Un petit dictionnaire de l’argot des armes

Par Jidé le 7 avr 2012

Le présent dico n’est pas l’oeuvre de l’Académie ou d’un Haut-Comité national de normalisation ! Vous pouvez [vous devez !], via les commentaires tout en bas, l’enrichir ou le modifier.


AVERTISSEMENT : tout ce qui, ci-dessous, parle de législation, tradition, fédération… se rapporte à la France métropolitaine, sauf quand c’est expressément indiqué autrement • On n’a pas utilisé d’italique ou de guillemets pour tous les néologismes et anglicismes
A.C. : tir à l’air comprimé ; pris au sens large : air comprimé par un levier mécanique (P.C.A.*), ou air comprimé dans des bouteilles (P.C.P.*), ou gaz CO2, ou piston-ressort : en fait, toutes nos armes non « à feu »…
airguns : armes à air comprimé ; pris au sens large : air comprimé par un levier mécanique, ou air comprimé dans des bouteilles, ou gaz CO2, ou piston-ressort : en fait, toutes nos armes non « à feu »…
airsoft : jeu de guerre en équipe avec des « répliques » tirant des billes de plastique sans puissance ni précision • Les débutants confondent souvent répliques airsoft (plastique 6 mm) et armes A.C. (projectiles métalliques précis et dangereux)
auto, semi-auto : traditionnellement (vocabulaire entre autres de l’armée française), une arme longue (appelée à tort « fusil ») qui tire automatiquement une balle à chaque appui sur la détente est un « F.S.A. » (fusil semi-automatique) ; mais une arme courte qui agit pareillement est un « P.A. » (pistolet automatique). Cette dichotomie à laquelle nous étions habitués depuis un siècle a pris un coup dans les gencives à cause des médias hoplophobes* (américains, à l’origine) qui mélangent tout (voir journaliste*). Aussi le sigle « P.A. » devra-t-il se lire « P.S.A. » aujourd’hui selon les bien-pensants ( suite…)
autor’ : autorisation préfectorale d’achat et de détention d’armes de 1re et de 4e catégories ; elles sont en nombre limité (12), et dures à obtenir (un an à 18 mois la première fois) ; on ne veut donc pas les « griller* » en achetant n’importe quoi pour le fun* ; on « bloque une autor’ » en achetant une arme de pacotille pour attendre l’achat sérieux, car (en plus !) l’autor’ se périme en 90 jours
BB ou BBs : billes sphériques dures (acier) de calibre légèrement inférieure à 4,5 mm que certaines armes A.C. utilisent comme projectiles ; doivent être tirées dans des canons lisses et non rayés • On confond souvent les BBs des airguns avec les billes plastiques de 6 mm utilisées pour les répliques airsoft • Il existe des billes rondes en plomb réservées à certaines rares armes A.C. mais dont le calibre n’est pas celui d’une BB acier ; ne surtout pas utiliser sans être sûr de son fait (les vendeurs se trompent le plus souvent, quand ils disent « plombs en acier ») • On ne connaît pas la signification des sigles BB et BBs, certains prétendent que « s » = steel (acier)
back-up : voir duty*
BAX, BAXS, Hop-Up : procédé d’amélioration pour le tir des BBs ( suite…)
bench, bench-rest : (prononcé benne-che reste, et non ban-crest) tir de précision sur appuis très stables, en général avec une arme préparée, une grosse lunette et des munitions faites ou triées “maison” ; le but : le plus petit groupement possible, quels que soient les moyens
bloquer : voir autor’*
blow-back : dont la culasse recule en arrière lors du tir, en réarmant le pistolet pour le deuxième coup et les suivants ; c’est le cas de tous les « vrais » P.A. et de quelques CO2. Avantages : une détente très légère, un recul (on dit un « kick ») réaliste ; inconvénients : une consommation plus grande de CO2, et le fait que ces armes soient presque toujours à billes et à canon lisse, donc peu précises.
Brocock : un autre système de compression de l’air pour le tir A.C. ( suite…)
carabine : arme longue à canon rayé (A.C. à diabolos, ou poudre noire, ou cartouches à balles ; mais pas chasse à grenaille de plombs)  • Voir Fusil*

carbine : en américain, arme longue mais moins qu’un musket ou qu’un rifle* ; prononcez “caaar-binne”, ou “car-baïne” • Ne pas traduire en français par “carabine” !

CCW : (anglais : “carry concealed weapon”, porter une arme cachée) ; dans certains pays à la législation armurière pourtant permissive, il est en revanche totalement interdit de porter une arme cachée !

chaussette Hogue : petit accessoire de caoutchouc ( suite…)
cheapo : prononcez “tchipo” ; les « cheapos » sont des armes, voire des répliques statiques, pas chères qu’on achète (parce qu’on les aime trop !) en attendant de s’offrir le même modèle en haut de gamme
Chrony : marque déposée d’appareil (chronographe) électronique qui permet de mesurer la vitesse des projectiles, et d’en déduire la puissance des tirs.
CO2 : [CO est en majuscules ; le O n'est pas un zéro ; le chiffre 2 devrait être plus petit et plus bas, en indice] gaz qui remplit les cartouches jetables (sparklette, sparclette, powerlet) de 12 grammes des armes “à CO2”. Il existe des cartouches plus petites (8 grammes, anciennes), et plus grandes (88 grammes, chères, ou encore plus grosses pour le paintball). Ce gaz est dangereux pour la nature, en grosses quantités ; mais l’utilisation par les tireurs A.C. ne représente quasi rien en rapport aux voitures, avions, usines, etc.
compensateur : dispositif en bout de canon destiné à réduire le recul et le dépointage d’une arme à feu ; en A.C.* et CO2*, c’est souvent un fake, un faux accessoire destiné à la décoration ou à augmenter la vraie longueur du canon

cordon : un « six cordon » est un projectile arrivé en cible dans la zone du 5 mais qui touche le mince trait (blanc ou noir) de séparation des zones, en frôlant donc le six (c’est quelquefois visible seulement à la loupe, donc les arbitres sont équipés pour ça) ; il est compté six points ; dans certaines disciplines (poudre noire, bench) la balle doit avoir coupé plus de la moitié supérieure (dans notre exemple à cheval sur le trait séparateur du 5 et du 6) pour être comptée « six cordon » ( suite…)

cross-draw : étui* (holster*) pour droitier porté à gauche ; selon les goûts, permettrait un tir plus rapide que l’étui* sur la hanche droite
diabolo : projectile en plomb pour A.C., vulgairement appelé « plomb » ; calibre 4,5 mm, plus rarement .22, 9 mm, voire .50 ! Contraire de BB

Diesel (effet) : ( suite…)
douille : sauf pour les armes de chasse et celles au-delà du calibre de 20 mm, ce mot (mal employé par les ignorants) doit être remplacé par étui*
dove, Dove, dovetail  : (anglais pour « queue d’aronde ») un des standards de rail* pour accessoires (env. 11 mm de large), trouvé plus souvent sur des carabines A.C.* de loisir
drill : exercice de tir, entraînement, souvent dur et fatigant
duel A.C. : tentative de créer une discipline tirant le meilleur parti des armes semi-automatiques CO2 pour le tir instinctif ; une affaire à suivre !
duty (gun) : arme de service du policier en civil, visible ou pas (concealed), contrairement à off-duty ou back-up ou second chance, qui est l’arme perso, petite, cachée, de secours, portée dans le dos, ou sur la cheville.
échappée : balle échappée : joli mot français proposé pour flyer*, c’est-à-dire un impact nettement hors groupement, et généralement parasite, c’est-à-dire non annoncé*.
étui : mot français pour holster* • Mot français officiel pour « douille », jusqu’au calibre 20 mm exclu

faible, fort : voir main*

fast-draw : dégainer et tirer rapidement
fdp, fdpin : frais de port, frais de port inclus (dans les petites annonces)
Fédé, F.F.T., FFTir : Fédération française de tir
fédéral : j’appelle ainsi la position officielle FFTir pour le tir au pistolet 10, 25 et 50 mètres : tir à une main, bras tendu ; pour la carabine A.C. 10 mètres, debout sans appui, etc. Consulter ici le manuel de la Fédé. • Le reste des positions de tir concerne le tir de loisir ou des disciplines nouvelles (F.T., Bench, Hunter, T.A.R., T.L.D…) en cours d’homologation ou pas encore traditionnalisées
Fein (prononcé fa-inn) ou FWB : Feinwerkbau, marque allemande d’armes de match

field target, F.T. tir à l’A.C. (généralement carabines) sur des cibles métalliques représentant des petits animaux ; la distance des cibles varie et n’est pas connue des tireurs, qui doivent l’apprécier par eux-mêmes afin de régler leur visée

finger grooves : marques pour les doigts, creusés dans une crosse ( photo ici…) ; ne sont plus à la mode
flyer (prononcé fla-ieur) : voir échappée*
fort, faible (main, bras) : le côté fort est la droite pour les droitiers et inversement ; p. ex. : exercice de dégainé avec la main faible
F.S.A. : fusil semi-automatique, terme militaire désignant une arme longue fonctionnant comme un P.A.* (automatique, mais pas de rafales)
fondamentaux : équivalent pour les tireurs d’un séjour en thalassso. On traverse une période mauvaise, on tire dans les coins ; alors on ressort son pistolet air 10 mètres et on commente : « Je vais retravailler les fondamentaux. » • Prise en main de l’arme, position des pieds, blocage du torse, respiration-apnée, visée, lâcher
full-auto : armes capables de tirer des rafales d’un seul appui prolongé sur la détente — interdites à l’achat, au tir et à la détention quasi partout, quel que soit le calibre (sauf répliques softair)

full metal : tout en métal ; ne veut pas dire tout en acier comme une arme réelle, car zamac et alliages divers règnent sur l’A.C. de loisirs • Antonyme méprisant : full plastoc.

fun (prononcé feune) : tir récréatif, à l’A.C.* comme au gros calibre • Pour le fun : pour s’amuser
gallicismes : il se peut que des Belges, Québécois, Suisses… ne retrouvent pas ici les mots de « leur » français (p. ex. magasin au lieu de chargeur…), qu’ils me le fassent savoir !

fusil : arme longue à canon lisse (A.C. avec BBs ou, le plus souvent, arme de chasse) • Voir Carabine* • Il y a flottement entre les mots “fusil” et “carabine” — armée française : F.S.A. (= fusil semi-automatique), pour désigner une carabine (semi-)automatique

grailler : mettre des cartouches dans un chargeur
grain : unité de poids américaine utilisée pour la poudre et les balles. 1 grain = 0,065 gramme ; 1 gramme = 15,432 grains ; abréviations : gr. (grain) et g (gramme) • Ne pas confondre (explosion !) • Pour traduire les unités américaines, allez ici
griller : voir autor’*
hip : hanche, dans le contexte des holsters*
holster : étui* de cuir ou de matières synthétiques destiné à transporter sur soi une arme de poing en permettant de l’utiliser rapidement (voir note page Duel A.C.)

hoplophobe : (nom et adjectif) néologisme de moquerie ; ennemi maladif des armes, souvent député, maire, mère, pair, père, épouse, etc. Sans oublier tous les médias, par intention ou par incompétence.

inside pants : étui*, holster*, porté dans le pantalon et accroché à la ceinture pour ne pas glisser dedans

I.P.S.C. : tir sportif de vitesse, voir T.S.V.*

Izzy : nom familier donné au pistolet IZH-46

journaliste : spécialiste involontaire du manque de technicité en matière armurière et balistique (voir ici) ; ne pas confondre avec Hollywood, spécialiste volontaire du manque de technicité en matière armurière et balistique

Lionel (cible —) : en jargon Jidénet, cible de pistolet P10 ou C50 masquée à moitié par un papier blanc ; permet de tirer “point visé, point touché” avec des armes de poing type police-combat, les armes sportives étant, elles, réglées pour qu’on vise en bas du visuel noir rond (voir photo)

look and feel : sensation en main et au tir que donne l’arme ; pour une arme à gaz, doit être le plus proche possible d’une « vraie » arme !

main forte : main droite pour un droitier ; main faible : main gauche pour un droitier. Le contraire pour les gauchers

Maupassant : « Le pistolet est et restera un sport d’élite, aimé seulement de quelques-uns. Il ne fait pas maigrir, il ne fait pas applaudir ceux qui le pratiquent ; et il présente, en cas de duel, des dangers qui font souvent reculer des hommes d’une bravoure incontestée, prêts à se battre à l’épée pour un oui ou pour un non. »

mil : unité de mesure d’angle (1/1000e de radian)

Mil-dot : voir ici

M.O.A. : unité de mesure d’angle (une minute soit 1/60e de degré)

mouche : centre de la zone du dix d’une cible

non-blow-back : voir blow-back*

N.T.T.C. : nouvelles techniques de tir de combat (nttc-france.fr/) ; ensemble de solutions tactiques et stratégiques pour l’utilisation des armes, enseignées aux professionnels (police, armée, milices) • On dit aussi I.S.T.-C.,  instruction sur le tir de combat • La source en est la théorie de Chuck Tailor, co-auteur de la cible de Duel A.C. de Jidenet

open : une des catégories des pistolets utilisés en T.S.V.* (les autres sont “standard” et “production”)

P.A. : pistolet automatique, qui tire autant de fois qu’on appuie sur la détente sans autre action ; la définition tend à changer dans les médias (voir ici), on dira peut-être un jour P. S.-A.

P.C.A. : système pour A.C. où c’est l’air ambiant qui est compressé avant le tir, par un levier ; le meilleur exemple est le HW-40. Ne pas confondre avec “l’air comprimé” (terme générique) qui utilise le plus souvent un ressort comprimé qui pousse un piston. La grande différence est la brutalité du second, et le non-recul du premier.

P.C.P. : système pour A.C. où c’est l’air ambiant qui est compressé avant le tir (avec une pompe à main ou bien une bouteille d’air de plongée sous-marine), et enfermé dans une bouteille. Ne pas confondre avec “l’air comprimé” (terme générique) qui utilise le plus souvent un ressort comprimé qui pousse un piston. La grande différence est la brutalité du second, et le non-recul du premier. Mais se pose le problème de l’autonomie : une carabine puissante en 22 doit être rechargée tous les 15 coups. Le P.C.P. correspond aussi à des armes de qualité, bien plus chères que les autres.

P.D.W., personal defence weapon : dans la nouvelle tactique militaire, petit pistolet-mitrailleur qu’un non-fantassin (chef, radio, artilleur, infirmier, tankiste) porte sur lui pour « délivrer » plus de puissance qu’avec l’habituel P.A. ; en général petit calibre, forte puissance de pénétration, longue portée (ex. : HK-MP5, P-90… et surtout HK-MP7)

Picatinny : un des standards de forme des rails* (env. 22 mm)

pin-shooting : tir de vitesse à sept mètres sur des quilles de bowling ; gros calibre obligé, 9 mm minimum

plinking : tir de loisir qui se pratique sur tout, sauf des cibles de carton : canettes, bouteilles, conserves, cubes de sucre, bouchons de bouteilles, pièces de monnaie, bouteilles de coca pleines, flamme de bougie allumée…

port d’armes : toujours et partout interdit en public, en tout calibre, même A.C. ; mais est souvent confondu avec l’autor’*, autorisation de détention

pistolet : arme de poing qui n’est pas un revolver*
P.M. : pistolet-mitrailleur à tir en rafales (car on ne doit pas dire « mitraillette »)
point rouge : un accessoire (pas toujours rouge) d’aide à la visée, souvent appelé red dot*
poudreux : partisan du tir aux armes à la poudre noire, la plupart du temps des répliques italiennes modernes d’armes de « cow-boys » et de la guerre de Sécession

production : une des catégories des pistolets utilisés en T.S.V.* (les autres sont “standard” et “open”) • Une des catégories des armes utilisées en tir sur silhouettes métalliques (les autres sont “debout”, “unlimited” et “revolver”)

professionnel (tireur) : qui ne paie pas ses munitions

race gun, racegun, race-gun (anglais “arme de course”) : arme de poing customisée pour la discipline “open” du T.S.V.* avec compensateur, support d’optiques, point rouge (red dot*), puits de chargeur évasé (jet funnel), etc.

rail : objet normalisé fixé à demeure sur l’arme, destiné à supporter des accessoires de tir interchangeables : lunette, bipied, poignée « tactique », lampe, « point rouge », laser, voire baïonnette ! Plusieurs standards selon la largeur et la forme, Dove* (11 mm), Weaver* (20-22 mm), Picatinny* (même dimension). Suite sur notre page Optiques, rails.
real steel, R.S. : la vraie arme, en comparaison avec le modèle à air comprimé ou des reproductions en 22LR
red dot : (et non red hot) : point rouge, un accessoire d’aide à la visée
review : en argot des forums, critique (avec beaucoup de photos en très gros plan) d’une arme récemment achetée par un tireur ou un amateur
revolver : arme dont les munitions sont placées dans un magasin cylindrique tournant ; de nombreuses armes à CO2 sont des revolvers déguisés en pistolets ou en carabines !

rifle : en américain, arme longue, plus longue qu’un “musket” ou qu’une “carbine”* • Long Rifle (totalement différent de la définition précédente) : type de cartouche de calibre .22 (0,22 pouce soit 5,5 mm) dit .22LR

R.O. : range officer, arbitre pour le T.S.V.*
roulette : revolver (argot)
semi-auto : voir auto*
semoule : composant étonnant dans notre monde, et qui sert de bourre aux poudreux* (semoule ou couscous)
slot : une des fentes d’un rail Weaver* ou Picatinny*
S.M. : silhouette métallique ; discipline de tir aux armes longues et de poing, du .22 au .44 Mag
snub-nose : revolver* à canon très court (trois pouces ou moins)

sparclette, sparklette : cartouche métallique de 8, 12 ou 88 grammes de gaz CO2 ; si non spécifié, 12 grammes (le plus courant et le moins cher). En anglais : powerlet

Stanag : (Standardization Agreement) normes OTAN ; ont donné leur nom à des accessoires d’armement, dont des lunettes de combat (ex. : “une lunette Stanag”)

stance : position, posture de tir (fédéral*, Weaver*, Isoceles, Creedmore, T.S.V.*, Tintin…)

T.A.R. (tir aux armes réglementaires) : discipline nouvelle utilisant des armes étant ou ayant été en usage dans les armées du monde entier, du fusil U.S. 1903 au fusil d’assaut AR-15… (anciennement T.S.A.R. !)
tap : double tap, tir successif très rapide de deux cartouches (aussi triple tap, etc.)
T.E.L.D. : tireur d’élite longue distance
T.L.D. : tir longue distance
transport d’arme : contrairement au port*, le transport est autorisé à toute personne détenant légalement l’arme (licence de tir, autor*… selon les calibres) ; le transport se fait dans des récipients fermés à clés et les armes sont déchargées (munitions dans un autre récipient), si possible démontées et si possible verrouillées au niveau du pontet ; mais un non-tireur (sans licence FFT) devra se renseigner ailleurs à ce sujet
T.S.V. : tir sportif de vitesse, anciennement appelé I.P.S.C. ; inclut une forme particulière de position de tir (stance*), voir photos ; selon les bidouillages tolérés par les (très complexes) règlements, les armes sont dans trois catégories, Production*, Standard et Open*. Les revolvers sont classés à part.
wad-cutter, WC : forme de balle de plomb (cylindrique) qui permet de faire des trous parfaitement ronds dans la cible (par définition) ; généralement les munitions WC, en calibres .32 ou .38, sont extrêmement douces et précises et conviennent au tir de compétition

visée optique, mécanique, métallique, ouverte, fermée… ( voir ici)

Weaver : une des positions pour le tir à deux mains ; très à la mode, mais n’est pas « agréée » en compétition • Un des standards de forme des rails* (env. 21 mm)

yaqui : (du nom d’une tribu amérindienne) holster* « minimaliste » de fabrication artisanale ( voir photos)

yeux bleus (arme aux —) : arme qui n’a pas été déclarée aux autorités lorsqu’elle a brusquement changé de catégorie ; concerne le plus souvent des carabines de .22LR semi-auto (Unique X-51, Erma US M-1…) ou des pistolets 22 à un coup (TOZ, Drulov… et tout les tromblons à ferrer les ânes des années pré-1990).

Youtube : Site extrêmement enrichissant ; des gamins nous soûlent avec des discours interminables et des images floues, et oublient de faire un essai de l’arme au tir… Voir ici une exception notable à cette règle de vie débile que se sont donnée les youtubistes et dailymotionistes. — Voir aussi notre page Humour.

Zozo : nom familier donné aux pistolets Zoraki.

POUR TOUT CE QUI N’EST PAS ARGOTIQUE OU FAMILIER, ON PEUT FAIRE ± CONFIANCE AU LEXIQUE CI-DESSOUS DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE TIR

âme : Intérieur du canon. Il est rayé longitudinalement selon un pas approprié pour conférer au projectile un effet de rotation afin de stabiliser et régulariser sa trajectoire.
amorce : Capsule amovible sertie au fond de l’étui d’une cartouche à percussion centrale contenant la matière inflammable au choc du percuteur pour mettre feu à la poudre. Dans une percussion annulaire la matière inflammable est logée au fond et au pourtour du culot de l’étui.
annonce : C’est pouvoir dire où se situe l’impact sur la cible en fonction de l’analyse du tir au moment du départ du coup (position des organes de visée par rapport au visuel, qualité du lâcher…).
arme à répétition : Arme qui, après chaque coup tiré, est rechargée manuellement par introduction dans le canon d’une cartouche prélevée dans un magasin [ou chargeur] et transportée à l’aide d’un mécanisme.
arme à un coup : Arme sans magasin qui est chargée avant chaque coup par introduction manuelle de la cartouche dans la chambre ou dans un logement prévu à cet effet à l’entrée du canon.
arme automatique : Toute arme qui, après chaque coup tiré, se recharge automatiquement et qui peut, par une seule pression sur la queue de détente, lâcher une rafale de plusieurs coups. Cette arme est interdite en tir sportif. [Terme récent, politiquement correct, qui prête à confusion, puisqu'on dit « un P.A. » et non pas « un pistolet semi-automatique — NDLR]
arme semi-automatique : Toute arme qui, après chaque coup tiré, se recharge automatiquement et qui ne peut, par une seule pression sur la queue de détente, lâcher plus d’un seul coup.
balle : C’est le projectile. Il est généralement en plomb. Il peut être chemisé de laiton (ou de cuivre s’il est propulsé à une vitesse initiale élevée). Son poids est le plus souvent cité en grains.
barillet : Magasin cylindrique des revolvers qui tourne sur un axe parallèle au canon pour placer successivement les cartouches en position de percussion.
bouche : Orifice du canon par lequel sortent les projectiles.
bourrelet : Partie saillante du culot de l’étui des cartouches.
busc : Partie supérieure de la crosse des carabines et des poignées des revolvers ou pistolets.
bretelle : Accessoire utilisé en tir à la carabine dans certaines disciplines. Elle consolide efficacement le triangle arme / bras / avant-bras du tireur.
canon ou tube : Partie de l’arme qui guide le projectile. Sa qualité confère à l’arme la majeure partie de sa précision.
cale main : Accessoire utilisé en tir à la carabine. Fixé sur le fût, il évite à la main du tireur de changer de position et relie la bretelle à l’arme.
calibre : Les calibres européens sont définis en millimètres. Exemple : un 7,65 (mm). Les calibres anglo-saxons sont définis en pouces ou inches. Un pouce ou inch = 25,4 mm. Exemple : un calibre 22 L.R. (en réalité 0,22 inch ou 22/100 èmes d’inch) correspond à un calibre de 5,5 mm (exactement 5,58 mm), un 45 à 11,43 mm, etc.
carcasse : Partie usinée qui supporte le canon et l’ensemble des pièces constitutives de l’arme.
cartouche : Ensemble comportant l’étui, l’amorce, la poudre et le projectile.
chambre : Alvéole du barillet des revolvers recevant la cartouche. Partie du canon du pistolet ou de la carabine où se loge la cartouche provenant du chargeur ou du magasin.
chargeur : Boîtier amovible contenant les cartouches.
chien : Il est apparent sur les revolvers et comprend souvent le percuteur. Il est également apparent sur certains pistolets (ex : Colt 45) ou carabines (ex : Winchester). La gâchette ayant décroché, le chien, libéré, provoque le départ du coup directement (chien à percuteur) ou en frappant sur le percuteur.
cliquer : Déplacer la hausse pour régler le tir. Les vis de hausse comportent des  » clics « , d’où l’expression usuelle des tireurs  » cliquer « . Notons qu’il faut déplacer la hausse dans le sens où on veut déplacer le tir.
cordon : Petit liseré séparant les zones de valeur des points.
crosse : Partie de l’arme, de poing ou d’épaule, qui permet sa préhension. Le tireur peut l’adapter à sa morphologie.
culasse : Pièce mobile de l’arme qui comporte le percuteur et l’extracteur. Dans son mouvement arrière engendré par la poussée des gaz ou la manipulation du tireur, la culasse extrait la cartouche ou l’étui vide et réarme le chien. Dans son mouvement avant, provoqué par le ressort récupérateur ou la manipulation du tireur, elle prélève un nouveau projectile dans le chargeur ou le magasin et l’introduit dans la chambre.
détente (queue de) : Pièce sur laquelle l’index exerce une pression qui provoque le décrochage de la gâchette. Cette pièce est souvent et à tort appelée gâchette.
détente double action : Une pression sur la queue de détente arme le chien puis le libère.
epaulé : Action qui consiste pour un carabinier à placer la plaque de couche de son arme contre son épaule ou son bras pour commencer sa mise en position et l’action de viser – tirer.
étui ou douille : Partie de la cartouche, généralement en laiton, qui reçoit l’amorce et la poudre et sur laquelle on vient sertir la balle.
extracteur : Ergot qui accroche la gorge ou le bourrelet de l’étui et permet de l’extraire de la chambre.
flèche : Hauteur maximum atteinte par la balle sur sa trajectoire.
fût : Partie inférieure de la crosse en avant du pontet.
fusil : De chasse ou de guerre. En tir sportif aux plateaux, l’arme d’épaule est appelée fusil. En tir à la cible, l’arme d’épaule peut être appelée fusil ou carabine, en fonction de la discipline tirée.
gâchette : Pièce interne du mécanisme de détente qui retient le chien armé et qui décroche lors de l’action du doigt sur la queue de détente.
groupement : La notion de groupement correspond à un nombre d’impacts situés au même endroit dans une cible.
1 grain : mesure anglo-saxonne, vaut 0,0648 gramme.
1 gramme : mesure anglo-saxonne, vaut 15,432 grains.
guidon : C’est le deuxième élément de la visée, situé à l’extrémité du canon, au-dessus de la bouche. Le plus souvent fixe, il est parfois mobile sur les armes anciennes. Dans ce cas pour obtenir le même résultat qu’avec une hausse, il se déplace dans le sens opposé à celle-ci. Il est souvent interchangeable pour pouvoir modifier sa taille et sa forme. Il est toujours à lame pour les pistolets et revolvers de compétition (visée ouverte), et 99 fois sur 100 en anneau pour les carabines et sous le tunnel protège-guidon (visée fermée).
hausse : Des deux instruments de visée de l’arme, c’est le plus proche de l’œil. Elle est réglable en hauteur et latéralement pour permettre d’ajuster le tir.
ignition : Mise à feu de la poudre.
impact : Trou effectué par le projectile dans la cible.
iris : Système se fixant sur la hausse. Il permet de régler le diamètre de l’ouverture et de positionner des écrans de couleur.
lacher : Action du doigt sur la queue de détente qui a pour but de provoquer le départ du projectile.
ligne de mire : Droite allant du centre de la hausse au guidon.
ligne de visée : Droite théorique allant de l’œil du tireur au point visé en passant par les instruments de visée.
lunette : Optique grossissante ou télescope qui permet de voir ses impacts en cible. Il est important qu’elle soit lumineuse afin de bien voir sans fatiguer l’œil. Plus la surface de la lentille frontale est importante et plus la lunette est lumineuse. La luminosité est un meilleur critère de qualité que le grossissement.
lunette de visée : Accessoire pouvant être monté sur une arme.
pas de tir : Emplacement organisé face aux cibles comprenant l’ensemble des postes de tir.
percuteur : Pièce qui frappe l’amorce pour faire partir le coup. Presque toujours solidaire du chien sur le revolver, il est intégré à la culasse sur le pistolet et la carabine.
pistolet : Toute arme de poing autre qu’un revolver.
plaque de couche : Partie arrière fixe ou mobile de la crosse des carabines et fusils qui se place contre l’épaule ou le bras. Réglable, elle permet au tireur par son déplacement vertical, de s’adapter aux différentes positions debout, genou, couché, ainsi que d’offrir un placement en bonne position par rapport à la hauteur de sa cible.
poignée pistolet : Partie de la crosse carabine adjacente au pontet permettant la prise en main.
point moyen : Milieu d’un groupement d’impacts. On se réfère au point moyen pour régler son tir par déplacement de la hausse.
pontet : Pièce en arceau protégeant la queue de détente d’un accrochage intempestif, d’un choc, d’un déplacement, etc.
portée : Distance maximale possible du parcours d’un projectile.
prise en main : Manière de prendre l’arme. La prise en main doit être reproduite de façon identique, tir après tir, pour éviter des écarts importants en cible.
rechargement des munitions : Action de recomposer une munition à partir des éléments de base qui la composent : étui, amorce, poudre, balle. Dans certaines disciplines le rechargement est conseillé afin d’obtenir le meilleur couple arme-munition.
revolver : Arme de poing comportant un magasin cylindrique rotatif (barillet) tournant selon un axe parallèle au canon. Le barillet demeure solidaire de l’arme pour l’approvisionner en munitions. Il peut être basculant ou fixe.
reglage : Déplacement de la hausse dans le sens ou l’on veut faire porter son tir. Voir cliquer.
simple action : Quand le chien est armé par un procédé autre que la pression sur la queue de détente.
trajectoire : Courbe décrite par une projectile dans son déplacement dans l’espace.
tir precis : Ensemble d’impacts très groupés situé n’importe où dans la cible.
tir juste : Ensemble de coups groupés situé au centre de la cible. Pour obtenir un tir juste, après avoir effectué un tir précis, on fait intervenir le réglage.
visuel : Partie centrale noire de certaines cibles.
wad-cutter : Type de projectile entièrement en plomb qui découpe dans le papier ou le carton des cibles des impacts d’une netteté parfaite comme le ferait un emporte-pièce. Traduction littérale : wad-cutter = bourre coupante.


3 réponses

Il faudrait aussi marquer les définitions de détente et gâchette pour que certains ne se trompent plus !

Ðoc Jidé : Voilà qui est fait, en ajoutant la partie F.F.Tir…

La dénomination « BB » (ou « BBs » au pluriel) ne vient-elle pas de « ball bearing », roulement à billes ? Les « AC à BB » tireraient donc des billes de roulement à billes ?


Ðoc Jidé : Désolé, je ne sais rien sur cette explication du mot « BB » !
Sur Wiki (en anglais) on voit en effet le mot « ball bearing ».

Je confirme – sauf qu’évidemment toutes les AC ne tirent pas des BBs (même en bille, le plomb ne ferait pas un bon roulement ;) )

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.