logique) ni sur la notice où la photo est minuscule et moche. J’essaie dans un sens, non, dans un autre, non…

Nous sommes déjà le lendemain, je commence à être bien énervé. retour sur Youtube.


Encore une vidéo, où je vois le sens dans lequel mettre les plombs. Je charge de huit diabolos ; puis je place le barillet… Dur, dur : il est aimanté pour recevoir aussi des BBs d’acier et donc l’aimant se colle à l’arme. Après un certain temps, je jette correctement le barillet, je referme l’arme (clic tout mou) et je tire.

Voilà, la review peut commencer.

Enfin, des plombs sortent !




Tirs rapides genre combat, à sept mètres, deux mains Weaver*.

Pas de souci, le pistolet se comporte comme on est en droit de l’attendre. On note une légère tendance au tir à droite ; la détente se comporte bien, même très bien pour un pistolet “double action obligée” (D.A.O.) où l’index doit faire tout le travail de répétition.

72 diabolos plus tard, les derniers coups font autant de bruit mais les plombs ne pénètrent plus le carton — méfiance donc, rien de concret ne vous avertit que “c’est fini”.


Bon maintenant on se calme !


Reprenons du début : les caractéristiques données par le constructeur :


Remarques :

Arme livrée sous blister transparent jetable, avec un kit comprenant lunettes, plombs et billes, 2 barillets, 2 sparclettes.

Diabolos ou BBs, et avec le même barillet : celui-ci a un centre aimanté, afin de capturer les billes d’acier (qui ont un calibre légèrement inférieur aux diabolos) ; mais… le catéchisme du tireur A.C. est formel sur quelques points (rares) dont ce verset : « Les billes d’acier abîment les canons rayés, qui sont conçus pour du tir au plomb. » Les armes “à billes seulement” possèdent des canons lisses de diamètre inférieur. Il en existe suffisamment (dont des pas chères de grande qualité !) pour ne pas déroger au verset et réserver ce Crosman à du tir au plomb.

De toute façon, un barillet de huit billes, c’est ridicule quand on sait que les pistolets reproduits tirent en réalité de 15 à 20 coups !

Barillet = tir ; BBs = amusement, plinking, T.S.V. Restons-en à ces fondamentaux.

Cartouche de 12 grammes pour une autonomie de 70 diabolos.

Répétition D.A.O. : le poids de détente est tout à fait tolérable, ces armes en réel ont le même défaut, évident : c’est notre index qui doit faire le boulot (au premier coup seulement sur les armes à feu réelles ; tout le temps sur les A.C.)

Poids plume (deux tiers du vrai), mais carcasse plutôt pour grandes mains ; étonnant : les deux derniers vrais Glock que j’ai tirés ces jours-ci avaient tous les deux une chaussette* Hogue, ce qui leur donnait cette prise en main exagérée pour moi (qui ai une main absolument “M”, médium c’est-à-dire standard !!!)

La hausse est réglable, notre décalage vers la droite pourra être sera corrigé sans souci ! Il faut un tournevis cruciforme moyen et intervenir par en dessous, dans la glissière, en tirant la glissière au maxi vers l’arrière. Rappelons que, si l’arme tire vers la droite, c’est vers la droite gauche [correction faite par un lecteur attentif !] que devra glisser la hausse !

Je pense très simple de forer deux trous (3 mm de diam, 1 mm de prof.) et de les peindre en blanc. De même, si l’arme était mienne (elle est provisoirement mienne, en “gun-sitting”), j’enlèverais aussi la peinture du guidon, je percerais un trou et le remplirais de blanc.

Puissance : des chiffres excellents mais surprenants, car le pistolet est “mou”, pas de kick*, pas de recul, pas de bruit… Mais puissance qui explique l’autonomie moyenne, alors que le pistolet n’a pas de blow-back*.

Le chargeur : malgré les déboires que j’ai essuyés, dus à une notice mal foutue, l’accrochage de la cartouche sans vis ni réglage à la charge du tireur est assez révolutionnaire ; c’est d’ailleurs “patent pending”, bientôt breveté ; on met, on ferme, fini, on tire… Combien de sparclettes ai-je perdues en un énorme “pschiiiiit” (voire des brûlures de la main dues au gaz hyper-glacé) à cause d’un mauvais réglage d’une vis perforant ladite cartouche ?

Prix : 50 euros aux États-Unis ; en Europe ??? J’en ai vu un à 169 euros mais j’espère que c’est une faute de frappe…

Qu’en faire ?


Pas du “pan-pan-pan” rapide, car l’autonomie du barillet n’y suffit pas. Plutôt du tir de combat de précision genre T.A.R.* sur des cibles ad hoc. Je suggère ce type de visuels (les fichiers destinés à l’impression sur des feuilles A4 sont joints) :

Une de mes préférées, la cible allemande de T.S.V., discipline dite “PPC 1500”, réduite pour le tir à dix mètres ou à quinze. On remarque comment ces petits malins ont contourné l’interdiction faite aux sportifs de tirer sur une silhouette humaine… grâce à une grosse flèche ! Cette cible se trouve dans le commerce avec un porte-cibles adéquat [fichier d’impression ici]

Cible T.S.V. réglementaire, réduite pour le tir à 15 mètres [fichier d’impression ici] la cible est en papier Kraft, à coller sur un carton ondulé identique :


Dans ces deux cas, j’ai tiré à 13 mètres (mon maximum at home) sans sortir du visuel.

Concluons


Bon alors, allons-y : l’arme fait son travail… Elle tire bien et droit. Voir quel est son prix chez nous ?

Mais je ne la mettrai pas dans ma liste pour Noël !!!



Amitiés, Doc Jidé







Encore une preuve que Crosman n’a pas fait son travail comme il en a la coutume : l’orthographe (car le bilinguisme est de tradition chez cette firme, marché québécois oblige ?).



3 réponses

Pourrais-tu nous donner le prix de cette arme médicrocre stp ?
curieux de voir de combien Crosman veux nous arnaquer à en lire ta review ;)

Ðoc Jidé : Il faut que tu cherches sur le web, car j’ai ce pistolet en « GUN-SITTING », je ne l’ai pas acheté… Ça doit coûter (j’espère) des clopinettes (quoique le malheur de Crosman, c’est le jet-lag monétaire entre les USA et nous, il faut multiplier pas trois le prix réel que paient les indigènes…)
Je n’ai pas parlé d’ « arnaque », simplement je ne suis pas content — mais à la longue elle a fini par tirer !!!!!

Oui,bon un résultat en demi teinte comme on dit chez nous,juste pour le fun il doit être très bien !
 

Bonjour,
Chaque marque a ses « canards boiteux » on dirait. Chez Crosman le « Pro 77″ inspire peu confiance aussi. Mais bon leur gamme est très variée et on trouve de l’excellent aussi, à des prix compétitifs. Je viens de recevoir l’AK Comrade, affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.