Poudre noire : un casier à bouteilles pour dosettes

Par Jidé le 18 juin 2010

Un “casier à bouteilles”
pour dosettes de poudre et de semoule (1)

Vous vous souvenez des casiers à bouteilles dans lesquelles on transportait les bouteilles « cinq étoiles » de chez Nicolas ? Je suis en train de m’en fabriquer une, miniature , pour contenir des dosettes (éprouvettes détournées) pré-remplies de poudre noire et aussi de semoule*…
Le fond et les côtés sont en aggloméré (Isorel) de 3 mm, les languettes intercalaires pareil…
Les dosettes servent de « piges » pour assurer le bon écartement (c’est pourquoi elles sont à l’envers).

La dernière couche intercalaire est composées d’allumettes longues pour barbecue… Les éprouvettes doivent flotter librement pour être saisies d’une seule main. Un casier est fait pour 36 doses, soit 3 barillets.


Voilà donc le bas de la boîte finie :


On a dû limer cinq ou six cases dans lesquelles le tube se coinçait (pas question de s’énerver avec ces détails sur le pas de tir, déjà arrosé de la sueur amère du débutant !). Le couvercle est fait des mêmes matériaux (Isorel de 3 mm, les morceaux du couvercle étant collés entre eux tels que posés sur le dessous en intercalant un carton bristol pour assurer le coulissement. Autant avouer que le couvercle doit avoir un petit point de repérage, la symétrie absolue de l’ensemble n’étant pas assurée…

J’ai assuré une fermeture énergique (depuis que je suis devenu “Westerner” je n’utilise plus que du bois et du cuivre !) et des deux côtés, pourquoi ?
Parce que j’ai prévu (les tests n’ont pas encore eu lieu, il me faut vérifier l’idée… Voir l’encadré ci-dessous.) de ne plus mettre de bouchons sur les éprouvettes !



À la place, j’ai doublé de polystyrène expansé (plus exactement du Depron de 3 mm) l’intérieur du couvercle, et j’ai mis sous presse plusieurs jours jusqu’à ce qu’une cuvette de 0,5 mm se creuse ; cela devrait, du moins l’espère-je, assurer l’étanchéité des contenus, la poudre et le couscous (semoule*) ayant une granulométrie plus importante que cela… Je vous con- ou in-firmerai cette information dès la semaine prochaine !

Confirmation…Dans des conditions réelles d’utilisation (la boîte reste à plat dans un sac, lui-même bien secoué dans une malle arrière de scooter), rien ne bouge ; la couche de polystyrène se teinte de gris à l’endroit où il y a la poudre mais aucun grain ne reste collé (électricité statique, non !) ni ne sort.
Deux bons élastiques peuvent tenir lieu de “fermeture énergique”, sans les crochets en laiton. C’est moins beau, mais plus simple.


Un “casier à bouteilles” pour dosettes de poudre et de semoule (2)
Il n’est pas question de dépenser au rayon « armurerie » des sommes folles pour acheter des éprouvettes estampillées de grands fabricants ! Un fournisseur de matériel médical et ses éprouvettes (tubes) à hémolyse conviendront parfaitement (rapport prix de 50 à 1 !). À Paris on ira par exemple chez Labo-Moderne dans le 15e
Les modèles stabilotés en jaune sont ceux qui m’ont inspiré ; les 3 millilitres suffisent amplement (je les ai même recoupés pour gagner de la place !).
Pour remplir les dosettes (éprouvettes), il nous faut des mesures ; encore une fois, un modèle compliqué en armurerie sera évité au profit de récupération d’étuis* (douilles) de cartouches en laiton. On dispose de tout un choix de taille (du 9 mm au 44 Magnum) et par exemple un étui de 9 mm Parabellum correspond à une dose de P.N. de presque un gramme, suffisant pour débuter. Si vous n’avez pas d’autor*, sachez que le transport des étuis même vides est interdit officiellement, faites-le donc faire par un ami…

Voici un tableau de correspondance étuis – poids de poudre ; on voit qu’il y a un large fossé entre un gramme et 1,5 g, c’est là qu’il faudra scier des étuis trop longs.
Et voilà vail dans la P.N. (presque 1 gramme) et dans la semoule (un étui de 38 Special recoupé à la bonne longueur, via essais/erreurs) :

Un manche a été soudé sur les ex-étuis afin de faciliter le travail :

Ci-dessus on voit que l’étui bricolé rentre parfaitement dans l’éprouvette.


À suivre…Amicalement, Doc Jidé

9 réponses

Waw sa le fait…
 
Dommage que j’aime pas la PN^^

<< Dommage que j’aime pas la PN

Mon pauvre ! Y as-tu vraiment goûté ?

___ Amicalement, Doc Jidé

Non, mais le look des armes me rebute vraiment^^

La vente libre est un « plus » appréciable !!! Sinon, le boum et la fumée, je confirme !!!

Tu viendras voir ça sur le stand un jeudi soir ou vendredi après-midi :-) ))

___ Amicalement, Doc Jidé

<< mais le look des armes me rebute vraiment

T’es sûr que tu as vu celui-là, par exemple :

Quand on y goute on accroche direct ! Perso. je préfère le look des anciens révolvers aux revolvers modernes.

Seul point négatif (pour moi) : la vaisselle après…

Bonjour à tous!
Nouveau sur le site,et modeste tireur qui revient à ses débuts il y a plus de 30 ans…le révolver ci-dessus est un mod. Sheriff Inox,je crois? j’ai presque failli le commander,mais j’ai opté pour le 1858 de chez UBERTI New Improved canon de 8 pouces et guidon dérivable,qui me paraît un peu mieux pour le tir sur cibles(canon de 8 contre 5,5 pouces)Hormis celà,je le trouve très beau!
J’aurais mon « jouet » cette semaine…

Emporté par la passion,j’ai oublié de féliciter Jidé pour son casier à dosettes. Il me faut en faire un aussi…également un reposoir pour le révolver.J’ai le bois,mais j’ai pas le tube pour les dosettes.Je vais voir ça cette semaine,sinon pour Dimanche ça sera entonnoir et dosette…
— Doc Jidé : les dosettes de type pharmaceutiques peuvent être remplacées par des étuis vides de carabine, par exemple en 222. Moins de place, et forme « entonnoir » très pratique.
Je poste des photos ici !
Idem pour des photos de « reposoirs ».

Quand on à gouter à la poudre noire on peut plus s’ent passer !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter.