Le “Duel A.C.”, vitesse et air comprimé

Par Jidé le 16 mai 2011


Mini-sommaire : Le Duel A.C., une courte présentation, par Jidé. — Manque plus qu’un scénario. • Le Duel A.C., une courte présentation, par 74Léman. — 1. L’équipement. 2. Le tir. Voir aussi : Une variante simplifiée, le Choutzem

Le Duel A.C., une courte présentation


On est tous toujours à chercher, de temps à autre, à nous sortir du carcan « tir statique sur cible »… et c’est pourquoi cohabitent dans nos armoires des armes de tir pur et des rossignols plus ou moins précis, reproductions fidèles d’armes vraies, tirant en automatique (P.A.* ou P.M.*). (Les pistolets A.C. automatiques de concours sont à de tels prix qu’on ne les mentionnera même pas aujourd’hui.)

D’autre part, on est nombreux à regretter que le « politiquement correct » ait frappé les clubs de tir en empêchant aux civils le tir sur des cibles ressemblant à des humains (la fameuse « silhouette de police » ou la cible vitesse olympique).



Et enfin : partout est aussi interdit le tir rapide à partir d’un étui (holster), sous le prétexte « sécuritaire » qu’un ou deux connards mal encadrés se seraient tiré un jour une balle dans le pied… (Je ne parle pas de la discipline T.S.V.*, financièrement réservée à une élite, et qu’on ne peut simuler en air comprimé, trop dangereux à cause des ricochets.)

Chez soi, en privé, certes, on peut tout faire comme on veut, dans le respect des règles de sécurité qui sont connues et simples à respecter, et de la tranquillité sonore et visuelle des voisins. Mais il faut se mettre d’accord sur des « protocoles » communs : forme et taille de la cible, distance, vitesse… afin de pouvoir concourir à distance, ou au moins comparer et discuter, ce que le tir libre sur n’importe quoi ne permet pas (les plinkeurs* sont par définition des tireurs solitaires, à part peut-être ceux de Quantico !)…

Ça fait bien longtemps que ce projet a été concocté, avec la complicité active de 74Léman, que j’ai retrouvé et qui nous a rejoints sur Jidenet.
Léman est mon jumeau pour les armes, quoique nous soyons aussi semblables en tout le reste que la carpe et le lapin…
Une bonne partie (à venir) de cette page est de son cru.


Dans cette courte présentation, je vous dirai les résultats de nos « études » et les détails paraîtront plus tard.

La cible, d’abord. On a aménagé un modèle utilisé en préparation au tir de combat par le fameux Chuck Taylor, un des pistoliers « dynamiques » les plus connus (avec Raymond Sasia ou Jeff Cooper). On lui a adjoint des zones nommées A-B-C-D, et un centre (« hirondelle » facultative). La forme est une silhouette humaine (eh oui, et ça ne fait pas de nous des malades mentaux, et toc !) et les gris du camouflage ont été choisis par Taylor pour casser le rond noir et blanc des cibles sportives et les mauvais réflexes…

Ces cibles sont disponibles ici, prêtes à importer puis imprimer (papier standard collé sur carton de récup ; choisir une qualité « brouillon » pour économiser l’encre), soit en A3 réel, soit en A3 poster (à cheval sur deux feuilles A4) soit en A4 (plus petit).

La distance est de 7 à 10 mètres pour du A3, 4 à 7 m pour du A4 (à préciser par la suite ; nous ne sommes encore que dans un projet avancé ; les professionnels tirent à sept mètres sur une silhouette trois fois plus grande, mais la majorité d’entre eux tirent peu souvent et donc moins bien et moins vite que des amateurs sérieux).



Quelle arme utiliser ? Quasi obligatoire, un pistolet « blow-back » (un P.A., donc) avec un grand chargeur, tirant des billes le plus souvent, genre Glock Umarex, GSG-92, CP-99 Compact [sur la photo ça n'est pas un Compact, désolé], SIG X-Five, Walther PPK… Si le poids de détente n’est pas d’une tonne, je ne cracherais pas sur un pistolet à répétition du genre Colt Defender ou Special Combat. Ont un nombre de coups insuffisants les Beretta 92-FS ou CP-88 ou autres « pistolets à micro-barillet ». L’illustre Beretta PX-4 aussi n’a que huit coups mais il a double chargeur de crosse, donc bon exercice potentiel. (La mode est aux exercices de changements de chargeurs.)
Naturellement, le « non-blow-back » ne sera pas un obstacle à ce que vous compétiez chez vous sans problème, mais vous serez désavantagés (certains exercices de tir rapide de nos jours comportent jusqu’à 25 coups à tirer : les tenants du revolver y participent avec une ceinture bardée de chargeurs rapides ! En A.C., je ne vois pas de revolvers possibles… quoique j’essaierai avec un 38 LEP, pour lequel je dispose d’un holster pro de grande classe ; le Crosman 357 pourrait être utilisé ?
Il ne faudrait pas non plus que la sûreté soit inutilisable en tir rapide, ce qui est très souvent le cas, hélas, en A.C. Ça n’est pas non plus imparable, la peur de la bavure n’est pas omniprésente en privé.


Le holster (ou étui)


Le holster est indispensable. Un modèle de ceinture porté haut sur la hanche ; on trouve des choses pas chères en accessoires airsoft, un genre de nylon qui n’est pas trop mauvais. L’arme doit être bien maintenue mais pas trop. Un holster très épais mais trop petit intérieurement, en pseudo-cordura très raide ne se « rodera » jamais (le cuir oui), ou du moins il faudrait des années. Pas d’étuis transformables, réglables, avec des poches à chargeur, des gadgets en velcro !



On peut intervenir avec fil à coudre, rivets, colle néoprène, pour customiser un holster bas de gamme, voire le faire soi-même ! Les étuis de dessous de bras ou les holsters de cuisse (cowboys ou « unités d’élite ») peuvent être laissés au vestiaire. Un duo P-99 Compact avec un holster Fobus de type « pancake » est super (voir quelques holsters dans la review* du Walther PPK).




Manque plus qu’un scénario !


Enfin, le scénario : c’est là un point sensible, tel qu’on y était restés lors de la discussion sur le forum qui nous a fermé ses portes. Il faut un « chef » (moniteur) pour faire tirer en imposant les temps, des cadences, et surtout un choix aléatoire de morceaux de cible (d’où les A-B-C-D) et de nombre de taps* (un, deux ou trois coups tirés à la suite). L’aléatoire étant la grosse difficulté (n’existe pas en natif sur nos ordinateurs) ; quand j’étais jeune, je branchais la radio et je tirais quand j’entendais le son « -ment »…
Imaginez-vous ce scénario dans un stand d’entraînement : le moniteur siffle, vous êtes prêt à tirer (arme chargée, en sûreté, à l’étui), vous vous préparez. Une dizaine de secondes… Il crie « B 2 », vous dégainez et tirez deux coups dans la zone B et rengainez au plus vite ; au sifflet, l’arme doit être en sûreté dans l’étui. Une dizaine de secondes passent et puis « A 1 », vous tirez une fois dans le A… Et ça continue (de 10 à 20 billes, à voir). Au long coup de sifflet final, tout est fini.
Où trouver ce moniteur ? Sur Internet (on peut poser son ordi à côté de soi au tir, puisqu’on est chez soi, ou utiliser un lecteur MP3 avec des oreillettes). Je vous propose d’aller ici pour vous faire une idée.


Amicalement, Doc Jidé





Le Duel A.C., une courte présentation, par 74Léman

Un article signé 74LÉMAN !


Bonjour à toutes et à tous. Depuis quelque temps à présent, l’idée a germé sur [un ancien] forum de mettre au point une nouvelle forme de pratique du tir, dans une optique ludique et dynamique, qu’il a été convenu de baptiser DUEL AC.

La volonté première qui présida à cette forme de pratique fut de ne pas s’empêtrer dans de nombreuses règles coercitives tout en formulant un cadre général à cette forme de tir.
Je me propose donc (humblement!) de tenter de rédiger une première synthèse de tous les points évoqués jusqu’alors, selon deux axes principaux, à savoir :

1. l’équipement,
2. le tir en lui-même.

1. L’équipement


1.1 l’arme : A minima, le tireur devra s’équiper d’une réplique CO2 semi-automatique [PSA, anciennement appelée P.A.] permettant le tir à répétition (plus simple ?). Par conséquent, PSA, revolver, diabolo, BB’s, canons longs ou courts, etc., TOUT est permis !
Équipement conseillé : PSA blow-back (pour plus de réalisme et de sensation).

1.2 le holster* : sans être absolument obligatoire, le holster apporte un gain au niveau de la pratique du DUEL AC. Toute forme de holster est autorisée : d’épaule, de cuisse, de ceinture, cross-draw, inside, port haut, une ficelle !… tout !
L’absence de holster sera compensée par une tenue de l’arme canon en bas à 45°, bras tendus, pendant les phases « d’attente » (voir : le tir)

1.3 la cible : le choix s’est finalement porté sur une cible « Taylor », divisée en quatre zones, au format A3 (soit deux A4), à télécharger ici, soit en version cam’ (merci Jidé pour la cible), soit en version standard (et merci HYpalm pour celle-ci !).

S É C U R I T É : il conviendra à chacun d’installer sa (ses) cibles dans les conditions optimales de sécurité en fonction du lieu d’utilisation (ricochets, pare-balles, etc.)

1.4 distance de tir : les distances retenues sont : 3, 5, 7, 12 et 15 mètres.
Les distances à privilégier dans un premier temps seront de 5 et 7 mètres car ce sont les distances permettant le meilleur compromis entre vitesse et précision.

2. Le tir


2.1 Le principe : devoir enchaîner au commandement une série de tirs rapides (double ou triple tap dans une zone précise de la cible, selon le commandement de tir, et ce, dans un laps de temps de quelques secondes)

2.2 Le détail : le tireur se tient face aux cibles, en position debout, mains sur la crosse (ou arme en postion basse à 45°, bras tendus). Au signal le tireur sort son arme, prend la visée et lâche le nombre de coups désigné dans la zone désignée, dans le laps de temps défini (quelques secondes). Retour en position d’attente, arme à l’étui (ou position basse)

Exemple d’une séquence de tir : a) Tireur position debout. b) Ordre de tir : « 2, C » = 2 coups à tirer dans la zone C de la cible. c) Sortie d’arme, prise de visée et tirs. d) Signal de fin de séquence de tir (sifflet, bip…). e) Retour en position d’attente (45° bas ou arme à l’étui).

IMPORTANT : la phase dynamique du tir se déroule jusqu’au tir en lui même. LE TIREUR A TOUT SON TEMPS POUR REVENIR EN POSITION D’ATTENTE UNE FOIS LE TIR ACCOMPLI.

PRÉCISIONS : l’idéal serait bien sût d’être au moins deux pour pratiquer le DUEL AC : soit un tireur et un moniteur qui donnera les commandements de tirs. Cependant, le moniteur pourra être remplacé par un enregistrement (mp3 ou autre) des différents commandement à réaliser par le tireurs. Exemple d’enregistrement : l’ordre « 3, B » (soit 3 coups à tirer dans la zone B), puis 3 secondes de blanc (le temps du tir), puis un signal sonore (bip, sifflet ou autre) indiquant la fin de la séquence, puis un autre blanc plus long (environ 10 à 15 secondes) pour permettre le retour en position d’attente. Puis une nouvelle séquence : « 2, A », et ainsi de suite.

ENFIN : pour celles et ceux qui pratiquent déjà ou prendront goût à cette pratique, différentes variantes peuvent être introduites pour éviter la monotonie et corser le tout, tel que : rechargement rapide en cours de séquence, positions différentes du tireur en début de séquence, exercices physiques à réaliser par le tireur entre les séquences afin d’augmenter le cardio, etc. mais tout ceci n’est pas l’objet de cette synthèse de base.

Merci à tous pour l’intérêt que vous avez porté à cette rubrique à travers vos nombreux posts depuis le début, et notamment à Jidé qui s’est beaucoup investi pour ça. Bien sûr, je n’ai absolument pas la prétention de vouloir règlementer ici la discipline, donc tout ceci n’est qu’une ébauche de synthèse, soumise à vos avis, commentaires et propositions… Merci encore à tous pour votre participation… et bon dimanche !

Amicalement, 74Léman

« N’oublions jamais de s’occuper des choses légères avec sérieux,
et de considérer les choses sérieuses avec légèreté »




7 réponses

WANTED Dead or Alive, page « DUEL AC »

+1
 

Vraiment pas mal cette pratique!

Petit up !
Quelqu’un a-t il mis en pratique cette nouvelle discipline ?
J’ai essayé sur ébauches de tronc, c’est plus divertissant que la cible mais je réfléchis à des cibles mobiles et/ou escamotables.
Je réfléchis aussi à un étui qui permette un dégainé rapide avec la sécurité de garder l’arme dedans même en cas de « secousses ».
Cordialement, Chapap.

Ðoc Jidé : Je veux bien que tu nous tiennes au courant pour des cibles mobiles/escamotables !
J’ai ce projet mais pas le temps…

Voilà une idée de discipline particulièrement amusante et dynamique ! C’est tellement réjouissant que je vais aller à la pêche aux infos sur ces modèles blow back ! Merci !

Ðoc Jidé : Cette page est assez vieille et demandera à être mise à jour ! Grâce à nos collègues des pays défavorisés par la législation (Japon, Royaume-Uni, Allemagne) plein de disciplines nouvelles de “tir réduit” sont apparues… et le matériel qui va avec !

Sachez aussi que le tir de vitesse officiel “fédéral” (par exemple cinq balles en dix secondes) n’est pas du tout inaccessible aux tireurs de .22 — même en dehors de tout entraînement intensif.

En Angleterre et Asie des disciplines proches du T.S.V. existent, utilisant des répliques airsoft adaptées
http://www.actionairshootinguk.com/
http://simpletargets.co.uk/
https://www.youtube.com/results?search_query=action+air+ipsc&oq=action+air+&gs_l=youtube.3.0.0l2j0i5l6.15354.17831.0.21446.11.10.0.1.1.0.146.780.9j1.10.0…0.0…1ac.1.yaryUmKJDdo
 
En cherchant un peu sur la Tube on trouve des vidéos de compétitions où les tireurs font de sacrés cartons avec « ces jouets à billes plastoques »!

Ðoc Jidé : Tout à fait : des tirs proches de ceux des tireurs de TSV (la puissance du recul en moins). Notez bien que les armes utilisées coûtent facilement 1500 euros. Car la mode est de les customiser aussi « à l’intérieur », chose qui n’existe absolument pas en CO2…

Citation /
Petit up !
Quelqu’un a-t il mis en pratique cette nouvelle discipline ?
J’ai essayé sur ébauches de tronc, c’est plus divertissant que la cible mais je réfléchis à des cibles mobiles et/ou escamotables.
Je réfléchis aussi à un étui qui permette un dégainé rapide avec la sécurité de garder l’arme dedans même en cas de « secousses ».
Cordialement, Chapap.


Ðoc Jidé : Je veux bien que tu nous tiennes au courant pour des cibles mobiles/escamotables !
J’ai ce projet mais pas le temps…


Dommage qu’on ne puisse faire une citation d’un post précédent.

Ðoc Jidé : Un abonné ne peut que copier-collet comme tu as fait ; l’édition par Durant d’un message de Dupont pourrait conduire aux pires catastrophes !!!

 
Bref en surveillant ce thème, j’ai un petit remord.
J’ai un peu abandonné la faisabilité d’une cible effaçable parce que :
Beaucoup d’autres occupations dont garder du boulot (traduisez emploi)
Bon le plus simple (maintenant que j’ai un rappel à l’ordre) ce serait un tronc oscillant sur un pivot avec une fenêtre de tir réduite sur les organes vitaux.
Cible légère avec contrepoids léger pour une fréquence d’oscillation assez rapide à régler en fonction de votre dextérité.
La taille des cibles à calculer en fonction des distances de tir.
Le moteur ?
Ben .. j’ai pensé à une ficelle qui relie toutes les cibles (je suis seul à la maison) qui lance le bouzin et l’inertie fait durer le mouvement pour 5 à 6 cibles sur le parcours.
Si ça peut être utile. — Cordialement.

Ðoc Jidé : Deux solutions en effet : simple (ficelle) et compliqué (servo-moteur) ; mais il faut savoir que le « compliqué  » de la deuxième solution ne l’est que pour le concepteur (ah si je trouvais un p’tit jeune en études d’électronique !!!!! et qui voudrait se faire un peu d’argent de poche !!!!!) mais qu’ensuite JIDENET ferait circuler pour trois sous des kits de fabrication clés en mains…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.