Tirer chez soi en plein hiver…

Par Jidé le 22 fév 2016




“C’est bientôt l’hiver ! Un titre que j’avais choisi il y a six mois, quand je supputais que j’allais (comme vous) moins avoir l’occasion de sortir en plein air pour tirer à 25 et 50 mètres… ce qui me permettrait de présenter des tas de bricolages et d’idées sympa.

En effet, l’hiver est — au niveau fédéral — la saison favorite du 10 mètres, les autres pas de tir étant généralement en plein air et abandonnés à la pluie et au vent ; et l’on n’a pas toujours de bonnes armes à air comprimé pour cette petite distance (un pistolet ou une carabine air coûtent couramment de 1000 à 2000 euros “en vrai”) ; en revanche il est si simple de s’installer un stand provisoire chez soi (garage, cave, grenier, voire salle à manger…) et de trouver pour pas cher des armes aptes au tir “en chambre” :

— pas trop bruyantes ;
— pas trop puissantes ;
— pas trop dangereuses… Je pense aux murs, aux meubles, aux écrans… qui peuvent figurer dans le décor — bien évidemment chats et bébés auront déjà été stockés hors du champ de tir.

Et pas trop chères, les armes, il ne s’agit que de continuer l’entraînement pendant 3-4 mois sans prétentions de scores…

Hélas, un “gros” passage à vide…


Des événements divers m’ont freiné dans mon travail d’hiver :

1° Bonjour les discussions sur l’hiver : il a fait soleil six mois de suite par chez moi (à Paris jusqu’à mi-janvier !), et j’ai même dû “inventer” un système pour que la bouche à air chaud (censée nous empêcher de mourir de froid dans un de mes stands de tir en sous-sol) arrête de m’empêcher d’y mourir de chaud (sans blague !)

2° Vous savez peut-être que mon principal champ de tir a été fermé pour des raisons inconnues, par des valets de l’État, il y trois mois (voir ici), me laissant seulement un stand de 25 mètres pistolet et un autre (50 mètres) libre deux heures par semaine…

Une période de cafard intense s’en est suivie [Mise à jour : j’ai trouvé entre-temps un autre stand, très identique à La Courneuve, mais empêchant hélas le 50 mètres gros calibre.]

Un ras-le-bol chronique (tournant à la haine…) m’empêche depuis 1992 de me servir d’un ordinateur avec entrain (c’est en 1992 que j’ai abandonné le professorat de P.A.O.) ; pour la photo et le texte, ça peut encore aller — mais pour la mise en page à prétentions “pro” sous HTML – CSS – JAVASCRIPT, c’est l’enfer : je revis chaque jour aujourd’hui avec horreur les débuts de l’informatique dans la typographie des années 1975, dont une retraite bien méritée m’a débarrassé il y peu (car dix ans, c’est peu, dans ce contexte de décrépitude d’un métier).

4° Enfin, un franc copinage — peut-être trop profondément vécu — sur les forums se termine, lui aussi, dans l’anonymat de foules de 4000 personnes dont, comme on sait, les plus incultes (donc les plus bavards) prennent la parole avant même que le questionneur n’ait appuyé sur la touche “envoi”… — et où les anciens doivent se contacter maintenant “en privé” pour éviter les débordements et les blablas sans fin ;¬(

Vous n’êtes pas sans avoir remarqué tout ça dans la rareté des pages de Jidénet parues depuis les six derniers mois.

Foin de ce baratin de vieux c… et retour à la série “Comment tirer l’hiver”… !

• Premier article :
JOUER AU COW-BOY DANS SON SALON !




À bientôt Amicalement, Doc Jidé


1 réponse

Enfin ! « La rareté des pages de Jidénet parues depuis les six derniers mois » n’est plus qu’un souvenir : c’était désespérant de cliquer sur Jidenet dans la barre de signets pour constater qu’à l’Ouest rien de nouveau… Qu’utilises-tu pour la Pao web ? Il y a des applications qui gèrent pour toi HTML, CSS, Javascript et la mise en ligne sans mettre tes mains dans le cambouis. Je me sers quant à moi d’une relativement ancienne version de Dreamweaver…

 

Ðoc Jidé : Dreamweaver, oh oui, je l’ai beaucoup utilisé depuis 1999 — à grands frais, à cause des mises à jour : je pense que plus de 1500 euros y sont partis en dix ans… (je ne voulais pas « pirater » à cause de l’audience importante de mon site d’alors).

Quand j’ai expliqué à des amis que j’en avais marre du Net et que partais « en retraite » (en 2010) on m’a conseillé WordPress, pour fonder JIDENET, en me convainquant que cette interface faisait tout le boulot/cambouis. C’était vrai. Mais l’apparence typographique des pages générées ne pouvait pas satisfaire un typographe professionnel et donc une bonne partie de mon travail actuel consiste à contrer les automatismes de cet environnement (par exemple, des lignes de blanc à tout bout de champ : joie de la dactylo, honte du typo :-) ). De plus la PAO se fait en ligne et il faut compter une minute pour un simple « enregistrer – control-S » ! J’ai pu construire un environnement WordPress « non en ligne » mais ça m’a pris des mois… mais pas à plein temps :-)

Je dois avouer que je suis un « sale emmerdeur » à ce sujet, en tant qu’ancien prof de typo et de correction, même si aujourd’hui un lecteur sur 25 est capable de voir une différence d’avec un site « normal », ce 1/25e est pour moi à choyer…

 

Areth : Les mises à jour (Dreamweaver et autres) sont hors de prix pour un indépendant. J’ai résolu le problème en gardant mon ancienne version de Dreamweaver (payée) avec un ancien système d’exploitation sur un disque dur séparé (cela peut être une autre partition du même disque). Je redémarre mon Mac sur l’un ou l’autre système selon le besoin et ça ne coûte rien ! Quant aux polices (CSS), je ne me sers pratiquement que d’Arial pour être certain que cela fonctionne avec tous les ordinateurs connectés au web.

Bon je m’éloigne un peu des armes pour tirer en hiver… Vive tous les 1/25e !

 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.